Développer de bonnes pratiques pour les personnes handicapées

Developper de bonnes pratiques pour les personnes handicapees (Lily Solmssen)

Des études récentes du Rapport mondial sur le handicap, montrent que les personnes handicapées ont tendance à vivre dans le cercle vicieux d’un faible niveau d’éducation et ensuite dans la pauvreté. Plus de 200 millions vivent dans les pays en développement au milieu d’obstacles et de lois qu’ils ignorent et manquent d’éducation. Une étude menée au Népal a révélé que le retour sur investissement dans l’éducation est très élevé chez les personnes handicapées et que l’éducation joue un rôle important.

La table ronde «Handicap et économie: Rapport entre le handicap, l’éducation et l’emploi », qui s’est tenue le 1er Juillet et était animée par Akiko Ito, Chef du Secrétariat de la Convention relative aux droits des personnes handicapées, a souligné la morale, les impératifs sociaux et le rendement économique qui résultent de l’intégration des personnes handicapées dans le marché du travail, en prenant le Népal comme exemple.

Michael Morris, Docteur en Droit et Directeur exécutif de Burton Blatt Institute (BBI) à l’Université de Syracuse, a souligné que la plupart des problèmes pour les personnes handicapées se situent dans le marché informel où il y a un manque de solutions.

«Dans de nombreux pays, les personnes handicapées exercent souvent essentiellement des formes d’emploi non rémunéré, y compris le travail à domicile, l’auto-emploi et le travail informel», a déclaré M. Morris. Il a souligné l’importance des actions concrètes, et d’imposer des quotas aux entreprises pour le recrutement des personnes handicapées.

Akihiko Matsui du projet READ de l’Université de Tokyo, a présenté une stratégie pour une méthode plus inclusive, en utilisant la théorie des jeux, qui suppose que lorsque les personnes handicapées sont davantage intégrées dans le marché et la société, le bénéfice est supérieur au coût.

«Les mauvaises conditions économiques et la politique de ségrégation des personnes handicapées peuvent induire des préjugés, qui à leur tour empêchent la société d’intégrer certaines personnes », a déclaré M. Matsui.

La discussion s’est achevée par des recommandations sur la nécessité d’une amélioration de l’éducation, l’investissement dans le développement économique inclusif et la protection contre la discrimination.

L’importance de promouvoir des primes pour les employeurs et des services financiers inclusifs, ainsi que de publier des feuilles de routes contre la pauvreté a également été présentée, au même titre que l’étude du Népal, comme une avancée dans la collecte des données pour les gouvernements, dans le but de concevoir des politiques appropriées pour réduire la pauvreté chez les personnes handicapées.

Bookmark and Share