ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

Histoire des Nations Unies

Haut de page

Histoire du Siège de l'Organisation des Nations Unies à New York

S'élevant sur la rive est de l'île de Manhattan, au bord de l'East River, le Siège de l'Organisation des Nations Unies à New York est à la fois un symbole de paix et un signe d'espoir. Dans cet espace de sept hectares, les représentants des sept milliards d'habitants qui peuplent la planète se retrouvent pour tenir des débats et prendre des décisions sur les questions de paix, de justice et de bien-être matériel et social.

Là également, les fonctionnaires de l'ONU, ou du Secrétariat, hommes et femmes, travaillent à l'application de ces décisions. La grande façade vitrée du bâtiment du Secrétariat et l'édifice peu élevé et délicatement incurvé de l'Assemblée générale, ainsi que le drapeau bleu et blanc de l'ONU, sont devenus des symboles immédiatement reconnaissables de l'organisation mondiale.

Construction du Siège de l'ONU à New York

Le Siège de l'ONU à New York en cours de construction en 1951, Photo ONU

En bref

  • Adresse : Organisation des Nations Unies, New York, NY 10017, États-Unis d'Amérique
  • Complexe : formé de quatre bâtiments principaux, le Secrétariat, l'Assemblée générale, les salles de conférence (y compris les salles des Conseils) et la Bibliothèque
  • Concepteurs : Wallace K. Harrison, architecte en chef (États-Unis d'Amérique), Nikolai G. Bassov (Union soviétique), Gaston Brunfaut (Belgique), Ernest Cormier (Canada), Charles-Edouard Jeanneret, dit Le Corbusier (France), Liang Seu-cheng (Chine), Sven Markelius (Suède), Oscar Niemeyer (Brésil), Sir Howard Robertson (Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord), G. A. Soilleux (Australie) et Julio Vilamajo (Uruguay)
  • Début des travaux : 24 octobre 1949

Un territoire international

Propriété de l'Organisation des Nations Unies, le site du Siège est territoire international. Un agent ou fonctionnaire américain, qu'il relève de l'autorité fédérale, d'un État ou d'une collectivité locale, ou qu'il dépende de l'administration, de l'autorité judiciaire, de l'armée ou de la police, ne peut pénétrer sur le site qu'avec le consentement du Secrétaire général de l'Organisation et aux conditions convenues par lui.

L'Organisation est néanmoins liée au pays hôte par un accord visant à empêcher que le Siège ne serve de refuge à des personnes qui tentent d'échapper à une arrestation ordonnée en vertu de la législation fédérale, de celle de l'État ou de la ville, ou qui sont recherchées par le Gouvernement américain à des fins d'extradition vers un autre pays ou qui cherchent à se soustraire à des poursuites judiciaires.

Sur ce site, l'Organisation dispose de ses propres services d'incendie et de sécurité et d'un bureau de poste spécialement habilité à vendre des timbres émis par l'ONU. Les bâtiments ont été construits selon les normes fixées par la ville de New York en matière de protection contre l'incendie et de sécurité, sans suivre nécessairement tous les règlements de la ville.

Le Siège de l'ONU a été conçu de façon à servir quatre groupes principaux : les délégations des 193 États Membres, qui envoient chaque année à New York plus de 5 000 personnes aux sessions annuelles de l'Assemblée générale; le Secrétariat, dont, sur les 7 500 fonctionnaires travaillant dans le monde entier, 4 900 sont en poste à New York; les visiteurs, qui sont environ 700 000 chaque année; et les journalistes, dont plus de 3 600 sont accrédités en permanence sur place et plus 10 000 ne viennent qu'à l'occasion des grandes réunions.

Des aménagements ont été prévus pour accueillir au mieux chacun de ces groupes. L'entrée des délégués est située sur le côté ouest du bâtiment de l'Assemblée générale, au niveau de la 45e Rue; l'entrée des visiteurs se trouve à l'extrémité nord du bâtiment de l'Assemblée générale, entre les 45e et 46e Rues. Le public peut visiter librement les parties publiques du bâtiment et faire une visite guidée d'autres espaces de l'Organisation. Le personnel utilise soit l'entrée du Secrétariat située à la 43e Rue soit les autres.

