Residential vertical forest Residential vertical forest

La Science

Principales conclusions des rapports du GIEC et de The New Climate Economy.

Si l’on en croit les analyses réalisées aux fins de ce Rapport, le passage à une option de croissance durable et reposant sur de faibles émissions de carbone pourrait engendrer un gain économique direct de 26 trillions de dollars pendant la période allant jusqu’à 2030, comparé à un scénario de statu quo.

Le monde subit déjà les effets d’un réchauffement climatique rapide et sans équivoque : la destructif des récifs coralliens, l’augmentation du niveau de la mer, la fonte des glaces de mer de l’Arctique, la destruction de la biodiversité, la chute des récoltes, la récurrence des vagues de chaleur et les fortes pluies.

En 2017 dans le monde, les catastrophes provoquées par les conditions météorologiques et les risques liés au climat ont causé une perte stupéfiante de 320 milliards de dollars. En 2017 également, des inondations dévastatrices en Asie du Sud ont fait 1200 morts, tandis que les communautés des Caraïbes luttent encore pour se remettre d’une saison d’ouragans sans précédent.

Il y a des avantages évidents à limiter la hausse du réchauffement climatique à 1,5°C plutôt qu’à 2°C, notamment : un nombre de 420 millions de personnes en moins exposées à des vagues de chaleur intenses, la survie de quelques récifs coralliens tropicaux, une disparition limitée des plantes et des espèces animales, et la protection des forêts et des habitats des zones humides.

Tous les pays sont touchés par le réchauffement de la planète. Mais ses effets ont tendance à frapper de façon disproportionnée les populations pauvres et vulnérables, ainsi que les personnes les moins responsables de la situation.

Il n’est pas impossible de limiter la hausse du réchauffement climatique à 1,5°C, mais cela nécessiterait des transitions sans précédent dans tous les domaines de la société. Les 10 prochaines années sont cruciales.

Les décisions que nous prenons maintenant déterminent le monde dans lequel nous vivons et que nous lèguerons aux générations futures. Il est possible de lutter contre les changements climatiques tout en veillant à ce que partout dans le monde, les populations soient prospères et en bonne santé, qu’elles aient à manger et disposent d’une eau et d’un air propres.

Aujourd’hui, 95% de la valeur de la matière des emballages plastiques, soit l’équivalent de 120 milliards de dollars par an, est perdue après la première utilisation. Les politiques qui encouragent une utilisation plus circulaire et plus efficace des matières (en particulier des métaux, des produits pétrochimiques et des matériaux de construction) pourraient renforcer l’activité économique dans le monde et réduire le gaspillage et la pollution.

Réduire les émissions de carbone : D’ici 2030, le niveau d’émissions de dioxyde de carbone dans le monde doit être de 45% inférieur à celui de 2010.