ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.
 

Désarmement - Bureau des affaires du désarmement des Nations Unies

Lutte contre la prolifération des missiles

Initiatives internationales

Les bombardiers et les missiles ont fait l'objet de plusieurs initiatives mondiales de maîtrise des armements.

Après la Seconde Guerre mondiale, les négociations internationales sur la maîtrise des armements étant dans l'impasse, les limites concernant les transferts de bombardiers, de missiles et de leurs composants furent considérées par de nombreux États comme le moyen le plus efficace d'enrayer la prolifération des armes nucléaires et autres armes de destruction massive.

En conséquence, en 1950, un groupe de pays occidentaux décida de créer le Comité de coordination pour le contrôle multilatéral des exportations stratégiques (COCOM) comme une association informelle pour régir, entre autres, les transferts, essentiellement vers les pays communistes, de technologies sensibles pouvant être utilisées à des fins militaires.

En 1995, le Comité de coordination pour le contrôle multilatéral des exportations stratégiques fut remplacé par l'Arrangement de Wassenaar, qui définit une liste d'articles assujettis à des limites de transferts et qui compte plus d'États Membres avec les anciens pays communistes en Europe.

En 1987, vu l'inquiétude croissante que suscitait la prolifération des missiles, les pays du Groupe des Sept annoncèrent la formation d'un Régime de contrôle de la technologie des missiles (RCTM) pour limiter la prolifération des missiles et des technologies pouvant servir à fabriquer des missiles capables d'emporter des armes de destruction massive sur des portées de plus de 300 kilomètres.

Initiatives bilatérales

Pendant la guerre froide, les restrictions concernant le déploiement de missiles formaient la base des initiatives de maîtrise des armements de l'Union soviétique et des États-Unis. Les traités de limitation des armes stratégiques (SALT I et II), conclus par les deux pays dans les années 70, limitaient le nombre de missiles balistiques stratégiques qu'ils pouvaient déployer, tandis que le Traité ABM – conclu en même temps que l'Accord SALT I – limitait le nombre d'installations de défense antimissiles et celui de missiles d'interception pour les deux pays.

Dans les années 80, l'Union soviétique et les États-Unis convinrent d'éliminer leurs missiles balistiques à portée intermédiaire et à plus courte portée basés au sol en signant le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (Traité FNI).

À la fin de la guerre froide, les traités START I et II, négociés respectivement en 1991 et 1993, fixèrent de grandes réductions pour le nombre des ogives et des missiles balistiques stratégiques des deux pays, ainsi que pour les bombardiers déployés et les armements correspondants.

Source : Les termes de la sécurité : un lexique pour la maîtrise des armements, le désarmement et l'instauration de la confiance, Chapitre 7 - Les Vecteurs : bombardiers et missiles PDF

Haut de page