ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

Mandat de l'Examen ministériel annuel

Document final du Sommet mondial

Lors du Sommet mondial de 2005, les chefs d’État et de gouvernement ont, au paragraphe 155 du Document final du Sommet mondial [A/RES/60/1], chargé le Conseil économique et social d’assurer le suivi de l’application des textes issus des grandes conférences et réunions au sommet des Nations Unies, notamment en ce qui concerne les objectifs de développement convenus sur le plan international, et de tenir chaque année des réunions au niveau ministériel afin d’examiner sur le fond les progrès accomplis, en faisant appel à ses commissions techniques et régionales, ainsi qu’à d’autres institutions internationales, conformément à leurs mandats respectifs.

Renforcement du Conseil économique et social

Donnant suite au Sommet mondial, l’Assemblée générale a adopté la résolution 61/16 sur le Renforcement du Conseil économique et social. Dans cette résolution, l’Assemblée a décidé :

  • que le Conseil économique et social devrait procéder à un Examen ministériel annuel dans le cadre de son débat de haut niveau;
  • que cet Examen devrait reposer sur une approche intersectorielle axée sur des thèmes communs aux textes issus des grandes conférences et réunions au sommet organisées sous l’égide de l’Organisation des Nations Unies dans les domaines économique et social et dans les domaines connexes, notamment sur les objectifs du Millénaire pour le développement et d’autres objectifs de développement convenus à l’échelon international;
  • qu’il devrait faire le bilan des progrès accomplis dans la mise en oeuvre des textes issus de ces conférences et sommets et leurs processus de suivi; et
  • qu’il devrait évaluer son impact sur la réalisation des buts et objectifs des conférences et sommets.

À cet égard, l’Assemblée générale a :

  • recommandé que ces examens soient l’occasion pour les pays de présenter des rapports nationaux, s’ils le souhaitaient;
  • prié le Conseil d’exhorter les commissions techniques et d’autres organes subsidiaires et mécanismes de suivi compétents, selon qu’il conviendrait, à contribuer à l’évaluation, conformément à leur mandat et en tenant compte de leurs spécificités;
  • recommandé que le Conseil établisse un programme de travail pluriannuel pour ses examens de fond au niveau ministériel;
  • invité les organisations du système des Nations Unies, y compris les institutions de Bretton Woods et l’Organisation mondiale du commerce, à contribuer, dans les limites de leurs mandats respectifs, aux débats du Conseil.

Elle a également prié le Conseil d’exhorter les commissions régionales de l’ONU à :

  • contribuer, en collaboration avec d’autres organisations et processus régionaux et sous-régionaux, selon qu’il conviendrait et dans les limites de leur mandat, à l’examen des progrès accomplis dans la mise en oeuvre des textes issus des grandes conférences et réunions au sommet organisées sous l’égide de l’ONU dans les domaines économique et social et les domaines connexes et
  • contribuer aux débats du Conseil, conformément à son règlement intérieur.

Haut de page

 

Traduire les promesses internationales en actions concrètes