ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

Agir sur les changements climatiques : portail du système des Nations Unies

Haut de page

L'adaptation aux changements climatiques

Fermier chinois

Gérer les risques climatiques — Tandis que les politiques d'atténuation s'attaquent aux causes des changements climatiques, les mesures d'adaptation sont destinées à aider les populations à surmonter les conséquences de ces changements. L'adaptation consiste à adopter des politiques et des pratiques pour préparer les populations aux effets des changements climatiques, en acceptant le fait qu'il est désormais impossible de les éviter complètement. Davantage d'informations sur les diverses manières de vivre avec les changements climatiques et sur l'adaptationEN.

Diverses formes et options d'adaptation

Les plus vulnérables — Les pays en développement et les pays les moins avancés (PMA) sont très vulnérables aux conséquences des changements climatiques et ce sont eux qui ont le plus besoin de capacités pour s'y adapter – services énergétiques, infrastructures et technologies agricoles. Les petits Etats insulaires en développement, en particulier, sont confrontés à des risques accrus d'élévation des niveaux des mers, d'érosion des littoraux et de phénomènes météorologiques extrêmes, qui ont un fort impact négatif sur d'importants secteurs économiques comme le tourisme et la pêche. Pour que les pays en développement puissent s'adapter aux changements climatiques, la plupart des estimations situent entre 50 et 100 milliards de dollars par an le montant des fonds dont ils ont besoin. Le Rapport sur le développement humain du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), par exemple, avance le chiffre de 86 milliards de dollars par an d'ici à 2015.

Améliorer les capacités de résistance — Les capacités d'adaptation doivent être améliorées partout dans le monde, y compris dans les pays à haut revenu. Le Protocole de Kyoto, tout comme la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, est destiné à aider les pays à s'adapter aux effets négatifs des changements climatiques, notamment en facilitant la conception et la mise en place de techniques permettant d'accroître la capacité de résistance à ces changements. Davantage d'informations sur le travail des agences de l'ONU sur l'adaptation EN.

Quelques exemples d'adaptation — En prévision de futurs changements climatiques, les ingénieurs ont pris en compte l'élévation du niveau de la mer dans la conception d'éléments d'infrastructure comme le Pont de la Confédération au Canada et dans la gestion de zones littorales aux Etats-Unis et aux Pays-Bas.

Vieille femme indienne

D'autres exemples d'adaptation incluent le drainage partiel du lac glaciaire TshoRolpa au Népal, l'adoption par les Inuits du territoire du Nunavut, au Canada, de changements dans leurs stratégies de subsistance en réaction à la fonte du permafrost et le recours croissant à la production de neige artificielle par l'industrie du ski en Europe, en Australie et en Amérique du nord. Plus d'exemples de mesures d'adaptation.

Plus on agit vite, mieux c'est — Des retards dans la mise en oeuvre de mesures d'adaptation, y compris les retards dans le financement et le soutien aux mesures d'adaptation dans les pays en développement, se traduiront au bout du compte par des coûts et des risques plus élevés pour davantage de personnes à l'avenir. Davantage d'informations sur la nécessité d'adopter sans retard des stratégies d'adaptation.

Financement de l'adaptation — Les gouvernements membres de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CNUCC) ont créé un certain nombre de mécanismes de financement pour des projets d'adaptation, notamment le Fonds pour l'environnement mondial et trois fonds spéciaux: le Fonds pour les pays les moins avancés, le Fonds spécial pour les changements climatiques et le Fonds pour l'adaptation prévu par le Protocole de Kyoto. En savoir davantage sur les mécanismes de financement.

A retenir — Si ces efforts d'adaptation ne sont pas faits, une hausse de 2,5°C de la température de la planète est susceptible de causer une réduction de 0,5 % à 2 % en moyenne du produit brut mondial, avec des pertes plus élevées dans la plupart des pays en développement. Plus de faits et chiffres

Partenaires des Nations Unies sur les changements climatiques