ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.
Logo de l'ONULogo du Haut-Commissariat aux droits de l'homme

Actualité

La Conférence d’examen anti-racisme de Durban s’achève sur une note positive

Avril 2009

Une salle de conférence.

La Conférence d’examen anti-racisme de Durban s’achève sur un accord mondial visant à produire des changements réels dans la lutte contre le racisme. Photo ONU/Pierre Virot

La Conférence d’examen anti-racisme de Durban s’est achevée le 24 avril sur un consensus concernant les moyens de produire de véritables changements pour les millions de victimes du racisme dans le monde. Qualifiant cette réussite de « tremplin pour un nouveau départ », la Haut-Commissaire aux droits de l’homme Navi Pillay a exhorté tous les participants à mettre en œuvre de manière vigoureuse le Document final.

« Ce soir, nous quitterons la salle avec le sentiment du devoir accompli, avec une détermination et une motivation renouvelées et revigorées » a déclaré Mme Pillay, la Secrétaire générale de la Conférence d’examen, dans son discours de clôture vendredi après-midi.

« Cette détermination et cette expérience serviront d’appui au travail qui nous attend tous : redoubler d’efforts pour tenir nos engagements ; transposer concrètement au plus vite le Document final ; et gommer impérativement le fléau séculaire du racisme. »

Elle a déclaré que la Conférence s’était avérée être « une célébration de la tolérance et de la dignité pour tous » et avait produit « un document final fructueux incarnant une ambition commune : défier le racisme sous toutes ses formes et œuvrer à son éradication partout où il apparaît. »

La Haut-Commissaire a loué l’engagement, la flexibilité et les concessions dont ont fait preuve tous les gouvernements et groupes régionaux, qui ont permis de déboucher sur un « accord mondial, le Document final, qui produira de véritables changements pour les millions de victimes du racisme et de la discrimination raciale. »

Concernant les quelques gouvernements qui avaient choisi de ne pas participer à la Conférence, « ceux-ci devraient maintenant évaluer le Document final pour ce qu’il est et ce qu’il contient réellement » a déclaré Mme Pillay, et « s’associer aux efforts internationaux de lutte contre le racisme décrits dans le Document final. »

La Haut-Commissaire a indiqué que l’accent était maintenant placé sur la mise en œuvre.

« Nous devons assurer un suivi de la mise en œuvre, et vérifier si les États tiennent les engagements qu’ils ont souscrits. Cette action sera menée par le Haut-Commissariat aux droits de l’homme, le Conseil des droits de l’homme et les procédures spéciales. Nous assurerons un suivi des plans d’action nationaux au travers des institutions nationales de défense de droits de l’homme » a-t-elle annoncé lors d’une conférence de presse le 24 avril.

Dans ses remarques de clôture, le Président de la Conférence d’examen, Amos Wako, a indiqué que le Document final représentait « un nouveau pas en avant, concret et courageux, dans la lutte mondiale contre le racisme. »

« Nous avons clairement fait comprendre aux sceptiques que le monde reste uni dans ce combat, un combat qui appelle la participation de tous ceux qui tiennent à promouvoir les droits de toutes les personnes et de toutes les communautés » a-t-il déclaré.

La Conférence d’examen, qui s’est tenue du 20 au 24 avril, visait à évaluer les avancées accomplies depuis la Conférence mondiale contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance qui y est associée tenue à Durban, en Afrique du Sud, en 2001.