Un rapport du DAES prévoit une augmentation «majeure» de la population âgée à l’échelle mondiale

Augmentation dans la population âgée

Selon un nouveau rapport publié par le DAES, les personnes âgées seront, pour la première fois, plus nombreuses que les enfants en 2045.

Le rapport sur le vieillissement de la population mondiale 2009, publié récemment par la Division de la population du DAES, indique que d’ici au milieu du siècle en cours, les personnes âgées de 60 ans et plus représenteront 22 pour cent de la population mondiale.

Ce chiffre était de 11 pour cent en 2009, et de 8 pour cent en 1950.

Le rapport signale que les effets de ce basculement de la situation démographique seront « profonds… [avec] des conséquences et des répercussions majeures pour tous les aspects de la vie des populations ».

On peut y lire que « dans le domaine économique, le vieillissement de la population aura un effet sur la croissance économique, l’épargne, la consommation, les marchés du travail, les retraites et les transferts intergénérationnels ».

« Au niveau social, le vieillissement de la population influe sur la composition des familles et sur l’organisation de la vie quotidienne, la demande de logements, l’épidémiologie et les besoins en services de santé. »

« Au niveau politique, le vieillissement de la population peut entraîner des mutations dans les comportements électoraux et la représentation politique. »

M. Jorge Bravo, chef de la Section de la population et du développement de la Division, a déclaré que l’augmentation du pourcentage de personnes âgées observée dans le monde est attribuable à deux facteurs.

« [Le premier facteur est] la grande taille des cohortes nées vers le milieu du 20e siècle, y compris les membres de la génération du « baby boom » aux États-Unis et dans d’autres pays industrialisés, et le deuxième [facteur] est l’amélioration soutenue de la survie dans la plupart des pays et dans chacune des principales régions du monde », a affirmé M. Bravo.

« Le rapport indique que le taux global de fécondité dans le monde était de presque cinq naissances par femme au début des années cinquante, alors qu’il est tombé à moins de la moitié de cette valeur à l’heure actuelle, et que l’on prévoit qu’il se rapprochera du seuil de renouvellement des générations de 2,1 enfants par femme dans à peine quelques décennies. »

Il a déclaré que l’augmentation de la longévité dans le monde avait été « impressionnante », l’espérance de vie moyenne à l’échelle mondiale passant de 47 ans pendant la période de 1950-1955 à 68 ans en 2005-2010.

M. Bravo a souligné que l’évolution de la situation démographique aura des répercussions positives, parmi lesquelles la présence simultanée de plusieurs générations et une amélioration des possibilités d’interaction entre les enfants et leurs grands-parents et arrière-grands-parents.

Il a cependant fait remarquer que les sociétés faisant face au phénomène du vieillissement doivent mettre en œuvre des mesures permettant d’assurer la viabilité financière des systèmes de santé et de retraite « pour que ceux-ci puissent fournir une protection sociale adéquate aux générations actuelles et futures de travailleurs ».

« La couverture offerte par les régimes de sécurité sociale est encore faible dans la plupart des pays en développement, et des efforts visant à l’élargir doivent être entrepris à mesure que l’économie mondiale se rétablit des suites de la crise économique et financière actuelle », a-t-il affirmé.

Bookmark and Share