Faire les bons choix avec la naissance d’une nouvelle nation

Faire les bons choix avec la naissance d une nouvelle nation (W Stone)

Le 9 Juillet, le Sud-Soudan deviendra le plus jeune Etat du monde suite à l’une des guerres civiles les plus longues et des plus meurtrières d’Afrique. De ce fait, le pays fera face à de nombreux défis – 90% de la population vit en deçà des normes de revenus internationalement définies; 92% des femmes ne peuvent pas lire ou écrire ; un enfant sur sept meurt avant son cinquième anniversaire, et peu d’enfants terminent leurs études primaires.

Avec l’indépendance du Sud, le Nord et le Sud feront face à un certain nombre de défis socio-économiques qui nécessitent la mobilisation rapide de la communauté internationale pour assurer le développement de deux États viables et consolider la paix obtenue, malgré les récents affrontements militaires le long de la frontière.

Le 13 Juin, le Conseil économique et social et la Commission de consolidation de la paix ont organisé une manifestation informelle conjointe intitulée «Promouvoir la paix et le développement durable au Soudan et au Sud-Soudan» pour souligner l’importance du développement pour la paix, la nécessité d’un soutien international efficace pour le Soudan et le Sud-Soudan et l’importance de la coopération régionale.

Deux tables rondes ont été organisées sous les thèmes «Priorités au développement et à la construction de l’État dans le Sud-Soudan» et  «Promouvoir la paix et le développement durable au Soudan et au Sud-Soudan: une perspective régionale».

L’événement comprenaient des déclarations de plusieurs représentants de haut niveau dont le président de l’ECOSOC, Lazarous Kapambwe; le président de la Commission de consolidation de la paix, Eugène-Richard Gasana ; le président de l’Assemblée générale, Joseph Deiss; la secrétaire-générale adjointe, Asha-Rose Migiro; le représentant permanent du Soudan à l’ONU, Daffa-Alla Elhag Ali Osman, et le vice-président du Sud-Soudan Riek Machar.

Reconnaissant que cette réunion se tient à un moment critique, de nombreux intervenants ont souligné l’importance du renforcement des capacités au Sud-Soudan et la nécessité d’une coopération internationale et d’un soutien efficaces. Ils ont également souligné la nécessité de la stabilité politique et de la sécurité de base comme conditions pour le développement, ainsi que l’importance de l’appropriation nationale et d’une approche inclusive et participative de la gouvernance pour restaurer la confiance et créer la légitimité du nouvel Etat.

«Il est bien reconnu que le développement économique et social ne peut se produire que si la sécurité de base est assurée. Dans le même temps, une mise en œuvre rapide et réussie des programmes économiques et sociaux pourrait contribuer à stabiliser la fragile situation sécuritaire. C’est pourquoi cette manifestation spéciale conjointe entre nos deux entités est si importante», a déclaré Lazarous Kapambwe, président de l’ECOSOC, dans sa déclaration liminaire.

Joseph Deiss, président de l’Assemblée générale, a également reconnu que l’ONU et la communauté internationale font face à un moment historique : «dans quelques semaines, un nouvel État va formellement déclarer son indépendance et devenir un membre de l’Organisation des Nations Unies. C’est une réalisation remarquable, et nous ne devons épargner aucun effort pour nous assurer que ce processus soit un succès. Cela est essentiel, non seulement pour l’histoire du Soudan et de son peuple, mais pour la région et le continent tout entier », a-t-il dit.

Peu après le 9 Juillet, le Sud-Soudan est appelé à devenir un membre de l’ONU, portant ainsi le nombre total des États-membres à 193. A ce moment, le nouvel Etat aura également un plan de développement prêt pour présenter ses besoins à la communauté internationale.

Bookmark and Share