Les parlements préparent la société de l’information de demain

ict-training

Le troisième Forum parlementaire sur la société de l’information, qui a eu lieu du 3 au 5 mai à Genève, s’est penché sur le thème intitulé « Les TIC et la crise économique mondiale : situation actuelle et perspectives pour l’avenir ».

Cette troisième réunion de parlementaires a examiné le rôle que les TIC peuvent jouer en tant que moyens de faire face à la crise économique mondiale et de faciliter le redressement économique et social.

Les participants ont débattu de questions fondamentales revêtant un rôle crucial pour le redressement à l’issue de la crise économique, telles que les investissements dans les réseaux Internet à haute vitesse, le cybergouvernement et la compétitivité, de même que les coûts sociaux et économiques de la cybercriminalité. Ils ont également échangé des vues sur la libéralisation des télécommunications et des marchés des TIC, ainsi que sur la stimulation de la concurrence et les réponses nationales aux défis posés par la réglementation.

Prenant la parole à l’occasion de la séance inaugurale, M. Sha Zukang, Secrétaire général adjoint chargé des affaires économiques et sociales, a souligné la nécessité « de reconnaître les pratiques parlementaires optimales afin de renforcer les politiques et les programmes en matière de TCI à une période caractérisée par la crise économique ».

M. Sha a appelé l’attention sur les avantages que les technologies de l’information ont procurés en contribuant aux progrès des échanges commerciaux, des communications, de l’économie et de la gouvernance. À titre d’exemple, dans le domaine de la fourniture des services publics, les TCI « ont transformé à tout jamais la façon dont les citoyens interagissent avec leurs gouvernements », a-t-il déclaré.

La crise économique actuelle a incité les gouvernements à utiliser plus efficacement les technologies de l’information à des fins administratives et opérationnelles. « Nous avons tous ressenti la nécessité de travailler de façon plus efficace et rationnelle en raison de la pénurie de ressources et des incertitudes qui planent sur l’avenir », a affirmé M. Sha.

On constate une augmentation inquiétante de la cybercriminalité et des pratiques frauduleuses qui tirent parti des progrès technologiques, de l’Internet et des TIC en général. Selon la recommandation formulée par M. Sha, « les gouvernements et la communauté internationale doivent par conséquent élaborer des stratégies cohérentes et efficaces pour protéger les citoyens contre ceux qui exploitent les technologies pour commettre des abus ».

Il a reconnu que de tels abus peuvent parfois être attribuables « au laxisme des réglementations et politiques qui régissent les activités des exploitants de technologies évoluant toujours à un rythme de plus en plus rapide aux niveaux national et international ».

Les parlements ont un rôle de plus en plus importants à jouer en élaborant des politiques rationnelles conçues pour bénéficier aux gouvernements et à la communauté internationale.

Le troisième Forum parlementaire a aidé les gouvernements et toutes les parties intéressées à mieux comprendre le rôle politique et les responsabilités des parlements dans le cadre des fonctions législatives et de contrôle qu’ils exercent dans les domaines susmentionnés. Il a également tenté de définir les pratiques parlementaires optimales et de formuler des recommandations sur les mesures à prendre par les assemblées législatives.

Le forum a été organisé conjointement par le DAES, l’Union interparlementaire (UIP) et l’Union internationale des télécommunications par l’entremise du Centre mondial pour les technologies de l’information et des communications au Parlement. Cet organisme a pour vocation de faciliter la collaboration entre tous les intervenants concernés, à savoir les parlements, les donateurs, les organisations internationales et les organisations de la société civile, et d’entreprendre des enquêtes sur les assemblées nationales et leurs capacités en matière de TIC.

Bookmark and Share