Assurer une participation diversifiée à Rio+20

Assurer une participation diversifiée à Rio+20 (UN Photo/Eskinder Debebe)

En préparation de la Conférence Rio +20 de juin 2012, le DAES organise un certain nombre de réunions préparatoires pour promouvoir une participation diversifiée à la conversation mondiale sur le développement durable. Le 24 janvier, plus de 200 participants se sont réunis pour le premier de ces événements prévues cette semaine, dans le cadre d’une série d’ateliers de renforcement des capacités des grands groupes et autres parties prenantes dans le processus de Rio +20.

Lors de la première conférence de Rio en 1992 (Sommet de la Terre), la communauté internationale a reconnu que le développement durable ne pourrait être atteint par les gouvernements seuls. La participation active de tous les secteurs de la société est essentielle à l’accélération de la mise en œuvre d’Action 21, le plan d’action mondial pour la réalisation de sociétés durables qui a été adopté lors du Sommet de la Terre.

De plus en plus, les principaux acteurs des secteurs économique, social et scientifique de la société, les organisations non gouvernementales (ONG) et autres organisations de la société civile (OSC) deviennent des partenaires de consultation importants, des exécuteurs du développement durable, et des connexions utiles à la société civile. Formalisés dans Action 21, les « Grands Groupes » incluent les femmes, les enfants et les jeunes, les populations autochtones, les organisations non gouvernementales, les autorités locales, les travailleurs et syndicats, les entreprises et industries, la communauté scientifique et technologique, ainsi que les agriculteurs. Les organisations représentant les opinions et les intérêts de ces secteurs participent à toutes les réunions de la Commission des Nations Unies sur le Développement Durable (CDD), ainsi qu’aux processus liés au développement durable tels que le Sommet mondial sur le développement durable.

Co-organisé par le DAES et le Forum des parties prenantes, l’Atelier de renforcement des capacités des grands groupes s’est ouvert par des remarques de Mme Chantal Line Carpentier, coordonnatrice du Programme des grands groupes au sein du DAES, qui a détaillé les aspects logistiques de l’inscription et le format des événements parallèles qui auront lieu à Rio +20. Depuis le Forum des parties prenantes, M. Jan-Gustav Strandenaes a expliqué les possibilités d’engagement des grands groupes, et M. Farooq Ulla a présenté une analyse par les parties prenantes des propositions examinées à la fois à partir du projet de document final, ainsi que du document de compilation massive composé de plus de 600 documents d’orientation soumis par les grands groupes, les États membres, les groupes politiques, les organisations intergouvernementales et autres entités du système des Nations Unies.

L’atelier de renforcement des capacités a été suivi par un «Atelier de la société civile mondiale sur le Projet de document final», organisé par IBON International. Les groupes participants de la société civile se sont attelés à encourager des pays du Sud, tout en discutant des moyens de renforcer les droits à la durabilité.

Le 25 janvier, une réunion a été organisée pour discuter des dimensions commerciales de Rio +20. «L’événement spécial sur la dimension commerciale de Rio +20: Déballage des enjeux » a été ouvert aux missions permanentes ainsi qu’ aux missions des observateurs permanents, et a présenté un résumé des questions commerciales clés soulevées au cours de l’Atelier sur le commerce tenu le 19 janvier à New York. L’atelier a examiné cinq modules: les principes de l’OMC et l’environnement, l’interface entre les AME et le commerce, les opportunités de marché dans l’économie verte mondiale, les aspects commerciaux de l’économie verte et les observations des États membres sur le commerce dans le cadre du projet de document final de Rio +20.

Parmi les États membres et les observations des autres parties prenantes, trois dimensions ont été examinées lors de l’événement spécial: minimiser les risques potentiels liés à la construction des économies vertes, maximiser le potentiel commercial et les opportunités, en particulier pour les pays en développement, et améliorer la gouvernance du commerce mondial. En outre, trois soumissions en provenance du Pakistan, de la Suisse et du Centre international du commerce et du développement durable (CICDD) ont été revues en profondeur. Au cours du même événement présidé par la M. Lucas Assuncao de la CNUCED et M. Wei Liu et Mme. Marianne Schaper du DAES, il y a eu des échanges sur le langage commercial du projet de document final, à travers une présentation de deux paragraphes relative au commerce et au développement durable qui sera soumise au projet de document final.

Du 25 au 27 janvier 2012, une réunion informelle de la Conférence des Nations unies sur le développement durable aura lieu au siège de l’ONU dans le but de tenir des discussions initiales sur le projet de document final de Rio+ 20. Pendant trois jours, les États membres consacreront trois séances aux discussions générales et aux commentaires, et trois autres séances à des négociations  informelles-informelles sur les chapitres I et II du document. Plus de 200 délégués de grands groupes sont inscrits pour participer à la prochaine réunion, et plusieurs planifient tenir des consultations en marge des sessions de négociation informelles-informelles  entre les gouvernements.

M. Sha Zukang, Secrétaire général adjoint aux affaires économiques et sociales et secrétaire général de la Conférence Rio +20, souligné dans le dernier message publié sur son blog en 2011 : « Nos partenaires des grands groupes ont été des participants actifs dans le processus préparatoire. Ils ont parlé franchement, et nous ont inspirés par leur enthousiasme, leur espoir et leurs idées. Nous attendons leurs contributions, y compris leurs observations sur le document de compilation définitif. »

Bookmark and Share