ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.
 

Désarmement - Bureau des affaires du désarmement des Nations Unies

Glossaire sur les missiles et les bombardiers

Aides à la pénétration
Dispositifs des bombardiers et des missiles leur permettant d'infiltrer avec succès les défenses ennemies. Il s'agit de leurres ou d'appareils de brouillage électronique, qui perturbent ou bloquent les systèmes radar ennemis.
Bombardier
Avion conçu principalement pour lancer des attaques aériennes contre des cibles ennemies au sol. Les bombardiers sont généralement classés en deux catégories, les bombardiers stratégiques et les bombardiers tactiques, selon leur portée et la taille de la charge utile qu'ils peuvent emporter. Les bombardiers stratégiques emportent des charges plus lourdes et ont un rayon d'action plus grand. Les bombardiers stratégiques sont aussi appelés bombardiers lourds ou bombardiers à long rayon d'action. Quant aux bombardiers tactiques, ils emportent des charges plus légères et leur rayon d'action est moins étendu. Ils sont aussi appelés bombardiers moyens ou bombardiers légers. De nombreux bombardiers modernes peuvent être utilisés pour emporter des charges classiques ou des armes de destruction massive.
Capacité d'emport
Masse maximale de la tête d'un missile balistique.
Charge utile
Il s'agit de la masse totale des munitions transportées par un bombardier ou un missile, à savoir les ogives (ou têtes) ainsi que les dispositifs d'armement, de mise à feu et de sécurité, et les aides à la pénétration.
Contrôles des exportations
Mesures visant à régir les transferts internationaux pour certains systèmes d'armes et leurs composants. Les contrôles des exportations sont une forme de maîtrise des armements qui visent à empêcher la prolifération des technologies sensibles. Ils peuvent être imposés unilatéralement ou collectivement. Les contrôles multilatéraux des exportations sont des accords politiques qui visent à coordonner les politiques nationales des différents participants sur la question des transferts. Par exemple, le Régime de contrôle de la technologie des missiles (RCTM) et l'Arrangement de Wassenaar visent à coordonner les politiques nationales des États Membres concernant les transferts de missiles capables d'emporter des armes de destruction massive ou de leurs composants, ainsi que les transferts d'autres systèmes d'armes et de technologies sensibles. Le Comité Zangger et le Groupe des fournisseurs nucléaires jouent un rôle similaire pour les transferts de matières et technologies pouvant servir à la mise au point d'armes nucléaires.
Corps de rentrée
Contient les têtes et les aides à la pénétration d'un missile balistique. Les corps de rentrée sont conçus pour permettre la rentrée dans l'atmosphère terrestre après la séparation des propulseurs d'appoint. Ils ont une forme conique et sont construits dans des matériaux très résistants. Un missile balistique peut comporter plusieurs corps de rentrée; c'est le cas des missiles balistiques équipés de corps de rentrée à têtes multiples indépendamment guidées (MIRV). Les corps de rentrée sont généralement guidés vers la cible par la force de gravité et la traînée aérodynamique. Certains corps de rentrée sont dotés de système de correction de trajectoire qui leur permettent d'ajuster en partie leur trajectoire pour se diriger vers leur cible. Ce sont des corps de rentrée manœuvrables; ils peuvent viser une cible avec une très grande précision.
Corps de rentrée à têtes multiples indépendamment guidées (MIRV)
Plusieurs corps de rentrée emportés par un seul missile balistique et qui peuvent être envoyés sur différentes cibles. Un missile mirvé transporte une charge utile avec plusieurs têtes sur le véhicule de postpropulsion ou « bus ». Celui-ci se sépare du reste du missile, au milieu du vol, et libère chaque tête à des points prédéfinis le long de la trajectoire prévue. L'attraction gravitationnelle et la traînée aérodynamique dirigent ensuite les têtes vers leurs cibles. Puisque chaque tête peut être éjectée sur un vecteur différent (déterminé par le point où elle est lâchée), plusieurs cibles peuvent être visées simultanément. Les missiles à têtes multiples furent mis au point dans les années 60 et marquèrent un tournant dans la course aux armements entre l'Union soviétique et les États-Unis. Les MIRV permettent aux missiles balistiques d'attaquer plus de cibles ennemies en moins de temps. L'apparition des missiles mirvés a accru considérablement les capacités de première frappe des missiles balistiques. Cela a provoqué une course aux armements quantitative entre l'Union soviétique et les États-Unis, chacun voulant améliorer sa capacité de riposte. En signant, en 1993, le Traité sur de nouvelles réductions et limitations des armements stratégiques offensifs (Traité START II), les deux pays acceptaient de réduire le nombre d'ogives de leurs missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) de sorte qu'une seule ogive soit déployée sur un missile.
