ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

Session de haut niveau 2009

Foire de l'innovation - Base de données

Photos

Réduire la mortalité des enfants

un jeune  enfant regarde sa mère, qui écoute des agents de santé communautaire expliquer comment se protéger d'une épidémie de fièvre hémorragique de Marburg menaçant le village.

© OMS/Christopher Black

Au cours des dernières années, les taux de mortalité juvénile ont diminué dans le monde entier mais les services de santé de base font encore défaut dans de nombreux pays en développement. Dans un village ougandais reculé, un jeune enfant regarde sa mère, qui écoute des agents de santé communautaire expliquer comment se protéger d'une épidémie de fièvre hémorragique de Marburg menaçant le village.

Améliorer la santé maternelle

un agent de santé effectue une prise de sang dans un dispensaire de Koko, un quartier de la ville centrale de Bouaké, qui se trouve dans une zone sous contrôle rebelle.

© UNICEF/NYHQ2006-2767/Bruno Brioni

La mortalité maternelle reste élevée dans les pays en développement. Chaque année, plus de 500 000 femmes meurent pendant la grossesse, lors de l'accouchement ou au cours des six semaines suivant la naissance. Sur cette photo, un agent de santé effectue une prise de sang dans un dispensaire de Koko, un quartier de la ville centrale de Bouaké, qui se trouve dans une zone sous contrôle rebelle. Ce dispensaire, qui a récemment été remis en état après des années de guerre civile et d’abandon, dispense des services intégrés aux femmes enceintes, aux nourrissons et aux jeunes enfants.

Combattre le VIH/sida

un petit garçon de quinze mois, qui est séropositif, est assis sur son lit au foyer Bila Tserka Baby Home, dans le village de Bila Tserka, près de Kyiv, la capitale

© UNICEF/NYHQ2005-1814/Giacomo Pirozzi

Chaque jour, près de 7 500 personnes contractent le VIH et 5 500 meurent du sida, principalement à cause du manque de services de prévention et de traitement. Sur cette photo, un petit garçon de quinze mois, qui est séropositif, est assis sur son lit au foyer Bila Tserka Baby Home, dans le village de Bila Tserka, près de Kyiv, la capitale. Il a été abandonné à la naissance par sa mère et est l’un des 62 enfants de moins de deux ans qui vivent à l'orphelinat.

Combattre le paludisme et d'autres maladies

une fille se repose sous une moustiquaire imprégnée d'insecticide dans le village  de Karo Duss dans la Zone du Sud Omo de la Région des nations

© UNICEF/NYHQ2005-1286/Indrias Getachew

La lutte contre le paludisme s'est améliorée mais il reste à fournir davantage de services de traitements préventifs et de soins à l'échelle locale. Le nombre de moustiquaires imprégnées d’insecticide produites à l'échelle mondiale a fortement augmenté, passant de 30 millions en 2004 à 95 millions en 2007. Sur cette photo, une fille se repose sous une moustiquaire imprégnée d'insecticide dans le village de Karo Duss dans la Zone du Sud Omo de la Région des nations, nationalités et peuples du Sud.

Accès à l'eau potable

un enfant mange pendant que ses parents amènent le troupeau de chameaux de la famille boire à un point d’eau, à  Al-Akaburu (Kenya)

© OMS/Boniface Mwangi

Cette photo du "Garçon aux chameaux", prise par Boniface Mwangi, a été primée lors du concours de photo de l’OMS “Images de santé et de handicap 2007”.

L'hygiène domestique et l'accès à l'eau potable et à des installations sanitaires adéquates sont des conditions essentielles à l'amélioration de la santé publique dans le monde. Sur cette photo, un enfant mange pendant que ses parents amènent le troupeau de chameaux de la famille boire à un point d’eau, à Al-Akaburu (Kenya). Les habitants des environs s'approvisionnent également à ce point d'eau pour cuisiner et se désaltérer. En Afrique subsaharienne, le manque d'eau salubre fait plus de victimes que la guerre. Chaque jour, 6 000 personnes meurent de la dysenterie et de la diarrhée.

Les répercussions des changements climatiques sur la santé

comme le lit asséché de cette rivière sur cette photo – sont plus graves dans les pays en développement que dans les pays développés

© OMS/ Nimai Chandra Ghosh

Cette photo intitulée "Dormir dans le lit de la rivière", prise par Nimai Chandra Ghosh, a été primée lors du concours de photo de l’OMS “Images de santé et de handicap 2007”.

Les changements climatiques risquent de se répercuter sur la santé humaine de différentes façons, par exemple en modifiant l'étendue et la saisonnalité de certaines maladies infectieuses, en perturbant les écosystèmes qui sont sources d'alimentation et en accroissant la fréquence de phénomènes climatiques extrêmes, comme les ouragans et les périodes de sécheresse. Ces différents facteurs ont des répercussions sur la santé de par le monde. Les conséquences – comme le lit asséché de cette rivière sur cette photo – sont plus graves dans les pays en développement que dans les pays développés. Environ 60 % des bienfaits de l'écosystème mondial, comme l'eau douce, la salubrité de l'air et la stabilité relative du climat, se détériorent ou sont exploités de façon non viable actuellement.

Les effets des catastrophes naturelles sur la santé

une infirmière traite un patient dans un hôpital temporaire, installé devant l'Institut Abbas des sciences médicales de Muzaffarabad (Pakistan)

© OMS/Christopher Black

Les catastrophes naturelles entraînent souvent des problèmes de santé. Sur cette photo, une infirmière traite un patient dans un hôpital temporaire, installé devant l'Institut Abbas des sciences médicales de Muzaffarabad (Pakistan). Le matin du 8 octobre 2005, un violent tremblement de terre d'une force de 7,6 sur l'échelle de Richter a secoué une zone située à la frontière de l'Inde, de l'Afghanistan et du Pakistan. Des villages entiers ont été détruits et des dizaines de milliers de personnes ont été tuées ou blessées.

Promouvoir la cybersanté

Les agents de santé mobile téléchargent tous les jours des formulaires ainsi remplis dans le système de gestion de données.

© OMS/Evelyn Hockstein

Un programme novateur de soins à domicile faisant appel à des ordinateurs portables est mis à l’essai dans l'Ouest du Kenya. Monica Korir, qui vit avec le VIH et a suivi une formation d’agent mobile de santé, interroge Paul Ekorok, 52 ans, à son domicile situé dans le village de Captarit et consigne par écrit ses réponses. Les agents de santé mobile téléchargent tous les jours des formulaires ainsi remplis dans le système de gestion de données. Des messages d'alerte automatique signalent à l'attention des superviseurs cliniques les nouveaux symptômes inquiétants ou indiquent qu’un patient ne s'est pas rendu à un rendez-vous, afin que les agents de santé puissent déterminer l’origine du problème.

L'accès aux médicaments traditionnels

des sacs d'herbes médicinales se vendent sur le marché de Maradi, dans la région de Maradi au Niger.

© UNICEF/HQ07-2652/Giacomo Pirozzi

De nombreux pays d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine ont recours à des médicaments traditionnels pour répondre à une partie des besoins de soins de santé primaire. En Afrique, jusqu'à 80 % de la population utilisent des médicaments traditionnels dans le cadre des soins de santé primaire. Sur cette photo, des sacs d'herbes médicinales se vendent sur le marché de Maradi, dans la région de Maradi au Niger.