English

Afrique Numérique : Le lastest dans les nouvelles technologies en provenance d’Afrique

Des portables plus intelligents en Afrique rurale
Quand les tÉlÉphones cellulaires se transforment en ordinateurs mobiles

Les Africains peuvent maintenant transformer leur téléphone mobile standard en téléphone « intelligent » sans avoir accès à Internet.Les Africains peuvent maintenant transformer leur téléphone mobile standard en téléphone « intelligent » sans avoir accès à Internet.
Photo : Panos / Abbie Trayler-Smith

Imaginez-vous à Yokadouma, une communauté rurale de l’est du Cameroun. Les pannes de courant sont fréquentes et les routes impraticables. Vous disposez d’un vieux portable bon marché avec lequel vous ne pouvez que passer et recevoir des appels. Heureusement, il est désormais possible de rendre cet appareil plus « intelligent », c’est-à-dire d’envoyer et de recevoir des e-mails, de vérifier un compte Facebook et de discuter en ligne, sans même avoir accès à Internet.

La société ForgetMeNot Africa, qui appartient à Lon-Zim et à ForgetMeNot Software, a mis au point en mars 2009 le service Message Optimizer (MO), qui permet aux opérateurs de télécommunications d’offrir à leurs clients des services de messagerie sans frais supplémentaire, ni nouvelle demande d’abonnement ou amélioration technique. Des services de discussion appréciés du public, comme MSN Messenger, Yahoo!, Windows Life and Gtalk, sont accessibles par ce service.

« Message Optimizer transforme chaque portable en un appareil informatique et appareil d’identification mobile », explique ForgetMeNot Africa. MO permet « à un nombre croissant de nos abonnés d’avoir accès à Internet sans devoir acheter de coûteux téléphones mobiles intelligents », souligne Douglas Mboweni, directeur général d’Econet Wireless Zimbabwe, réseau de téléphonie mobile.

Mais comment Message Optimizer fait-il pour transmettre des messages sans passer par Internet ou par un ordinateur ? Tout d’abord, l’abonné au portable envoie un message SMS à un code abrégé donné. Le message est reçu dans le centre de communications de l’opérateur mobile, qui le transmet aux serveurs Internet de ForgetMeNot Africa. Les serveurs traitent, acheminent et livrent le message à l’abonné, lui permettant ensuite d’y répondre.

Les raisons du succès rapide du service MO de ForgetMeNot Africa, principalement dans les zones rurales, sont nombreuses. Le continent compte environ un milliard d’habitants, dont 72 % vivent en milieu rural, alors que seuls 11 % de la population ont accès à Internet, principalement dans les zones urbaines.

L’utilisation du téléphone mobile connaît pourtant un essor rapide. Ainsi, le Nigéria compte environ 90 millions d’utilisateurs de téléphone mobile contre 12 millions d’internautes seulement. ForgetMeNot Africa entend conquérir cet énorme marché d’utilisateurs en proposant un service à bas prix.

La société compte pour le moment environ 48 millions d’abonnés et s’est implantée dans l’est et l’ouest du continent, ainsi qu’en Afrique australe et centrale. Elle cible également, depuis la fin de l’année 2011, les 23 millions d’Africains lusophones, à commencer par une centaine de milliers de Capverdiens, à la suite d’un accord de collaboration conclu avec T-Mais, compagnie de téléphonie mobile du Cap Vert.

Jeremy George, chef de l’exploitation de ForgetMeNot Africa, affirme que la société « est en mesure de desservir désormais la grande majorité des habitants du continent, qu’ils parlent anglais, français ou portugais ».

Évoquant les succès obtenus à ce jour, M. George note que l’entreprise a réussi à « dégager de nouvelles recettes provenant du réseau d’abonnés existant [de téléphonie mobile], tout en offrant un service unique à ses clients ». Avec ce nouveau service, les habitants des zones rurales de l’Afrique ont toutes les raisons de brandir fièrement leurs portables bon marché. 