Défense antimissiles de théâtre
Système de défense conçu pour intercepter et neutraliser des missiles balistiques de théâtre et leurs corps de rentrée en cours de vol. Les défenses antimissiles de théâtre associent des intercepteurs de missiles sophistiqués embarqués ou basés au sol avec des capteurs perfectionnés capables de détecter en temps réel un tir et de déterminer avec précision la trajectoire et le point d'impact des corps de rentrée. La prolifération des missiles balistiques a stimulé l'intérêt pour la mise au point de systèmes de défense antimissiles de théâtre. Cette volonté est particulièrement forte aux États-Unis. Ce pays est d'ailleurs en train d'évaluer le système THAAD (Theater High-Altitude Area Defense). L'accord de délimitation de la défense antimissiles, conclu en 1997 entre le Bélarus, les États-Unis, la Fédération de Russie, le Kazakhstan et l'Ukraine, fait la distinction entre les systèmes de défense de théâtre autorisés et les systèmes de défense stratégique interdits. L'accord définit les missiles de théâtre comme des missiles ayant une vitesse maximale inférieure à 5 kilomètres par seconde et une portée de moins de 3 500 kilomètres.
Écart circulaire probable (ECP)
Rayon d'un cercle, ayant pour centre la cible, à l'intérieur duquel parviendraient 50% des missiles tirés. L'écart circulaire probable (ECP) mesure le degré de précision d'une catégorie de missiles. Plus l'ECP est petit, plus le missile est précis, et inversement. La précision des missiles est un élément important pour évaluer l'efficacité attendue d'un missile.
Initiative de défense stratégique (IDS)
Programme de recherche-développement pour la défense annoncé par les États-Unis en 1983 et qui prévoyait la mise au point d'une défense antimissiles balistiques capable de protéger les États-Unis contre une attaque nucléaire massive de la part de l'Union soviétique. Au départ, la recherche-développement de l'IDS se concentrait sur des systèmes d'interception basés au sol ou dans l'espace pour détruire ou neutraliser des missiles balistiques assaillants et leurs têtes, en cours de vol, grâce à différentes techniques et notamment les armes à énergie dirigée et les intercepteurs de missiles. En 1991, avec la fin de la guerre froide, l'IDS fut officiellement remplacée par le programme moins ambitieux de système de protection globale contre les frappes limitées (GPALS) et ses efforts de recherche furent réorientés essentiellement sur des systèmes classiques d'interception de missiles.
Intercepteur de missiles
Véhicule qui intercepte et neutralise des missiles balistiques assaillants ou leurs corps de rentrée, ou des missiles de croisière en cours de vol.
Lanceur
Dispositif où se trouve le missile ou la fusée, et qui procède au lancement. Il peut s'agir de silos, d'avions ou de sous-marins. Les lanceurs peuvent être statiques ou mobiles. Ainsi, les silos sont fixes, alors que les plateformes qui transportent des missiles (qu'il s'agisse de camions ou de trains spécialement adaptés) sont mobiles. Les lanceurs mobiles offrent une flexibilité tactique car ils sont difficiles à repérer et à détruire en raison de leur capacité à changer facilement d'emplacement. Quant aux lanceurs fixes, ils permettent de réaliser des frappes plus précises et peuvent gérer des systèmes de missiles avec des charges utiles plus importantes.
Missile
Véhicule sans pilote, propulsé par moteur-fusée, qui est guidé vers une cible. Il existe une grande variété de systèmes de missiles. Ils peuvent avoir une portée de quelques centaines de mètres à plusieurs milliers de kilomètres. Un missile comporte un système de propulsion, un système de guidage et une charge utile. Pour des raisons opérationnelles, un missile doit être fixé à un lanceur. Les missiles peuvent emporter des charges utiles classiques, nucléaires, biologiques ou chimiques.
Missile balistique
Missile dont le vol suit une trajectoire balistique (autrement dit parabolique) dictée essentiellement par la force de gravité et la traînée aérodynamique une fois que la poussée s'arrête. Un missile balistique comporte un système de propulsion, une charge utile et un système de guidage. Le système de propulsion envoie, sur un vecteur déterminé, le missile jusqu'à une altitude prédéfinie. La poussée est alors coupée; le missile ou les corps de rentrée se dirigent ensuite sur la cible, tirés par la gravité. Des systèmes de correction de trajectoire permettent à certains missiles balistiques de modifier légèrement leur trajectoire. Les missiles balistiques peuvent être armés de têtes nucléaires, biologiques ou chimiques. Ils sont généralement utilisés pour transporter des charges d'armes de destruction massive. Voir aussi missile balistique intercontinental (ICBM), missile balistique lancé par sous-marin (SLBM), missile balistique à portée intermédiaire, missile balistique à moyenne portée, missile balistique à plus courte portée et missile balistique à courte portée.
