ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

Symposium de haut niveau 2011 du Luxembourg sur « Travailler ensemble pour renforcer l’impact de l’aide au développement », du 18 au 19 octobre 2011

Le deuxième Symposium de haut niveau en préparation du Forum pour la coopération en matière de développement 2012 des Nations Unies s’est tenu les 18 et 19 octobre 2011 au Luxembourg. Le Symposium était accueilli et organisé par le Luxembourg en coopération avec le Département des affaires économiques et sociales (DAES) des Nations Unies. Il a été l’occasion pour les représentants de haut niveau et des experts de la coopération en matière de développement et de gestion de l’aide d’échanger leurs points de vue et de partager les enseignements tirés. Les participants étaient issus de gouvernements nationaux et de collectivités locales, de parlements, d’ONG et autres organisations de la société civile, de fondations philanthropiques et du secteur privé.

L'objectif du Symposium était d’identifier les meilleures solutions afin d'aider les pays en développement à optimiser l’impact de l’aide. Les participants ont examiné la façon dont l’aide publique au développement (APD) peut permettre aux pays en développement de mobiliser des investissements et d'autres types de financement du développement, par exemple le commerce et les ressources domestiques, dans le but de renforcer leurs capacités productives et de lutter contre la pauvreté.

Permettre aux pays en développement de s’affranchir de l’aide dans le long terme exige une aide à court et moyen terme accrue et de meilleure qualité, soutenue par des politiques efficaces en matière de développement durable – y compris pour les groupes les plus pauvres et les plus vulnérables de la société. Il est essentiel également de déployer davantage d’efforts pour renforcer la capacité des pays en développement à mobiliser des ressources domestiques et à attirer des investissements directs étrangers, surtout dans les pays ne pouvant attirer l'investissement direct et privé.

Dans ce contexte, le symposium de haut niveau du Luxembourg a analysé les enseignements tirés et abordé les principaux problèmes et défis quant à la façon :

  • D'utiliser l’aide pour mobiliser d’autres sources de financement du développement, notamment en :
    • Élargissant l’accès aux services financiers inclusifs
    • Utilisant l’aide pour promouvoir la mobilisations des ressources domestiques, y compris par des systèmes fiscaux efficaces
    • Utilisant l’aide pour attirer les investissements étrangers directs
  • De s’assurer que les ressources supplémentaires soutiennent le développement durable

Le Symposium a également discuté des expériences des gouvernements des pays de programme pour promouvoir une gestion plus cohérente des diverses modalités de l'aide et des sources domestiques et extérieures de financement du développement. Il a par ailleurs étudié comment inclure tous les acteurs concernés dans les revues nationales et sectorielles des politiques de l’aide et des engagements concernant la qualité de l’aide - afin d’améliorer ses résultats.

Messages clés du symposium :

  1. L’actuelle « économie politique » et la vindicte populaire grandissante dans les pays menacent les flux de l’aide. Il est impératif que ces ressources limitées soient employées de manière plus efficace.
  2. L’aide devrait viser à mobiliser les types de flux financiers qui ont le plus d’impact sur la réalisation des OMD et des autres objectifs de développement convenus au plan international.
  3. Les représentants des pays les moins avancés ont souligné que l’aide apportée à leur pays doit, en toute priorité, favoriser la mobilisation des investissements étrangers directs et d’autres ressources afin de renforcer le secteur productif. Cependant, certaines des ONG étaient d’avis que l’aide avait un impact maximum lorsqu’elle était employée en soutien de programmes sociaux tels que la santé ou l’éducation.
  4. Il a été répété que les pays bénéficiaires devaient décider du déploiement des ressources de l’aide.

Symposium du Forum pour la coopération en matière de développement

Presse et communications

Remarques et présentations

Séamce d'ouverture :

Clôture du Symposium :

  • Lazarous KAPAMBWE EN PDF, Président du Conseil économique et social des Nations Unies
  • Thomas STELZER EN PDF, Sous-Secrétaire général à la coordination des politiques et aux affaires interinstitutions, Département des affaires économiques et sociales, Nations Unies

Présentations additionnelles durant le Symposium

  • Iliana OLIVIE EN PDF, Analyste principale, Coopération internationale et développement, Elcano Royal Institute
  • Bernard ZILLER EN PDF, Conseiller économique principal, Banque européenne d’investissement

Matériels d’information complémentaires fournis par les participants

Réunion du Groupe d’experts - « Le renforcement de la responsabilité mutuelle internationale », 17 octobre 2011, Luxembourg

L’objectif de cette réunion du Groupe d’experts était d’identifier des recommandations pour renforcer les mécanismes de responsabilité mutuelle internationale aux fins d’assurer que tous les acteurs respectent leurs engagements passés en matière d’aide.

Elle a abordé quatre points :

  • La représentation de tous les acteurs concernés dans la planification et la mise en œuvre pour garantir la légitimité et l’appropriation;
  • L’ampleur et la pertinence des informations et des données factuelles pour les utilisateurs au niveau des pays;
  • L’impact du comportement des fournisseurs individuels et autres parties prenantes au niveau national; et
  • La coordination entre les mécanismes et les liens avec les mécanismes au niveau national.

Documents

Présentations

 

Traduire les promesses internationales en actions concrètes