À propos du Bureau

Mandat

Créé le 1er mars 2003 par la circulaire du Secrétaire général (ST/SGB/2003/6) conformément à la résolution A/RES/57/7 de l'Assemblée générale adoptée le 4 novembre 2002, le Bureau du Conseiller spécial pour l'Afrique (parfois abbrégé en OSAA, selon le sigle utilisé en anglais) a commencé ses activités le 1er mai 2003.

Selon les termes de la résolution mentionnée précédemment, le mandat initial du Bureau était le suivant:

  • renforcer l'appui international au développement et à la sécurité en Afrique à travers des activités de plaidoyer et des travaux d'analyse;
  • apporter son concours au Secrétaire général afin que le soutien du système des Nations Unies au continent africain soit plus cohérent et mieux coordonné;
  • faciliter les discussions intergouvernementales sur l'Afrique à l'échelon mondial, notamment en ce qui concerne le Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD).

Pour accomplir son mandat, le Bureau du Conseiller spécial pour l'Afrique 

  • apporte une assistance à l'Assemblée générale et au Conseil économique et social dans leurs délibérations sur l'Afrique;
  • coordonne et guide l'élaboration des rapports et contributions touchant l'Afrique, en particulier sur l'appui apporté par le système des Nations Unies et la communauté internationale, y compris le secteur privé et la société civile, au NEPAD;
  • coordonne l'Équipe spéciale interdépartementale chargée des questions relatives à l'Afrique pour veiller à ce que l'appui des Nations Unies à l'Afrique, y compris le suivi de l'application des textes issus de toutes les réunions au sommet et conférences mondiales traitant du continent africain soit assuré de façon cohérente et intégrée;
  • établit des rapports sur les questions critiques touchant l'Afrique, en particulier celles sur l'interdépendance de la paix et du développement;
  • coordonne les activités mondiales de plaidoyer en faveur du Nouveau partenariat;
  • joue le rôle de coordonnateur avec le NEPAD au Siège du Secrétariat des Nations Unies.

Par la suite, avec l'adoption de la résolution 66/293 le 15 octobre 2012, l'Assemblée générale a élargi le mandat du Bureau du Conseiller spécial pour l'Afrique pour y inclure la mise en place d'un mécanisme de suivi des engagements pris en faveur du développement en Afrique.