Missile balistique à courte portée
Missile balistique ayant une portée de moins de 500 kilomètres. Les missiles balistiques à courte portée sont déployés au sol sur des lanceurs mobiles ou statiques. Ils peuvent emporter des charges utiles nucléaires, classiques ou d'autres armes de destruction massive. Ils sont parfois appelés missiles tactiques.
Missile balistique à moyenne portée
Voir missile balistique à portée intermédiaire
Missile balistique à plus courte portée
Missile balistique ayant une portée comprise entre 500 et 1 000 kilomètres. Les missiles balistiques à plus courte portée sont déployés au sol sur des lanceurs mobiles ou statiques. Ils peuvent emporter des charges nucléaires, classiques ou d'autres armes de destruction massive. Le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (Traité FNI) de 1987 élimine les missiles balistiques nucléaires à plus courte portée des arsenaux de l'Union soviétique et des États-Unis. Les missiles balistiques à plus courte portée sont parfois appelés missiles de théâtre.
Missile balistique à portée intermédiaire
Missile balistique ayant une portée comprise entre 1 000 et 5 500 kilomètres. Les missiles balistiques à portée intermédiaire sont basés au sol et peuvent être déployés et tirés à partir de lanceurs mobiles ou fixes. Ils peuvent être armés de têtes nucléaires, classiques, biologiques ou chimiques. Le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (Traité FNI) de 1987 élimine les missiles balistiques à portée intermédiaire des arsenaux de l'Union soviétique et des États-Unis. Les missiles balistiques à portée intermédiaire sont parfois appelés missiles tactiques ou missiles de théâtre.
Missile balistique intercontinental (ICBM)
Missile balistique ayant une portée de plus de 5 500 kilomètres. Les missiles balistiques intercontinentaux sont nucléaires, mais ils peuvent aussi emporter des charges classiques ou d'autres munitions d'armes de destruction massive. Ils peuvent être équipés de corps de rentrée à têtes multiples indépendamment guidées (MIRV). Ils sont déployés dans des silos ou sur des lanceurs mobiles d'où ils peuvent être tirés. Les missiles balistiques intercontinentaux sont parfois appelés missiles stratégiques.
Missile balistique lancé par sous-marin (SLBM)
Missile balistique ayant une portée de plus de 5 500 kilomètres; il est tiré depuis le sous-marin sur lequel il est déployé. À l'instar des missiles balistiques intercontinentaux (ICBM), les SLBM sont généralement nucléaires, mais ils peuvent aussi emporter des munitions classiques ou d'autres armes de destruction massive et être équipés de corps de rentrée à têtes multiples indépendamment guidées (MIRV). Contrairement aux missiles balistiques intercontinentaux, les SLBM sont déployés en mer, ont une portée plus courte, emportent des charges utiles plus petites et sont un peu moins précis. Comme ils sont déployés sur des sous-marins difficiles à localiser, les SLBM sont bien protégés contre les attaques ennemies. Ils constituent donc une capacité de riposte particulièrement adaptée.
Missile de croisière
Missile qui utilise la portance aérodynamique pour compenser la force de gravité et la propulsion pour contrer la traînée aérodynamique. À la différence des missiles balistiques, les missiles de croisière suivent une trajectoire parallèle au sol (généralement à une altitude constante) comme les avions. Certains missiles de croisière peuvent voler à une altitude d'environ 30 mètres (au-dessus de zones plates) et atteindre une vitesse de 800 km/h sur plus de 3 000 kilomètres. Les missiles de croisière les plus avancés sont équipés de systèmes de guidage en vol et de systèmes de guidage terminal. Ils peuvent ainsi suivre des trajectoires qui évitent les obstacles et sont d'une grande précision de frappe. Les missiles de croisière peuvent être lancés depuis le sol, l'air ou la mer et peuvent emporter une tête classique ou nucléaire. Ils pourraient aussi être armés de charges chimiques ou biologiques.
Silo
Installation souterraine abritant des missiles balistiques et qui permet de les lancer. Les silos modernes ont la forme d'un tube, ils sont verticaux et sont renforcés pour protéger les missiles contre les tirs ennemis. La destruction des silos « durcis » et de leurs missiles nécessite une attaque nucléaire très précise. Le tir des missiles à partir des silos est généralement effectué à distance, depuis des centres de contrôle. Certains silos sont néanmoins équipés pour réaliser le tir. Les silos sont généralement réutilisables. Après qu'un tir de missile a été effectué, un autre missile peut être mis en place et lancé à son tour. Les silos abritent généralement des missiles balistiques intercontinentaux (ICBM).