Le choix de New York

Le 10 décembre 1945, le Congrès américain avait décidé à l'unanimité d'inviter l'Organisation à établir son siège permanent aux États-Unis. La décision d'établir l'Organisation des Nations Unies près de la ville de New York a été prise par l'Assemblée générale à sa première session, tenue le 14 février 1946 à Londres.

Dès que le choix s'est fixé sur les États-Unis, un comité spécial des Nations Unies a passé le deuxième semestre de 1946 à examiner divers emplacements éventuels pour le Siège à Philadelphie, Boston et San Francisco. Il s'est tout d'abord intéressé à des emplacements situés au nord de New York et n'a pas sérieusement songé à Manhattan, jugé trop populeux. L'offre de 8,5 millions de dollars faite à la dernière minute par John D. Rockefeller, Jr., pour l'achat du site actuel a remporté l'assentiment de la plupart des membres de l'Assemblée générale le 14 décembre 1946. La ville de New York a accepté de céder des terrains pour compléter l'achat.

Le site choisi par l'Organisation des Nations Unies était à l'époque un quartier formé d'abattoirs délabrés, d'installations industrielles et de docks pour barges ferroviaires. Les camions sillonnaient bruyamment la 1re Avenue d'un côté, et de l'autre, les voitures parcouraient à vive allure l'East River Drive – rebaptisée depuis Franklin Delano Roosevelt Drive – qui longe la rivière.

Tout a commencé à Londres...

Avant que les bâtiments du Siège à New York ne soient prêts, l'Organisation des Nations Unies a poursuivi ses travaux dans plusieurs endroits. On trouvera ci-après la liste des endroits où ses principaux organes ont tenu leurs premières réunions :

Plan du Siège

Une fois le site choisi, il a fallu concevoir la structure du Siège de l'organisation mondiale. Plutôt que de lancer un concours international, l'ONU a décidé que son nouveau siège serait le fruit d'une collaboration entre d'éminents architectes de divers pays.

Réunion du bureau d'architectes-conseils

Réunion du bureau d'architectes-conseils.
Photo Archives des Nations Unies

L'Américain Wallace K. Harrison, nommé architecte en chef, avait le titre de Directeur des plans de construction. Pour l'assister, il a été créé un bureau d'architectes-conseils, dont les 10 membres ont été désignés par des gouvernements.

Ce bureau était composé des membres suivants : Nikolai G. Bassov (Union soviétique), Gaston Brunfaut (Belgique), Ernest Cormier (Canada), Charles-Edouard Jeanneret, dit Le Corbusier (France), Liang Seu-Cheng (Chine), Sven Markelius (Suède), Oscar Niemayer (Brésil), Sir Howard Robertson (Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord), G. A. Soilleux (Australie) et Julio Vilamajo (Uruguay).

Le Directeur et le Bureau se sont mis au travail au début de 1947, dans un bureau installé au Rockefeller Center – ensemble de locaux commerciaux dont M. Harrison avait été l'un des principaux architectes. Une cinquantaine de plans de base ont été établis, critiqués, analysés et remaniés. Les planificateurs ont pris en considération la structure institutionnelle de l'Organisation des Nations Unies, avec son Assemblée générale, ses trois grands Conseils et son Secrétariat permanent. Ils devaient tenir compte des besoins des délégations et du personnel du Secrétariat.

La relative exiguïté du site imposait la construction d'un immeuble de bureaux élevé. Les planificateurs ont jugé que la présence d'une couche de roche dure près de la surface – le soubassement de schiste de Manhattan sur lequel reposent la plupart des gratte-ciel new-yorkais – rendrait la construction plus facile. (Le soubassement s'enfonce à plus de 20 mètres au-dessous du niveau de la mer entre la 46e et la 47e Rue, où s'ouvrait Turtle Bay au siècle dernier, zone à présent située en dessous de la large pelouse au nord du bâtiment de l'Assemblée générale.)

