ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.
 

Journée mondiale de la sensibilisation à l'autisme
2 avril

Message du Secrétaire général de l'ONU, M. Ban Ki-moon

Journée 2015

Il est extrêmement encourageant de constater que les troubles du spectre autistique sont de mieux en mieux connus du public et que beaucoup de ceux qui en sont atteints ont désormais accès à des services plus complets. La Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme ne doit pas seulement faire mieux comprendre cette maladie, elle peut aussi donner aux parents le courage d’envisager des thérapies précoces et être l’occasion de promouvoir la participation à part entière des autistes à la vie en société, notamment en plaidant auprès des décideurs politiques pour qu’ils demandent aux établissements scolaires d’ouvrir leurs portes aux autistes. Avec l’aide voulue, les autistes peuvent – et devraient – être scolarisés aux côtés des autres enfants. Il importe aujourd’hui d’offrir encore davantage de possibilités aux personnes souffrant de l’autisme, y compris dans le monde du travail.

Cette année, je suis heureux de lancer un « Appel à l’action » en invitant les entreprises à prendre des engagements concrets pour employer des personnes atteintes de troubles du spectre autistique. Nous encourageons les services publics et les entreprises petites ou grandes à réfléchir davantage à la manière dont elles perçoivent les personnes souffrant d’autisme, à prendre le temps de s’informer sur leur condition et à leur donner la possibilité de vivre une vie pleine.

Les personnes qui souffrent d’autisme ont un énorme potentiel. La plupart ont de remarquables qualités sur les plans visuel, artistique ou intellectuel. Grâce aux technologies d’assistance, les personnes atteintes d’autisme qui sont non verbales peuvent communiquer et partager leurs capacités cachées. Pour permettre l’avènement d’une société qui soit vraiment ouverte à tous, il faut savoir reconnaître les talents des personnes qui appartiennent au spectre de l’autisme plutôt que de se focaliser sur leurs points faibles.

Pourtant, même dans les pays où le problème de l’autisme est le mieux connu, plus de 80 % des adultes qui en souffrent sont sans emploi. C’est la raison pour laquelle il est vraiment fondamental que les employeurs comprennent que ces personnes ont des capacités uniques et souvent exceptionnelles, en leur donnant les moyens d’exceller au travail.

Mais cela ne sera possible que si l’on prévoit des formations professionnelles adaptées et l’offre d’un soutien adéquat en marge des procédures du recrutement pour que partout les personnes souffrant de l’autisme puissent intégrer avec succès le monde du travail.

L’Assemblée générale des Nations Unies a souhaité que davantage de possibilités soient offertes aux personnes souffrant de l’autisme. En proclamant le 2 avril Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme, elle a aussi demandé que des formations soient dispensées aux administrateurs de services publics, aux prestataires de services, aux prestataires de soins et aux soignants, aux proches et aux non-spécialistes, pour faciliter l’intégration des personnes souffrant de l’autisme dans la société, afin qu’elles puissent réaliser pleinement leur potentiel.

En cette Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme, nous devons unir nos forces pour instaurer des conditions optimales qui permettent à ceux qui souffrent de l’autisme de contribuer eux aussi à la réalisation d’un avenir juste et durable pour tous.