Comprendre les besoins des citoyens

Comprendre les besoins des citoyens (Evan Schneider)

Les organisations non-gouvernementales (ONG) sont des partenaires clés dans la quête de l’ONU pour parvenir à la paix et à la prospérité pour toutes les personnes, indépendamment de leur situation, leur région, leur ethnie ou leur religion. Leurs connaissances spécialisées et leur compréhension des populations locales, des questions régionales et de leurs implications sur la politique contribue généralement à permettre aux gouvernements et aux programmes des Nations Unies de fournir de l’aide à ceux qui en ont le plus besoin.

Leur participation aux réunions des Nations Unies et aux consultations est également un point de rencontre important qui permet de porter la voix des organisations et communautés de base devant les organes de décision de l’ONU.

Les crises mondiales constituent toujours un défi et les efforts renouvelés des gouvernements et de la société civile sont nécessaires. Comme l’a souligné le Secrétaire général Ban Ki-moon  dans son allocution devant le Forum de la société civile des PMA-IV à Istanbul le 8 mai, «les gouvernements ne peuvent pas gagner la bataille contre la pauvreté tous seuls. La société civile est un partenaire clé et un allié.»

En effet, grâce aux efforts conjoints des gouvernements, des ONG et du secteur privé, des résultats significatifs ont été accomplis dans de nombreux pays les moins avancés, tels que l’augmentation des inscriptions dans les écoles, un meilleur accès aux soins de santé et davantage d’emploi et une meilleure participation à la vie publique pour les femmes.

Le Comité pour les ONG, un organe subsidiaire du Conseil économique et social (ECOSOC), a été créé par le Conseil en 1946 pour permettre aux ONG de participer aux activités de développement économique et social de l’ONU.  Plus de 3400 ONG sont actuellement accréditées auprès du Conseil.

«Le travail du Comité pour les ONG a des implications énormes sur la promotion d’un environnement favorable visant à impliquer la société civile de façon constructive et durable au travail de l’Organisation des Nations Unies », a souligné Nikhil Seth, directeur du Bureau pour le soutien et la coordination du conseil économique et social.

Au cours de la reprise de la session de 2011 du Comité pour les ONG qui s’est achevée le 24 mai, les délégués ont examiné 333 demandes et revu 174 rapports quadriennaux des ONG qui travaillent dans divers domaines et sur des questions multiples et diverses relatives au programme de développement des Nations Unies.

Elles travaillent dans des domaines aussi variés que la recherche, la défense des droits, les conseils sur les politiques, les activités opérationnelles traitant de questions relatives aux jeunes, aux soins de santé, aux droits de l’homme, à la liberté d’expression et au renforcement de la démocratie, à l’égalité des sexes, à l’éducation et à l’assistance économique et sociale.

Le Comité a recommandé un nombre record de 146 ONG pour un statut consultatif spécial auprès du Conseil économique et social (ECOSOC). Les organisations dotées du statut consultatif spécial et général peuvent assister aux réunions de l’ECOSOC, faire des discours et présenter des déclarations écrites, et les ONG dotées du statut général peuvent même proposer des sujets à l’ordre du jour des réunions de l’ECOSOC et de ses organes subsidiaires.

Renforcer le dialogue entre les ONG et le système des Nations Unies améliore le travail de l’ECOSOC et permet de s’assurer que la communauté internationale est en phase avec les réalités du terrain.

Bookmark and Share