L’intégration sociale et les politiques d’inclusion indispensables à la création d’une société pour tous

3rd-committee-2010

La Commission des questions sociales, humanitaires et culturelles, ou Troisième Commission, a entamé son débat sur le développement social lors de la soixante-cinquième session de l’Assemblée Générale des Nations Unies.

Le Secrétaire-Général Adjoint aux affaires économiques et sociales, M. Sha Zukang, a exhorté la Commission à mettre l’intégration et la cohésion sociales au centre de ses délibérations. Le développement social efficace et durable demanderaient “ des politiques d’inclusion qui placent les êtres humains au centre du développement,” a-t-il dit.

Il a estimé que le Document final du Sommet, intitulé « Tenir les promesses: Unis pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement », représentait la « moelle épinière » des travaux de cette soixante-cinquième session de la Commission.

Au moment même où le monde se remet lentement, aussi bien de la crise économique globale, que des crises aliénataires et pétrolières, les impacts sociaux de ces crises persistent, a averti le Secrétaire-Général Adjoint, en soulignant que les prévisions indiquent que les taux d’emploi, dans les pays aux économies avancées, ne vont pas regagner leur niveau pre-crise avant 2015.

Il a également porté l’attention sur les millions de travailleurs, dans les pays développés, qui ont été pousses dans la précarité, alors que de part le monde, le taux de réduction de la pauvreté avait ralentie et les initiatives dans l’éducation et l’alimentation avait reculées. “La réalisation du développement durable ne pourra être atteint si l’on résout les obstacles aux quels font face les groupes sociaux, ” a déclaré M. Sha.

Il a souligné de multiples défis à venir, y inclus le vieillissement rapide de la population mondiale, la situation des personnes handicapées, le statut des peuples autochtones et l’impact de la crise économique sur le chômage des jeunes.

Le représentant du Yémen, qui s’est exprimé pour le Groupe des 77 et la Chine, a déploré que les progrès faits dans le cadre du développement social avaient étés “inégaux et décevants, ” avec 1.4 milliards de personnes vivant en situation d’extrême pauvreté.

Son collègue de la Belgique, prenant la parole pour l’Union Européenne, a dit que les Européens avait dû prendre des mesures d’austérité difficiles et douloureuses, afin de remettre en ordre leurs économies respectifs. Il a anticipé qu’une coordination internationale serait très importante pour le redressement économique.

Près de la moitié des 34 États Membres ayant participé au débat général ont donné la parole à des jeunes délégués qui ont revendiqué une meilleure participation dans la prise de décision.

La Commission, qui a adopté son ordre du jour, a entendu les présentations de rapports sur le développement social par le Directeur par intérim de la Division des politiques sociales et du développement au DAES, M. Jean-Pierre Gonnot, et du Directeur de l’Institut de l’UNESCO pour l’apprentissage tout au long de la vie, M. Adama Ouane.

Bookmark and Share