Orange offrira à ses clients l’accès gratuit à Wikipedia

Dans le cadre d’un partenariat présenté comme unique en son genre, des millions de propriétaires de téléphone mobile d’Afrique et du Moyen-Orient pourront prochainement accéder gratuitement à Wikipedia, encyclopédie en ligne. Wikipedia est accessible gratuitement sur Internet, mais pour y avoir accès, les utilisateurs de téléphone mobile doivent s’abonner à un forfait mobile qui peut s’avérer inabordable pour le plus grand nombre, surtout dans les pays africains à faible revenu.

L’une des premières sociétés françaises de téléphonie mobile, Orange, a passé un accord avec la Fondation Wikimedia, organisation sans but lucratif qui administre Wikipedia, pour que ses abonnés aient accès à l’encyclopédie numérique sans frais supplémentaires, en sus de leurs forfaits mobiles ou abonnement Internet. Le service, mis en place tout au long de l’année 2012, sera disponible dans les centres urbains comme dans les régions reculées de l’Afrique et du Moyen-Orient. La société Orange est présente dans 15 pays africains et cinq pays du Moyen-Orient.

Un communiqué publié conjointement par Orange et la Fondation Wikimedia précise que tout client muni d’une carte SIM Orange et d’un téléphone portable compatible Internet pourra accéder au site Wikipedia via son navigateur ou une application widget ou logicielle Orange. Les abonnés auront ainsi accès aux services encyclopédiques « autant de fois qu’ils le souhaiteront sans frais supplémentaires, tant qu’ils resteront sur les pages de Wikipedia ».

Selon les renseignements affichés sur son site Web, Wikipedia se définit comme une encyclopédie en ligne gratuite, « collaborative et multilingue ». Le site Web contient plus de 21 millions d’articles (dont plus de 3,8 millions en anglais), qui ont été rédigés par des bénévoles du monde entier. La plupart des articles peuvent être révisés par toute personne ayant accès à Internet.

« Wikipedia est un service important, un bien public, et c’est pourquoi nous voulons qu’on y accède gratuitement, quel que soit l’outil utilisé », souligne Sue Gardner, directrice exécutive de la Fondation Wikimedia. « Le partenariat avec Orange permettra à des millions de personnes, qui ne pouvaient pas le faire avant, de consulter Wikipedia ».

Pour sa part, le Vice-Président exécutif du groupe Orange pour l’Afrique, le Moyen-Orient et l’Asie, Marc Rennard, fait remarquer que dans les pays où l’information n’est pas toujours aisément accessible, sa société « met l’encyclopédie en ligne la plus complète du monde à la portée de ses clients ».

Bien qu’Orange compte 70 millions de clients en Afrique et au Moyen-Orient, le service gratuit ne sera disponible que pour les usagers – à peu près 10 millions pour le moment – qui sont équipés d’un portable de deuxième (G2) ou de troisième génération (G3) capable d’accéder à Internet. L’opérateur français de téléphonie mobile prévoit d’offrir ce service à 50 % de ses abonnés d’ici à 2015. Étant donné que l’accord de Wikipedia avec Orange n’est pas exclusif, il y a de fortes chances pour que des ententes similaires soient conclues avec d’autres opérateurs de téléphonie mobile en Afrique. Ce continent est à présent le marché à plus forte croissance du monde pour les téléphones portables. 

Rechercher

Partagez

[+] Avertissement
Les Nations unies ne garantissent pas la véracité, l'exactitude ou la validité des contenus diffusés par le biais de ses réseaux sociaux en ligne (blogues, réseaux sociaux, forums, etc.). La publication de contenus obscènes, diffamatoires, profanes et calomnieux est interdite; de même que celle de propos abusifs et haineux ou encore de menaces contre des individus ou des entités. Les Nations unies se réservent le droit d'éditer ou d'effacer tout commentaire qu'elles considèrent inappropié ou inacceptable.