La dégradation des forêts mondiales menace la subsistance de 1,6 milliard de personnes

forêt national de Tapajos, Brésil

Les Etats membres sont réunis à partir de lundi au siège de l’ONU, à New York, pour un Forum de deux semaines consacré aux stratégies de promotion du développement social et la lutte contre la pauvreté via la gestion durable des forêts de la planète et de leurs écosystèmes.

Organisé dans le cadre de « l’Année mondiale des forêts », destinée accroître la sensibilisation du grand public et des décideurs sur l’importance de leur gestion durable, le Forum vise aussi à mettre en lumière le rôle et les responsabilités de ceux qui dépendent des forêts pour leur moyens de subsistance, à une époque où les écosystèmes sont directement menacées par le changement climatique, des activités humaines non pérennes et la crise économique.

Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), les forêts couvrent environ 31% de la surface de la planète, soit un peu moins de quatre milliards d’hectares. Environ 13 millions d’hectares de forêts sont perdus chaque année, principalement en raison de la déforestation pour des usages agricoles ou le développement urbain.

Mais alors que plus de 60 millions de personnes sont employées par les industries forestières et que la valeur annuelle du bois prélevé dans les forêts avoisine les 100 milliards de dollars, la dégradation des forêts mondiales représente une menace pour au moins 1,6 milliard d’humains qui en dépendent directement pour leur subsistance. De surcroît, la majorité de ces personnes appartiennent à des communautés pauvres, vivant dans des régions forestières. 60 millions d’entre elles appartiennent aussi à des communautés autochtones et locales qui vivent directement dans les forêts.

« Les forêts sont à l’intersection de tous les aspects de la vie humaine – l’histoire des forêts repose sur l’évolution des relations et interactions entre les hommes et les forêts. Lors de ce Forum, nous devons tirer les leçons de notre histoire naturelle et intégrer la voix du peuple dans les politiques forestières, pour construire un avenir durable pour les forêts et les hommes qui en dépendent », a rappelé le Directeur du Forum, Jan McAlpine.

Parmi les principaux thèmes qui seront abordés par les participants figurent l’impact des politiques et des programmes de développement sur les communautés tributaires des forêts, les régimes fonciers et leur modernisation, ainsi qu’une série de questions liées aux aspects sociaux et culturels de l’exploitation des forêts.

Point d’orgue de ce forum, le lancement officiel de « l’Année internationale des forêts », le 2 février, au siège de l’ONU, à New York.

Bookmark and Share