Il a été décidé de construire le bâtiment du Secrétariat à l'extrémité sud du site afin de faciliter l'accès aux transports publics le long de la 42e Rue, principale artère du centre de Manhattan. L'orientation nord-sud a été choisie en partie par souci d'esthétique, et en partie par crainte qu'un grand immeuble orienté d'est en ouest n'assombrisse le site.

Oscar Niemeyer

L'architect brésilien Oscar Niemeyer travaillant sur les plans du Siège de l'ONU à New York.
Photo ONU, 18 avril 1947

Les concepteurs ont imaginé un plateau semblable à un parc s'étendant de la 1re Avenue jusqu'au bord de la rivière, sur lequel se dresseraient les immeubles. Afin d'utiliser tout l'espace jusqu'au bord de l'eau, ils ont décidé que le jardin aménagé et le bâtiment des conférences surplomberaient le Franklin D. Roosevelt Drive.

Bien que l'ONU ne soit pas tenue de se conformer aux arrêtés municipaux, le Siège a été conçu selon les règlements de construction en vigueur à New York, vu que la municipalité est responsable dans l'ensemble de la protection contre l'incendie. L'eau, l'électricité, le chauffage et autres commodités sont fournis aux tarifs du marché.

Le coût des bâtiments établi selon les plans originaux avait été estimé à près de 85 millions de dollars. Toutefois, sur ordre du Secrétaire général Trygve Lie, les concepteurs l'ont réduit de 20 millions de dollars, essentiellement en ramenant la hauteur du bâtiment du Secrétariat de 45 à 39 étages, en réduisant les dimensions des salles de conférence et en utilisant pour la Bibliothèque un bâtiment qui existait déjà sur le site. Le plan révisé, d'un coût de 65 millions de dollars, a été approuvé par l'Assemblée générale le 20 novembre 1947.

Pour financer les travaux, le Gouvernement des États-Unis a accordé à l'ONU un prêt sans intérêt de 65 millions de dollars. La dernière tranche de cet emprunt (1 million de dollars) a été remboursée en 1982.

Construction et rénovation des bâtiments

Une fois approuvés, les plans ont été rapidement mis à exécution. Les 270 habitants du quartier ont été réinstallés aux frais de l'ONU, les employés des abattoirs et les bateliers ont quitté les lieux, et les bâtiments qui s'y trouvaient ont été démolis. Le marché des travaux a été adjugé en janvier 1949 à un groupement de quatre grandes entreprises de bâtiment new-yorkaises. Dix-neuf mois plus tard, le 21 août 1950, le personnel du Secrétariat a pris possession de ses nouveaux bureaux.

La première pierre a été posée lors de la cérémonie d'inauguration du 24 octobre 1949 (Journée des Nations Unies) par le premier Secrétaire général, Trygve Lie, en présence du Président des États-Unis. La pierre porte l'inscription « Organisation des Nations Unies » dans les cinq langues officielles en usage en 1949 (anglais, chinois, espagnol, français et russe), ainsi que la date en chiffres romains.

Préparée selon l'usage, la pierre porte à l'intérieur une boîte métallique contenant un exemplaire de la Charte et de la Déclaration des droits de l'homme, un exemplaire du calendrier des réunions, et des documents tels que les comptes rendus des réunions du Comité consultatif du Siège. La boîte a été scellée par le Secrétaire général Trygve Lie et le Directeur des plans de construction, Wallace K. Harrison. La pierre se trouve dans les fondations de la partie est du bâtiment de la Bibliothèque érigé à l'extrémité sud du site.

La première adjonction importante au complexe du Siège a été la Bibliothèque Dag Hammarskjöld, dont la construction a été achevée en 1961.