Système de guidage
Système électronique qui dirige un missile vers sa cible. Il en existe deux types : les systèmes de guidage en vol et ceux de guidage terminal. Les premiers régulent la trajectoire et l'altitude d'un missile en cours de vol. Il s'agit généralement d'un guidage inertiel autonome qui utilise un gyroscope, un accéléromètre et une unité de traitement pour positionner le missile sur une trajectoire prédéfinie et faire les ajustements nécessaires. Sur les missiles de croisière à longue portée, le guidage inertiel est complété par d'autres types de guidage (par exemple, un système de navigation avec fonction suivi du terrain ou un système de navigation par satellite). Quant aux systèmes de guidage terminal, ils aident les missiles à trouver leur cible en fin de trajectoire, grâce à un système de corrélation numérique. Les systèmes de guidage terminal sont essentiellement utilisés pour des missiles de croisière perfectionnés.
Système de propulsion
Partie d'un missile qui le propulse vers sa cible. Les missiles balistiques modernes sont équipés de systèmes de propulsion qui peuvent compter jusqu'à quatre étages. Le nombre d'étages est proportionnel à la portée du missile (plus la portée est grande, plus il y a d'étages). Les systèmes de propulsion peuvent être à propergol liquide ou solide. Ceux à propergol liquide produisent une impulsion plus forte et leur poussée peut être contrôlée pour faire des ajustements de trajectoire. Le propergol liquide doit toutefois être stocké séparément et n'être placé dans le missile que pour le tir. Les systèmes à propergol solide sont plus compacts, plus résistants et permettent une plus grande accélération. Le propergol solide est stocké dans le missile. Celui-ci peut donc être tiré dans un délai plus court. Les systèmes de propulsion à propergol liquide conviennent mieux aux missiles balistiques à longue portée (et plus particulièrement au véhicule de postpropulsion) et les systèmes à propergol solide sont plus adaptés pour les missiles balistiques à courte portée ou à portée intermédiaire, ou pour les premiers étages des missiles balistiques à longue portée.
Système de protection globale contre les frappes limitées (GPALS)
Programme de recherche-développement pour un système de défense antimissiles engagé par les États-Unis en 1991. Il s'agit d'une version plus limitée de l'Initiative de défense stratégique (IDS). Le GPALS doit permettre de protéger le territoire et les troupes des États-Unis, de leurs alliés et d'autres pays amis contre des frappes limitées de missiles balistiques nucléaires et non nucléaires. Le GPALS comprend trois grandes composantes : des défenses antimissiles nationales basées au sol; des défenses antimissiles de théâtre; et une défense antimissiles globale dans l'espace.
Systèmes antimissiles balistiques (systèmes ABM)
Systèmes conçus pour intercepter et détruire des missiles balistiques ou leurs corps de rentrée en cours de vol. Les systèmes antimissiles balistiques comportent des capteurs de poursuite, des lanceurs et des intercepteurs. Ces systèmes peuvent être classés en trois catégories selon leur portée d'interception : ceux qui sont conçus pour détruire les missiles assaillants en début de vol (interception dans la phase de propulsion); ceux qui détruisent les missiles à des distances relativement éloignées en dehors de l'atmosphère (interception exoatmosphérique); et ceux conçus pour détruire les corps de rentrée des missiles à des distances relativement courtes une fois qu'ils sont rentrés dans l'atmosphère (interception endoatmosphérique). Le déploiement de systèmes antimissiles balistiques par la Russie et les États-Unis est limité par le Traité ABM. Les systèmes antimissiles balistiques sont parfois appelés systèmes de défense antimissiles balistiques. Voir aussi système de protection globale contre les frappes limitées (GPALS), Initiative de défense stratégique (IDS) et défense antimissiles de théâtre.
Télémesure
Mesure automatique et transmission de données effectuées à distance. La télémesure est généralement effectuée par le biais d'ondes radioélectriques. La télémesure permet d'évaluer la performance des missiles au cours des essais.
Tête
Partie d'un missile, d'un projectile, d'une torpille ou de toute autre munition, qui contient des explosifs chimiques, des explosifs nucléaires, des agents chimiques ou biologiques, ou toute autre matière destinée à provoquer des dégâts. En français, le terme ogive est aussi utilisé.
Vecteur
Moyen de propulsion ou de transport utilisé pour emporter les munitions vers leur cible. De nombreux vecteurs peuvent emporter des armes classiques ou des armes de destruction massive.

Source : Les termes de la sécurité : un lexique pour la maîtrise des armements, le désarmement et l'instauration de la confiance, Chapitre 7 - Les Vecteurs : bombardiers et missiles PDF

Haut de page