Préparatifs du Sommet de 2010 sur les OMD

empowerment

En septembre prochain, la communauté internationale disposera de l’une des plus importantes occasions qui lui aient jamais été offertes d’assurer le succès des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).

Le Sommet de 2010 sur les OMD permettra aux dirigeants du monde entier de se réunir pour examiner les mesures à prendre afin de réaliser chacun des huit OMD.

Les préparatifs de cette manifestation qui, selon ses organisateurs, promet d’être le principal événement mis sur pied cette année sous les auspices de l’ONU vont déjà bon train.

Cette réunion fait suite au Sommet du millénaire 2000 (à l’occasion duquel les OMD ont été adoptés) et au Sommet mondial 2005 (lorsque les progrès accomplis dans leur réalisation ont été examinés).

M. Nikhil Seth, directeur du Bureau de l’appui et de la coordination pour le Conseil économique et social au DAES, a déclaré que cet événement constituait une « occasion historique ».

« Cinq ans avant 2015, année limite fixée pour la réalisation des OMD, le Sommet nous offre une occasion exceptionnelle de faire face aux défis majeurs et interdépendants à surmonter pour promouvoir le développement, et de donner aux OMD l’impulsion décisive qui leur permettra de déboucher sur des résultats concrets », a déclaré M. Seth.

Il a affirmé que le DAES, parallèlement à d’autres organismes de l’ONU, a accompli d’importants progrès en ce qui concerne les préparatifs du Sommet.

« [Nous] mobilisons la collaboration des États membres et œuvrons de concert avec des représentants de la société civile et du secteur privé, ainsi qu’avec des organisations philanthropiques, pour être fin prêts pour le Sommet. »

M. Seth a exprimé l’espoir que le Sommet aboutira à l’élaboration d’une « feuille de route pour les cinq années constituant la phase finale » de la réalisation des OMD, et que son aboutissement « déclenchera les mesures à prendre au niveau des pays pour réaliser les objectifs poursuivis ».

Il a indiqué que depuis que les États membres s’étaient engagés à accomplir les objectifs fixés en 2000, « des percées décisives ont eu lieu dans de nombreux pays ».

« Nous pouvons faire état d’une liste impressionnante de succès remportés dans la lutte contre la pauvreté extrême, l’amélioration de la fréquentation scolaire et de la santé des enfants, l’élargissement de l’accès à une eau propre, l’éradication du paludisme et le traitement du SIDA, même dans les pays les plus pauvres, ce qui montre bien que les OMD sont tout à fait réalisables. »

Il a cependant fait remarquer que collectivement, la communauté internationale avait « pris du retard » dans la réalisation des Objectifs.

« Ce n’est pas parce qu’ils sont hors de notre portée, ou que les délais fixés en 2000 étaient trop restreints, mais plutôt parce qu’il nous reste encore à fournir le financement, assurer le soutien technique et créer les partenariats qui sont nécessaires pour les atteindre. »

« Non seulement constatons-nous déjà que nous prenons du retard dans la réalisation des OMD, mais nous devons en plus reconnaître que sous les effets combinés des crises alimentaires, énergétiques et économiques à l’échelle mondiale, des gains obtenus au prix d’efforts considérables sont réduits à néant. »

« Cela signifie que si les choses continuent d’évoluer au rythme actuel, plusieurs des huit OMD et des objectifs associés risquent de ne pas se réaliser dans de nombreux pays. En particulier, les pays où sévissent des conflits et ceux qui commencent à peine à panser les blessures que leur ont infligées des affrontements armés ou des catastrophes naturelles doivent faire face à de graves contraintes. Dans ces pays, les infrastructures et institutions de base, ainsi que les ressources humaines nécessaires, sont souvent absentes. »

Il a fait remarquer que la condition sine qua non pour accomplir des progrès tangibles au cours des prochaines années consistait à « accélérer la mise en œuvre d’initiatives novatrices et qui ont fait leurs preuves ».

« Pour donner les impulsions politiques nécessaires et promouvoir des approches novatrices, nous devons susciter la participation d’intervenants et de partenaires clés, et mobiliser en faveur des OMD l’opinion publique et les initiatives populaires dans toutes les régions et dans tous les pays. »

Bookmark and Share