Efforts mondiaux pour le planning familial

Efforts Mondiaux pour le Planning Familial

Lors du Sommet Mondial de 2005, les gouvernements se sont engagés a « réaliser l’accès universel à la sante reproductive d’ici 2015, tel que décidé a la Conférence Internationale sur la Population et le Développement.”. Son importance a été validée lors de la Haute Séance plénière de la 65eme session de l’Assemblée Générale sur les Objectifs de Développement du Millénaire.

Les gouvernements ont alors pris l’engagement de s’assurer que “toutes les femmes, les hommes et les jeunes soient informés, aient accès et puissent choisir parmi la plus grande variété de méthodes sûres, efficaces, accessibles et acceptables de planning familial”

Comme contribution au suivi de la mise en œuvre de ces promesses, la Division pour la Population du Département des Affaires Economiques et Sociales (DESA) a publié la base de données dénommée “Usage de la Contraception dans le Monde  en 2010”, qui fournit des données relatives à la prévalence contraceptive pour 193 pays, et aux besoins non-satisfaits de planning familial  pour 107 pays. Les groupes de données sont catégorisés par pays, région et développement de la prévalence contraceptive moderne et traditionnelle, ainsi que par les besoins non-satisfaits de planning familial, de 1950 à 2010.

Selon les données les plus récentes, la prévalence contraceptive parmi les femmes en âge de procréer et mariées ou vivant en relation maritale varie entre 3 pour cent au Tchad et 88 pour cent en Norvège. Dans le monde entier, la prévalence contraceptive est estimée a 63 pour cent, mais ce taux est quelque peu supérieur dans les régions plus développées.

Les tendances en matière de prévalence contraceptive varient suivant le niveau de développement. Dans les régions plus développées, la prévalence est restée élevée pendant plusieurs décennies avant de changer légèrement depuis 2000. Dans les régions les moins développées, la prévalence contraceptive a augmenté de manière substantielle au cours de la dernière décennie. Cependant, en Afrique Sub-saharienne, parmi les pays dont les données sont disponibles, 48 ont un niveau de prévalence contraceptive inferieur à 20 pour cent et seulement 22 pour cent des femmes en âge de procréer et mariées ou vivant en relation maritale utilisent la contraception.

Parmi les pays dont les données sont disponibles, le niveau de besoins non-satisfaits de planning familial varie entre 2 pour cent en France et 46 pour cent aux îles Samoa. En Afrique, près de la moitié des 44 pays dont les données sont disponibles ont des besoins non-satisfaits dont le niveau varie entre 20 et 30 pour cent de la population féminine. En Asie, en Europe, en Amérique Latine et dans les Caraïbes en revanche, la majorité des pays ayant des données disponibles ont un niveau de besoins non-satisfaits inférieur à 20 pour cent.

Ces données vont contribuer à soutenir le thème “Fécondité, Santé Reproductive et Développement” lors de la prochaine session de la Commission sur la Population et le Développement qui se tiendra au siège des Nations Unies du 11 au 15 Avril.

Bookmark and Share
ACTUALITÉS PAR ANNÉE

Le DAES de l'ONU offre une variété de lettres d'information spécifiques. inscrivez-vous et recevez vos lettres d'information personalisées.

LIRE DESA NEWS anglais