ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

Journée mondiale du livre et du droit d'auteur23 avril

Message de Mme Irina Bokova, Directrice générale de l'UNESCO

23 avril 2016

Rien de tel qu’un livre.

Un livre, c’est un lien entre passé et avenir. C’est un pont entre générations et entre cultures. C’est un vecteur de création et de partage de la sagesse et du savoir.

Frank Kafka a dit : « un livre doit être la hache qui brise la mer gelée en nous ».

Fenêtres sur nos vies intérieures, les livres ouvrent aussi la voie au respect mutuel et à la compréhension entre les peuples, indépendamment des frontières et des différences. De toutes formes, les livres incarnent la diversité du génie humain, donnant corps à la richesse de l’expérience humaine, verbalisant la quête de sens et d’expression qui est commune à toutes les femmes et à tous les hommes, et qui fait avancer toutes les sociétés. Les livres permettent d’unir l’humanité en une seule famille, partageant un passé, une histoire et un patrimoine, afin de construire un avenir commun où toutes les voix sont entendues, au sein du grand chœur des aspirations humaines.

En cette Journée mondiale du livre et du droit d’auteur, et en partenariat avec l’Union internationale des éditeurs, la Fédération internationale des libraires et la Fédération internationale des associations et institutions de bibliothèques, c’est cela que nous célébrons : le pouvoir qu’ont les livres de nourrir la créativité et de promouvoir le dialogue entre les femmes et les hommes de toutes les cultures. J’aimerais remercier Wroclaw (Pologne), Capitale mondiale du livre 2016, d’avoir exprimé sa volonté de répandre ce message dans le monde entier.

C’est d’autant plus important que nous vivons à une époque où la culture est attaquée, la liberté d’expression menacée et la diversité mise en difficulté par la montée de l’intolérance. En ces temps agités, les livres témoignent de la capacité humaine d’invoquer des mondes réels et imaginaires, et de leur faire transmettre des messages de compréhension, le dialogue et la tolérance. Ce sont des symboles d’espoir et de dialogue que nous devons chérir et défendre.

William Shakespeare est décédé le 23 avril 1616, un jour seulement après Cervantes. En ce jour, j’appelle tous les partenaires de l’UNESCO à partager ce message : les livres ont le pouvoir de contrer ce que Shakespeare appelait « la commune malédiction du genre humain, l’ignorance et la folie ».

Section du site Internet de l'ONU, Département de l'information © ONU