« Les enfants ont besoin de paix et de protection en toutes circonstances. Le droit de la guerre interdit de prendre des civils pour cible, d’attaquer des établissements scolaires ou des hôpitaux, d’utiliser, de recruter et de détenir illégalement des enfants, et de bloquer l’accès de l’aide humanitaire. Lorsque des conflits éclatent, ce droit doit être appliqué et ceux qui l’enfreignent doivent être forcés à répondre de leurs actes. Trop, c’est trop. Arrêtez de prendre les enfants pour cible. » — Déclaration d’Henrietta H. Fore, Directrice générale de l’UNICEF, 15 mai 2018

Lorsqu’un conflit armé éclate, les civils en sont les premières victimes, en particulier les enfants. Les conflits affectent les enfants de manière disproportionnée. Les six violations les plus fréquentes à l’encontre des enfants sont :

  • le recrutement et l'utilisation d'enfants dans les conflits
  • les massacres ciblés
  • les violences sexuelles
  • les enlèvements d’enfants
  • les attaques contre les écoles et les hôpitaux
  • le déni de l’accès humanitaire

Le 19 août 1982, à l'occasion de sa session extraordinaire d'urgence sur la question de Palestine, l'Assemblée générale, « consternée par le grand nombre d'enfants palestiniens et libanais qui ont été les victimes innocentes des actes d'agression d'Israël », a décidé de commémorer le 4 juin de chaque année la Journée internationale des enfants victimes innocentes de l'agression (résolution ES-7/8).

Le but de la Journée est de reconnaître les souffrances endurées par les enfants du monde entier, victimes de violences physiques, mentales et émotionnelles. Cette Journée est également l'occasion de souligner l'engagement des Nations Unies à protéger les droits des enfants.