Etudier la question du handicap et les OMD

Etudier la question du handicap et les OMD (Albert Gonzales Farran)

Plus d’un milliard de personnes dans le monde vivent avec un handicap. Cependant, la question du handicap ne fait pas partie des OMD, de leurs cibles et indicateurs, constituant de ce fait une occasion perdue de s’atteler aux soucis en termes social, d’éducation, de santé et économiques auquel est confronté ce segment importante de la population mondiale. C’était l’un des points principaux d’un récent rapport du DAES.

Publié en décembre 2011, le rapport Handicap et les Objectifs du Millénaire pour le Développement : Une Revue du Processus et des Stratégies des OMD pour l’Inclusion de la Question du Handicap  dans les Efforts des Objectifs du Millénaire pour le Développement, étudie les OMD et leurs relations vis à vis de la question du handicap avec la perspective d’impacter l’agenda du développement post-2015.

Les OMD sont la concrétisation d’un effort concerté de s’atteler à la pauvreté mondiale.  Cependant, il reste un vide frappant dans les OMD actuels en ce que les personnes avec un handicap—les 15% de la population mondiale, qui vivent avec au mois un trouble physique, intellectuel ou de santé mentale—ne sont pas mentionnées ni dans aucun des 8 Objectifs ou leurs 21 cibles et indicateurs , ni même dans la Déclaration du Millénaire.

Cette absence est particulièrement inquiétante parce qu’un consensus grandissant au sein des défenseurs, experts et chercheurs dans le domaine du handicap trouvent que le problème le plus oppressant que rencontrent mondialement les personnes avec un handicap n’est pas leur handicap en tant que tel, mais plutôt le manque d’accès équitable aux ressources telles que l’éducation, l’emploi, les soins médicaux et les systèmes de support social et légal. Il en résulte que les personnes avec un handicap connaissent des taux de pauvreté plus élevés de façon disproportionné.

Non seulement les liens entre handicap et pauvreté sont réputés intrinsèques , mais la taille de la population mondiale rend ces liens d’autant plus inquiétants pour tous ceux qui travaillent sur les questions de pauvreté. Ce lien clair entre handicap et pauvreté signifie que tous les OMD sont utiles pour les personnes avec un handicap et que les ces dernières doivent être prises en compte dans les efforts des OMD.

Historiquement, les personnes atteintes de handicaps ont été les oubliées du développement international et des milieux de santé mondiale parce qu’elles étaient incorrectement considérées comme des personnes dont la vie est définie par les besoins médicaux et de réhabilitation (le modèle médical), ou comme des individus étant considérés comme les bénéficiaires appropriés du soutien social et économique (le modèle de charité). Un « modèle social du handicap » plus récent a vu le jour, ce qui apporte une compréhension plus claire des contraintes rencontrées par les personnes  avec un handicap, qui reflètent les barrières sociales, culturelles et économiques, et qui ne sont pas inhérentes au fait de vivre avec un handicap. Cette vue a été renforcée davantage grâce à l’adoptionde la Convention relative aux droits des personnes handicapées par l’Assemblée Générale de l’ONU en 2006.

L’ONU a joué un rôle clé dans la façon dont les personnes atteintes de handicap sont perçues aujourd’hui. « L’ONU a changé ses définitions au cours des dernières décennies de ‘handicapés’ à ‘personnes handicapées’, pour employer à présent le terme de ‘personne avec un handicap’. Nous nous concentrons sur  la personne. Je pense que c’est une immense réussite, » a dit Daniela Bas, Directeur de la division des politiques sociales et du développement social du DAES dans un entretien récent avec DAES News.

Le rapport est censé fournir une ‘marche à suivre’ détaillant pourquoi et comment le handicap peut et devrait être inclus dans la planification, le suivi et l’évaluation des programmes et politiques liées aux OMD. Le manque d’inclusion des personnes avec un handicap est bien plus qu’une occasion perdue—un groupe croissant d’opinions et de données déduisent que si les personnes avec un handicap ne sont pas prises en compte, aucun des OMD ne respectera le délai de 2015.

Bookmark and Share