ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.
 

Désarmement - Bureau des affaires du désarmement des Nations Unies

Traité START II

Traité sur de nouvelles réductions et limitations des armements stratégiques offensifs

Accord entre la Fédération de Russie et les États-Unis d'Amérique qui définit de nouvelles réductions des missiles nucléaires stratégiques et des ogives des deux pays, signé à Moscou le 3 janvier 1993.

Il doit rester en vigueur aussi longtemps que le Traité START I le restera. La Fédération de Russie ratifia le Traité START II le 14 avril 2000, sous réserve de sa ratification par les États-Unis.

Cet accord vise à réduire davantage encore les arsenaux nucléaires de la Fédération de Russie et des États-Unis. Chacun des deux pays s'engage à ramener le total de ses ogives nucléaires stratégiques à un nombre compris entre 3 000 et 3 500 (par rapport aux 6 000 ogives prévues par le Traité START I). Pas plus de 1 700 à 1 750 ogives peuvent être déployées sur des missiles balistiques lancés par sous-marin (SLBM). En outre, tous les missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) équipés de corps de rentrée à têtes multiples indépendamment guidées (MIRV) doivent être éliminés, de même que tous les missiles balistiques intercontinentaux lourds russes SS-18.

En vertu du Traité START II, la réduction des ogives nucléaires doit intervenir en deux phases :

  1. Au cours de la première phase, la Fédération de Russie et les États-Unis doivent réduire le total des ogives nucléaires déployées à un nombre compris entre 3 800 et 4 250. Au maximum, 1 200 ogives pourront être déployées sur des missiles balistiques intercontinentaux à têtes multiples, 2 160 sur des missiles balistiques lancés par sous-marin et 650 sur des missiles balistiques intercontinentaux lourds. Ces objectifs doivent être atteints sept ans après l'entré en vigueur du Traité START I (autrement dit pour 2001).
  2. Durant la deuxième phase, chaque État partie doit réduire le total de son stock d'ogives nucléaires à un nombre compris entre 3 000 et 3 500 et éliminer tous ses missiles balistiques intercontinentaux à têtes multiples. Il était initialement prévu que les objectifs de cette phase soient atteints en 2003, mais les deux États parties signèrent à New York, le 26 septembre 1997, un protocole qui repoussait cette échéance à la fin de l'année 2007.

Pour réduire le nombre des ogives nucléaires aux limites fixées par le Traité, différentes méthodes peuvent être employées, comme le retrait d'ogives, la conversion et l'élimination. Au maximum cinq ogives peuvent être retirées des missiles à têtes multiples. Le nombre des bombardiers lourds réaffectés à un rôle classique ne doit pas dépasser 100, mais ils doivent être basés séparément des bombardiers qui ont un rôle nucléaire.

Source : Les termes de la sécurité : un lexique pour la maîtrise des armements, le désarmement et l'instauration de la confiance, Chapitre 6 - Armes nucléaires PDF

>> Plus d'informations sur les armes nucléaires

Haut de page