Education des jeunes sur le VIH/SIDA

aids_education1

Parmi les 33, 4 millions de personnes vivant avec le VIH à travers le monde, 4,9 millions sont âgées de 15 à 24 ans. En 2008,  les jeunes âgés de 15 ans et plus constituaient 40 pour cent  de l’ensemble des nouvelles infections. Par le passé, les études concernaient essentiellement les adultes. Pourtant, il est clair désormais que les programmes et ressources doivent être focalisés sur les jeunes.

Le Programme des Nations Unies pour les Jeunes a tenu une séance d’information ce jour sur le thème « Les Jeunes et le VIH/SIDA », au siège de l’ONU a New York, comprenant un groupe de discussion sur le rôle des jeunes dans la sensibilisation, la prévention et la gestion du VIH/SIDA, ainsi que sur l’impact du VIH/SIDA sur les populations jeunes.

Pierre Robert, Spécialiste de l’Adolescence et de la Sante au Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) a relevé que dans les neuf premiers pays affectés par le VIH/SIDA, qui sont tous situés en Afrique Sub-saharienne, au moins un jeune sur 20 est séropositif. Ceci constitue une énorme disparité, en comparaison avec les dix pays suivants sur la liste, dans lesquels deux à trois jeunes sur 100 sont affectés par le VIH.

Les panélistes ont insisté sur l’importance de cibler les jeunes, et particulièrement les jeunes femmes, étant donné qu’elles constituent un pourcentage important de l’épidémie. Les panelistes ont également mis l’accent sur  l’importance de créer des programmes d’aide à la prévention et à l’expansion du VIH.

Allen Frimpong de “Youth R.I.S.E” a encouragé les jeunes à jouer un rôle dans la prévention du VIH à travers leur transparence, leur sens des responsabilités et leur participation. Il a expliqué l’importance de bâtir des relations avec les jeunes et de tenir compte de leur opinion dans la définition et la mise en œuvre des politiques.

En outre, il a expliqué la nécessité d’accroitre l’implication des jeunes et d’accorder la priorité à leurs besoins, et il a illustré ses propos par le fait qu’il n’y avait que trois représentants de jeunes à la 54eme Session de la Commission sur les Stupéfiants a Vienne.

Jean Claude Dusingize, ancien Volontaire de la Coalition Mondiale des Jeunes sur le VIH/SIDA a expliqué l’importance de la création de programmes et stratégies durables, en disant : « chaque communauté, chaque groupe, a besoin d’une méthode propre pour la mise en œuvre de programmes et politiques liés au VIH. » Il a ajouté, « les jeunes ont besoin de faire confiance à quelqu’un, de quelqu’un à qui ils peuvent se confier. »

Bookmark and Share