Au fil des ans, l'intérieur des bâtiments a été modifié pour accueillir les nombreux États qui sont venus grossir les rangs des Membres de l'Organisation depuis sa création. En 1947, lorsque les plans de construction ont été établis, l'Organisation ne comptait que 57 États Membres, mais des dispositions avaient été prises pour en accueillir 70. En 1955, la capacité prévue avait été dépassée. Un programme d'agrandissement de 3 millions de dollars, portant principalement sur les salles de conférence, a été achevé en 1964, permettant d'accueillir 126 Membres.

Pour accueillir les Membres de l'Organisation, dont le nombre avait fortement augmenté, l'Assemblée générale a approuvé, en 1976, l'exécution de gros travaux en vue d'augmenter la capacité d'accueil de la salle de l'Assemblée générale et de toutes les grandes salles de conférence. Les frais de reconstruction et de réaménagement se sont élevés à environ 15 millions de dollars. La transformation des grandes salles de conférence, de la salle du Conseil de tutelle et de la salle de l'Assemblée générale a été achevée en septembre 1980. Des travaux de rénovation ont également été entrepris dans les bureaux et le salon du Conseil de sécurité.

Deux autres projets de construction visant à compléter les installations du Siège ont été exécutés. Le premier était la construction, autour d'une petite cour remplie de cornouillers, de féviers et de pommiers sauvages, d'un atelier de reproduction moderne occupant deux niveaux et situé au-dessous de la vaste pelouse nord du bâtiment de l'Assemblée.

Le deuxième projet, d'un coût de 8,7 millions de dollars, a été terminé l'année suivante. Il s'agit de la construction d'une cafétéria de 750 places réservée au personnel et aux délégués dans un édifice de deux étages situé au coin sud-est du bâtiment du Secrétariat et donnant sur l'East River. L'étage inférieur de l'annexe de la cafétéria abrite des salles de classe pour les cours de langue et les bureaux des interprètes.

Le bâtiment existant du Secrétariat ne pouvant pas accueillir tout le personnel, dont l'effectif avait augmenté, il a fallu louer des locaux dans des bâtiments du voisinage. Un grand nombre de fonctionnaires, y compris le personnel de la United Nations Development Corporation (UNDC), occupent des bureaux de l'autre côté de la 1ère Avenue, au niveau de la 44e Rue. La UNDC est un organisme public à but non lucratif créé par l'État de New York et chargé de fournir des locaux à l'ONU et aux organisations apparentées.

2008-2014 : Grands travaux de rénovations, « Capital Master plan » EN

Remontant au début des années 50, les structures originelles de l'ONU ne correspondaient plus aux normes de constructions les plus récentes. La remise à neuf – qui devrait être finalisée en 2014 – a pour objectif d'appliquer les normes les plus modernes de construction en matière de sécurité, d'accessibilité pour les personnes handicapées et la protection de l'environnement.

Retour de Ban Ki-moon dans son bureau

Retour de Ban Ki-moon dans son bureau après les travaux de rénovation.
Photo ONU/Eskinder Debebe, 17 décembre 2012

Avec une réduction de 50% de la consommation d'énergie et d'eau, ainsi que de 40% de la production de carbone, les deux milliards de dollars de travaux devraient faire du Secrétariat l'un des les bâtiments plus écologiques et les plus propres du monde.

En outre, la tour de 39 étages dominant l'East River et la Première Avenue à Manhattan est maintenant munie d'un nouveau rideau de verre avec la même teinte bleu-vert qui était la sienne en 1952.

En décembre 2012, de retour dans le bureau qu'il occupait avant le début d'importants travaux de restauration cinq ans auparavant, le Secrétaire général Ban Ki-moon a exprimé son enthousiasme pour la rénovation «  historique » du Siège des Nations Unies à New York, se félicitant tout particulièrement de l'intégration réussie de technologies innovantes respectueuses de l'environnement dans un bâtiment vieux de plus de 60 ans.

>>> En savoir plus sur les différents bâtiments qui forment le complexe du Siège de l'ONU