« Le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires est la pierre angulaire du régime de désarmement et de non-prolifération nucléaires. Il vise à favoriser la paix et la sécurité internationales en limitant le développement d’armes nucléaires. Pour assurer notre sécurité collective, nous devons tout mettre en œuvre pour qu’il entre en vigueur. » — António Guterres, Secrétaire général de l'ONU

Le premier essai nucléaire a eu lieu le 16 juillet 1945. Depuis cette date, près de 2 000 essais nucléaires ont été effectués.

Au fil des années, il est apparu clairement que les essais nucléaires ont des conséquences redoutables et tragiques, surtout en cas de défaillances de conditions de réalisation, d’autant que les armes nucléaires actuelles sont beaucoup plus puissantes et destructrices qu'à l'époque.

Les tragédies humaines et écologiques résultant des essais d’armes nucléaires justifient sans réserve la proclamation d’une Journée internationale contre les essais nucléaires. Cette journée est l’occasion d'organiser des manifestations et de transmettre des messages pédagogiques destinés à capter l’attention et montrer combien il est indispensable d’unir nos efforts pour empêcher la poursuite de ces essais.

Il existe un traité international visant à mettre un terme à toutes les formes d’essais nucléaires: le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (TICE). Il n'est malheureusement pas encore en vigueur.

Le 2 décembre 2009, lors de sa 64ème session, l’Assemblée Générale a proclamé le 29 août Journée internationale contre les essais nucléaires en adoptant la résolution 64/35. Cette résolution appelle à éduquer le public et à le sensibiliser « aux effets des explosions expérimentales d’armes atomiques et autres explosions nucléaires et à la nécessité d’y mettre fin, en tant que moyen parmi d’autres de parvenir à l’objectif d’un monde sans armes nucléaires ». Cette résolution a été initiée par la République du Kazakhstan, à laquelle se sont joints un grand nombre d’auteurs et de co-auteurs, afin de commémorer la fermeture du polygone d’essais nucléaires de Semipalatinsk, le 29 août 1991.

La Journée internationale contre les essais nucléaires vise à mobiliser l’Organisation des Nations Unies, les États Membres, les organisations intergouvernementales et non gouvernementales, les milieux universitaires, les réseaux de jeunes et les médias dans un objectif d’information et d’éducation du public et de sa sensibilisation à la nécessité d’interdire les essais d’armes nucléaires en tant que pas majeur vers l’édification d’un monde plus sûr. La célébration de cette journée est indispensable à la promotion de la paix et de la sécurité autour du monde.

L’année 2010 a marqué la célébration inaugurale de la Journée internationale contre les essais nucléaires. Depuis cette date, cette journée est célébrée chaque année à travers le monde lors des colloques, de conférences, d'expositions, de compétitions, de publications, de programmes diffusés par les médias et bien d'autres activités.

Depuis la proclamation de la Journée internationale contre les essais nucléaires, nombre d’avancées bilatérales et multilatérales gouvernementales ainsi que de vastes mouvements de la société civile ont contribué à faire progresser la cause de l’interdiction des essais nucléaires.

En outre, « convaincue que le désarmement nucléaire et l’élimination totale des armes nucléaires sont la seule garantie absolue contre l’emploi ou la menace des armes nucléaires », l’Assemblée générale a désigné le 26 septembre Journée internationale pour l’élimination totale des armes nucléaires, journée consacrée à la poursuite de l'objectif de l'élimination totale des armes nucléaires, grâce à la mobilisation d'efforts internationaux. Proposée pour la première fois en octobre 2013, la résolution 68/32 faisait suite à la réunion de haut niveau sur le désarmement nucléaire du 26 septembre 2013 à l'Assemblée générale des Nations Unies. La Journée internationale pour l'élimination totale des armes nucléaires a été observée pour la première fois en septembre 2014. La Journée internationale contre les essais nucléaires et d'autres événements et actions ont favorisé les avancées globales pour un monde sans armes nucléaires.

Comme le Secrétaire général l’a reconnu dans son nouveau programme de désarmement intitulé « Assurer notre avenir commun », lancé le 24 mai 2018, la norme contre les essais est un exemple de mesure qui sert à la fois les objectifs de désarmement et de non-prolifération. En limitant la mise au point de nouveaux types d’armes nucléaires perfectionnés, le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires freine la course aux armements. Il constitue également un obstacle normatif puissant contre les États potentiels qui pourraient chercher à développer, fabriquer et acquérir ultérieurement des armes nucléaires en violation de leurs engagements de non-prolifération.

Tout doit être fait pour assurer l’entrée en vigueur du Traité d'interdiction complète des essais nucléaires et préserver sa place dans l’architecture internationale. À cet égard, le Secrétaire général lance un appel à tous les États restants dont la ratification est nécessaire pour que le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires entre en vigueur et s’engage à signer le Traité rapidement s’ils ne l’ont pas déjà fait afin d'accélérer l'achèvement de leurs processus de ratification.

L’ONU espère qu’un jour toutes les armes nucléaires seront éliminées. D'ici là, observons la Journée internationale contre les essais nucléaires et travaillons à la promotion de la paix et de la sécurité dans le monde entier. Des initiatives telles que la Journée internationale contre les essais nucléaires font partie des efforts mondiaux en vue d’un monde exempt d’armes nucléaires.