Préparer la mise en oeuvre

M. Sha Zukang sous secretaire general du DAES de l'ONU

«Le Secrétaire général Ban Ki-moon a déclaré que Rio+20 est l’une des conférences les plus importantes dans l’histoire des Nations Unies (parce que) notre monde est confronté à des changements et défis sans précédent», a déclaré M. Sha Zukang,  sous-secrétaire général du département des affaires économiques et sociales (DAES) de l’ONU et secrétaire général du Rio+20 , alors qu’il dirigeait et s’adressait au Symposium de haut niveau sur la Conférence de l’ONU sur le développement durable, organisé par la Chine les 8 et 9 Septembre.

M. Sha, s’adressant à des représentants d’ONG, des représentants gouvernementaux et des experts du développement durable, a souligné l’importance des questions à l’ordre du jour et des défis rencontrés. M. Sha a déclaré que le monde d’aujourd’hui peut être décrit en quelques mots: « Volatilité, incertitude, chômage, érosion de la base des ressources naturelles, chocs extrêmes ». Compte tenu de ces circonstances, une stratégie cohérente à l’échelle internationale est nécessaire, qui tienne compte à la fois des problèmes économiques, sociaux et environnementaux et qui œuvre efficacement à la promotion d’un avenir durable.

L’absence d’une approche unifiée jusque-là, a fait valoir M. Sha, a limité les réalisations de la première conférence de Rio en 1992 ;  il a donc insisté pour que Rio+20 soit une conférence axée sur la mise en oeuvre. Les réunions préparatoires, a-t-il souligné, ont identifié un certain nombre de priorités pour le soutien au développement, telles que la sécurité de l’eau et de la nourriture et l’intégration sociale. Ce que Rio+20 doit réaliser est la mise en place de mesures pratiques pour traiter les questions critiques.

Sur la question de la gestion de l’eau par exemple, le Secrétaire général  du Rio+20  a estimé qu’une coopération internationale plus étroite et une plus grande réactivité pourraient à la fois éviter les conflits et protéger les ressources. Une approche de coopération similaire pourrait également d’une certaine façon  répondre à la question du futur des océans.

Au delà des développements, l’avenir d’un cadre institutionnel pour le développement durable est également en discussion. M. Sha a souligné l’importance de la délibération dans ce domaine, en affirmant que cette «architecture institutionnelle jouera un rôle fondamental dans la coordination de la coopération internationale.»

Le Symposium de haut niveau est un moment important pour recentrer l’attention sur la Conférence Rio+20 en fournissant un forum pour des discussions ouvertes, productives et pratiques. En faisant la synthèse des résultats des réunions précédentes et en négociant  des cadres institutionnels futurs, l’impact final de la conférence est considérablement amélioré.

Bookmark and Share