Agir localement, penser globalement: Comment les coopératives de la ville de New York contribuent au développement

Agir localement, penser globalement: Comment les coopératives de la ville de New York contribuent au développement

L’auto-assistance, la démocratie, l’égalité, l’équité et la solidarité sont les valeurs clés qui unissent les coopératives du monde entier. Les coopératives promeuvent l’autonomisation et la vie durable en aidant les gens à s’aider eux-mêmes, et ce faisant, ellles font avancer les Objectifs du Millénaire pour le Développement. Les coopératives basées à New York ne font pas exception, en démontrant que ce qui se passe au niveau local a un impact mondial.

La nécessité est la mère de l’invention. Historiquement, la croissance des coopératives tend à coïncider avec des conditions économiques et sociales difficiles et des niveaux de chômage élevés. L’économie mondiale traîne d’une crise à l’autre depuis la crise financière suivie de l’extension de la dette souveraine. Le climat de difficultés a créé un terrain fertile pour la croissance des coopératives au cours d’une année que l’Assemblée Générale l’ONU a déclaré Année internationale des coopératives.

Pour marquer la Journée internationale des coopératives, la division du DAES pour la politique sociale et le développement (DPDS), aux côtés de la coopérative fédérale de l’ONU, a organisé une table ronde intitulée « Le développement durable devient local: Comment les coopératives de la ville de New York font la promotion des OMD ».

Mme Felice Llamas de la DSPD a animé la discussion et a défini les coopératives, en disant: «une coopérative est une association autonome de personnes volontairement réunies pour satisfaire leurs besoins et aspirations économiques, sociaux et culturels communs à travers une entreprise détenue conjointement et démocratique contrôlée, permettant aux individus de conjuguer et de coordonner leurs efforts et leurs ressources ».

La valeur réelle de la contribution des coopératives au développement socio-économique, en particulier leur impact sur ​​la réduction de la pauvreté, la création d’emplois et l’intégration sociale, commence à être reconnue au sein de la communauté internationale. Les coopératives offrent un modèle d’organisation économique de membres-propriétaires, équilibrant les principes d’une économie de marché avec un désir pour les biens sociaux.

Les coopératives contribuent à l’avancement des objectifs de développement de plusieurs façons importantes, notamment par la création d’emplois. Bien que l’emploi généré soit souvent le résultat de la satisfaction des besoins de leurs membres, les coopératives peuvent être remerciées pour le fait qu’elles fournissent un travail productif et décent et ont généré environ 100 millions d’emplois dans le monde entier selon l’Alliance Internationale des Coopératives (ACI).

La nature auto-administrative et non-élitiste des coopératives signifie qu’elles permettent aux membres d’améliorer l’ensemble de leurs compétences et de cultiver la capacité entrepreneuriale. En outre, le travail en groupe permet souvent l’accès au crédit et à d’autres ressources financières nécessaires pour commencer, qui ne pourraient pas être obtenues en étant tout seul. Les coopératives se sont également avérées utiles pour assurer l’intégration des groupes sociaux marginalisés tels que les femmes, les jeunes, les personnes âgées, les personnes handicapées et les populations autochtones en leur offrant une flexibilité dans leur implication.

En tant qu’entreprises détenues et contrôlées par leurs propres membres, les coopératives sont considérées comme étant utiles à la démocratie et peuvent encourager d’autres actes de participation civile et renforcer les communautés. Enfin, les coopératives aident à réduire la pauvreté par le biais de répartition équitable des richesses. En 2008, les 300 plus grandes coopératives dans le monde, sur la base de leur chiffre d’affaires, ont enregistré un revenu combiné de 1.1 trillion de dollars.

New York a une longue histoire d’engagement avec les coopératives, a expliqué Mme Mary Ann Rothman, directrice exécutive du Conseil des coopératives et condominiums de New York : « Il y a plus d’un million de logements offerts par les coopératives à travers le pays et plus de la moitié d’entre eux sont à New York ; très souvent ceux-ci constituent le premier type de propriété immobilière pour les familles de New York. Les coopératives de logement ont fortement contribué à faire de New York le dynamique centre mondial qu’elle est aujourd’hui. »

Un autre exemple de transformation des communautés  par les coopératives de New York est la Si Se Puede! We Can Do It! Women’s Cooperative, fondée en 2006. Cette coopérative est une entreprise de nettoyage détenue et gérée par des femmes, dont la mission est de créer un salaire minimum vital pour ses employés ainsi que des conditions de travail sécuritaires. Mme Vanessa Bransburg, assistante sociale clinique certifiée, a expliqué pourquoi Si Se Puede! a été mise en place et pourquoi elle est si importante.

«Depuis une décennie Sunset Park est la première destination pour des vagues d’immigrants nés à l’extérieur des États-Unis arrivant à New York. 73% des résidents de plus de cinq ans parlent une langue autre que l’anglais à la maison et 24% des résidents de Sunset Park vivent dans la pauvreté. Avec cette importante population de récents immigrants Sunset Park a été particulièrement touchée par le ralentissement économique, et les récents immigrants se heurtent à des obstacles sociaux et économiques qui limitent leur accès à l’emploi, ayant souvent peu de possibilités d’emploi autres que de travailler pour de bas salaires dans de mauvaises conditions. »

Un autre exemple est la coopérative Flatbush Food, créé en 1976 dans le sous-sol de l’appartement d’un de ses membres à Brooklyn. Elle est aujourd’hui devenue un magasin de 2000 mètres carrés avec plus de 5.000 membres. La coopérative Flatbush Food soutient la communauté en fournissant des aliments locaux sains et organiques, en sensibilisant sur les questions environnementales, en sponsorisant les programmes des e-déchets et en offrant des pommes aux écoles locales.

Avec le climat économique qui crée un besoin et l’Année internationale des coopératives qui fait de la sensibilisation, le moment est opportun pour que les coopératives aident les membres à s’aider eux-mêmes, promeuvent un réel changement dans leurs communautés et contribuent au développement en agissant localement et pensant globalement.

Bookmark and Share