ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

Débat consacré à la « Mise en oeuvre des objectifs convenus et des engagements pris sur le plan international en matière de développement durable »

Deux tables rondes ont été organisées parallèlement sur le rôle des services écosystémiques dans le développement durable et sur les défis à relever dans le domaine de l’eau et de l’assainissement. Chaque session a débuté par un bref exposé présenté par des experts renommés. Afin d’encourager des échanges actifs entre les participants, il n’y a pas eu de liste d’intervenants inscrits. En outre, la lecture des déclarations a été découragée. Les déclarations ont été distribuées durant la réunion ou diffusées sur le site internet du Conseil. Le rapport du Secrétaire général sur la « Mise en oeuvre des objectifs convenus et des engagements pris sur le plan international en matière de développement durable » et des notes de synthèses ont servi de base aux débats.

Table ronde I - Le rôle des services écosystémiques dans le développement durable

2 juillet 2008, 15 à 18 heures

Les écosystèmes naturels, grâce au bon fonctionnement de leurs composantes, jouent un rôle fondamental dans l’apport de biens et services indispensables à l’humanité. Ils fournissent des services directs tels que la nourriture ou l’eau, ils régulent le climat, appuient les cycles des nutriments et la pollinisation des récoltes tout en offrant des bénéfices spirituels et récréatifs et en préservant la biodiversité. Maintenir le bon fonctionnement des écosystèmes s’avère essentiel à la réalisation de l’objectif d’un environnement durable tout en améliorant les conditions d’existence des populations les plus démunies, qui dépendent avant tout des champs, des forêts et de l’eau. Gérés de façon judicieuse, les écosystèmes ont le potentiel de devenir un patrimoine de ressources naturelles susceptibles d’être exploitées pour créer des richesses et lutter contre la pauvreté. Les principes économiques sont de plus en plus souvent utilisés pour estimer la valeur de divers aspects de l’environnement.

Des efforts concertés ont déjà vu le jour dans le domaine du changement climatique,  montrant comment les politiques macroéconomiques et commerciales affectent l’environnement (voir par exemple le Rapport Stern sur l’économie politique des changements climatiques, 2006). Les débats de cette Table ronde devraient contribuer à une meilleure compréhension du rôle des calculs de valeur économique et des incitants dans la conservation des écosystèmes.

Table ronde II - Relever les défis relatifs à l’eau et à l’assainissement

2 juillet 2008, 15 à 16 heures

Améliorer l’accès à l’assainissement – Quel est le chaînon manquant?

15 heures à 16 h 30

Selon de récentes estimations de l’OMS, l’amélioration de l’assainissement dans les pays en développement rapporte près de 9 dollars pour chaque dollar dépensé. Des gains de temps, une réduction des coûts de santé directs et indirects, un retour plus important des investissements dans le secteur de l’éducation du fait d’une assiduité accrue aux cours, l’amélioration de l’approvisionnement en eau, et la protection des ressources hydriques sont quelques uns des bénéfices liés à une amélioration de l’assainissement. Compte tenu de ces chiffres remarquables, il peut sembler surprenant que l’assainissement ne figure pas en tête de liste de l’ordre du jour en matière de développement. L’une des raisons fréquemment invoquée, à l’instar du sida autrefois, est que les gens se sentent mal à l’aise pour parler ouvertement des aspects concrets des solutions dans le domaine de l’assainissement.

En ce qui concerne le VIH/sida, un langage direct et l’appui apporté par des activistes, des célébrités , des chefs de Gouvernement éclairés et les médias ont permis de galvaniser l’opinion. Il est indispensable de reproduire ce phénomène dans le cas de l’assainissement. L’Année internationale de l’assainissement offre une chance unique de mener un effort concerté pour concevoir une stratégie de communication efficace en faveur de l’assainissement afin de maintenir la priorité de ce dernier à l’ordre du jour international après 2008. La Table ronde a commencé par examiner la situation actuelle en termes de mobilisation en faveur de l’assainissement dans les programmes nationaux et internationaux en matière de développement pour ensuite examiner les enseignements qui peuvent être tirés de la stratégie de communication utilisée dans le VIH/sida.

Mettre en oeuvre les plans de gestion intégrée des ressources en eau – Que faut-il faire?

16 h 30 - 18 heures

L’amélioration du développement et de la gestion des ressources en eau devrait être un élément clef de toute stratégie visant à réaliser les objectifs du Millénaire pour le développement relatifs à la pauvreté, à la faim, à l’égalité entre les sexes, à la santé, à l’éducation et à la dégradation de l’environnement. Ayant reconnu au Sommet mondial pour le développement durable ce lien étroit, les États Membres s’étaient assignés la tâche d’élaborer avant 2005 des plans efficients de gestion intégrée des ressources en eau tout en fournissant à cet effet un appui aux pays en développement. Depuis 2002, de nombreux pays ont réalisé des progrès dans la formulation de ces plans. Simultanément, de nombreux autres pays sont confrontés aux difficultés de leur mise en oeuvre. Un financement insuffisant, la limitation des capacités humaines et institutionnelles, outre la faiblesse des indicateurs et des mécanismes de contrôle sont souvent mentionnés. Dans ce contexte, la Table ronde a tenté de répondre aux questions suivantes : Comment aider les pays en développement à passer du stade de l’élaboration de leurs plans à celui de la mise en oeuvre? Quelles sont les mesures à prendre par les pays et par la communauté internationale? Comment parvenir à ce que des indicateurs mesurent l’impact de la gestion intégrée des ressources en eau sur la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement?

 

Traduire les promesses internationales en actions concrètes