Historique

Constatant que la désertification et la sécheresse sont des problèmes d’une ampleur mondiale en ce sens qu’elles touchent toutes les régions du monde et qu’il faut une action concertée de la communauté internationale pour combattre la désertification et la sécheresse, en particulier en Afrique, l’Assemblée générale a décidé de proclamer le 17 juin Journée mondiale de la lutte contre la désertification et la sécheresse, à travers la résolution A/RES/49/115 adoptée en décembre 1994.

Cette Journée mondiale a pour objectif de sensibiliser l’opinion publique sur la dégradation des terres et d’attirer l’attention sur la mise en place de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification. Pour améliorer son impact, le Secrétariat de la Convention invite tous les États, les organisations de la société civile, les organisations internationales et non gouvernementales et d’autres parties prenantes à prêter attention aux problématiques sur les sols et à éduquer le public sur les méthodes permettant d’atteindre la neutralité en matière de dégradation des terres, au travers de la publication et la diffusion de documentaires, l’organisation de conférences, de tables rondes, de séminaires et d’expositions.

Pourquoi le 17 juin ? C’est la date à laquelle l’Assemblée générale a adopté la Convention sur la lutte contre la désertification, le seul accord international juridiquement contraignant qui relie l’environnement et le développement à la gestion durable des terres. Cet accord couvre en particulier les zones arides, semi-arides et subhumides sèches, où se trouvent les écosystèmes et les peuples parmi les plus vulnérables.

Les 195 Parties à la Convention travaillent ensemble pour améliorer les conditions de vie des personnes dans les zones arides, pour maintenir et restaurer la productivité des terres et des sols, et pour atténuer les effets de la sécheresse. La Secrétariat de la Convention est particulièrement engagé dans une approche participative, encourant la participation des personnes locales dans la lutte contre la désertification et la dégradation des terres. Il facilite également la coopération entre les pays développés et les pays émergents, en particulier sur le transfert de connaissances et de technologie relatifs à la gestion durable des terres.

Les dynamiques des terres, du climat, et de la biodiversité étant intimement liées, le Secrétariat de la Convention collabore étroitement avec ceux de la Convention sur la Diversité Biologique (CBD) et la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) [n.d.t « Conventions de Rio »]. Ils ont pour objectifs communs de proposer des mesures afin de faire face à ces défis complexes par le biais d’une approche intégrée et en assurant la meilleure utilisation possible des ressources naturelles.