ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

Assurer un environnement durable : OMD 7

Aperçu

  • Assainissement : quelque 1,7 milliard de personnes ont eu nouvellement accès à de l’eau potable et salubre depuis 1990. Pourtant 884 millions d’individus dans le monde n’ont toujours pas d’accès à l’eau potable et 2,6 milliards n’ont pas accès à des services d’assainissement de base comme des toilettes ou des latrines.
  • Biodiversité : si les tendances actuelles se confirment, la perte de biodiversité continuera jusqu’à la fin du siècle.
  • Taudis urbains : le nombre absolu d’habitants des taudis continue d’augmenter, avec 828 millions de personnes vivant dans des bidonvilles aujourd’hui, même si leur pourcentage par rapport à la population urbaine diminue.

Si les tendances actuelles se confirment, d’ici 2015, quelque 86 pour cent de la population des régions en développement auront accès à des sources améliorées d’eau potable, contre 71 pour cent en 1990 (huit personnes sur dix sans accès à une source améliorée d’eau potable vivent dans des zones rurales). Sur le plan de la diversité, près de 17 000 espèces végétales et animales risquent l’extinction aujourd’hui, et le nombre d’espèces menacées de disparition augmente chaque jour. Élément plus encourageant, au cours des dix dernières années, plus de 200 millions d’habitants des taudis ont obtenu un accès à une eau et un assainissement améliorés et à des logements durables et moins encombrés, ce qui a grandement accru leurs chances d’échapper à la pauvreté, la maladie et l’analphabétisme.

Les Nations Unies organisent la Conférence des Nations Unies sur le développement durable – Rio+20 , qui se tiendra à Rio de Janeiro, Brésil, en juin 2012. Cet événement est une occasion historique de réunir les gouvernements, les institutions internationales et les grands groupes pour convenir d’une série de mesures ingénieuses qui permettraient de réduire la pauvreté tout en encourageant les emplois offrant un revenu convenable, une énergie non polluante et une utilisation des ressources naturelles plus juste et plus durable.

Le rôle de l'ECOSOC

En 2008, le Conseil a consacré son Examen ministériel annuel au thème du développement durable. Les Ministres de huit pays ― Belgique, Chili, Finlande, Kazakhstan, Laos, Luxembourg, Royaume-Uni et Tanzanie ― ont présenté des exposés nationaux volontaires, qui détaillent les actions récemment entreprises par leurs pays pour améliorer la durabilité de l’environnement, ainsi que des études de cas sur les initiatives fructueuses. Les pays ont également adopté une Déclaration ministérielle EN PDF, soulignant les mesures politiques clés pour promouvoir des sociétés moins polluées et plus vertes.

Système des Nations Unies

  • En Tanzanie, une initiative du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a fourni des systèmes d’énergie solaire à quelque 8 400 ménages de la région de Mwanza, dans le nord du pays. La réduction collective des émissions de dioxyde de carbone s’élevait à environ 0,93 tonnes métriques par an à la fin 2009.
  • Le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) aide les États et partenaires à mettre en œuvre des systèmes communautaires de surveillance de la qualité de l’eau pour éliminer des contaminants comme les matières fécales humaines, l’arsenic, le fluor et les nitrates. L’UNICEF promeut aussi une série d’installations bon marché pour l’assainissement, l’eau et le lavage des mains et aide à améliorer l’assainissement et à promouvoir l’hygiène, comme le lavage des mains, à l’école.
  • La Commission économique et sociale des Nations Unies pour l’Asie occidentale (CESAO) a été chargée par le Conseil ministériel pour l’eau de la Ligue des États arabes de veiller à la création d’un mécanisme régional pour la surveillance des cibles relatives à l’alimentation en eau et l’assainissement et des indicateurs y relatifs dans les pays arabes.
  • La Commission économique des Nations Unies pour l’Europe (CENUE) a épaulé la Fédération russe pour l’élaboration de plans régionaux de traitement de la biomasse afin d’aider le secteur privé et les autorités régionales à intégrer le secteur de la biomasse avec ceux des forêts, de la menuiserie, de l’agriculture, de l’électricité, du chauffage urbain, des déchets et du recyclage.
  • La Commission économique et sociale des Nations Unies pour l’Asie et le Pacifique (CESAP) aide les pays en développement à tirer un profit des déchets. Lancé au Bangladesh, ce projet régional a pour objectif de permettre aux villes de toute l’Asie et du Pacifique d’élaborer et mettre en œuvre des stratégies de gestion des déchets décentralisées, favorables aux pauvres, faibles en émissions de carbones et autofinancées grâce à la vente de crédits carbone.

Liens

Haut de page

 

Traduire les promesses internationales en actions concrètes