Le monde en développement a besoin des énergies renouvelables

M. Tariq Banuri, Directeur de la Division du développement durable, a lancé un appel pour mobiliser un soutien international en faveur de la mise en œuvre rapide des technologies des énergies renouvelables dans les pays en développement.

Il a déclaré qu’une action dans ce sens permettrait d’aborder simultanément les problèmes de la pauvreté énergétique et du changement climatique.

Il a fait remarquer qu’aux prix actuels, les technologies des énergies renouvelables étaient au-dessus des moyens de la plupart des consommateurs des pays en développement, mais qu’une « augmentation rapide des investissements contribuerait à faire baisser les coûts suite à l’élargissement des connaissances et à la réalisation d’économies d’échelle ».

« Si les pays acceptent d’augmenter la capacité installée des énergies renouvelables de 500 à 1 500 gigawatts d’ici 2025, pour fixer un objectif hypothétique, celles-ci deviendront l’option par défaut pour tous les investissements effectués par la suite. »

Ces observations de M. Banuri font écho à un document technique publié récemment par la Division du développement durable, intitulé « A Global Green New Deal for Climate, Energy, and Development » (un nouveau pacte vert mondial pour le climat, l’énergie et le développement).

Ce document fait valoir que des politiques publiques coordonnées, appliquées à l’échelle internationale pour favoriser le déploiement des énergies renouvelables, pourraient provoquer la baisse des prix qui serait nécessaire pour le rendre universellement abordable en l’espace d’une ou deux décennies.

Selon ses auteurs, un « programme de tarifs de rachat garantis entrepris à l’échelle mondiale » constituerait un bon exemple de coordination d’une telle politique.

On peut y lire que « les tarifs de rachat garantis obligent les compagnies d’électricité à acheter l’énergie renouvelable à mesure qu’elle devient disponible (pour l’injecter dans le réseau) et qu’ils offrent un prix garanti (c’est-à-dire le tarif payé pour l’électricité) aux fournisseurs potentiels d’énergie renouvelable ».

Selon ce document, des programmes de tarifs de rachat garantis ont déjà permis d’observer « une augmentation spectaculaire de la capacité de production d’énergie renouvelable » en Allemagne et en Espagne.

Il contient également un appel lancé en faveur de la création d’un « fonds mondial pour les énergies renouvelables » qui aurait pour objet de faciliter le financement de l’adoption de sources renouvelables d’électricité dans les pays en développement.

Il y est précisé que « le fonds d’investissement garantira, pendant une période bien définie, un prix subventionné pour la fourniture d’énergie provenant de nouvelles sources renouvelables dans les pays en développement ».

« Cela réduira les incertitudes tout en assurant la prévisibilité dont a besoin l’industrie des énergies renouvelables. Une fois mis en place et doté de ressources suffisantes, il pourrait contribuer à favoriser une expansion rapide et massive du marché des technologies des énergies renouvelables (solaire, éolienne et autres) et accélérer leur évolution vers le « point de basculement » à partir duquel elles seraient suffisament rentables pour avoir les meilleurs chances de devenir la principale option énergétique sur la planète. »

Bookmark and Share
ACTUALITÉS PAR ANNÉE

Le DAES de l'ONU offre une variété de lettres d'information spécifiques. inscrivez-vous et recevez vos lettres d'information personalisées.

LIRE DESA NEWS anglais