Histoire des Nations Unies

Haut de page

La Déclaration du palais de Saint-James

Signée à Londres le 12 juin 1941, la Déclaration du palais de Saint-James a été le premier d'une série de documents qui ont abouti à la fondation des Nations Unies.

Photo en noir et blanc

Le Palais de Saint-James

En juin 1941, la ville de Londres était le siège de neuf gouvernements en exil. La capitale britannique avait déjà subi 22 mois de guerre, et les sirènes annonçant les raids aériens hurlaient souvent dans la métropole mutilée. Presque toute l'Europe était aux mains de l'Axea. Sur l'Atlantique, l'ennemi s'attaquait aux convois de ravitaillement et coulait les bateaux avec une sinistre régularité. Mais à Londres, et parmi les gouvernements et les peuples alliés, la foi en la victoire finale restait inébranlée.

Mieux même, au-delà de la victoire militaire qu'il fallait encore remporter, on songeait déjà à l'après-guerre. « Après que nous aurons remporté la victoire, devrons-nous continuer à vivre dans la crainte d'une nouvelle guerre? Ne pourrions-nous pas nous assigner un but plus élevé que la victoire militaire? Ne serait-il pas possible de rendre la vie meilleure pour tous les pays et pour tous les peuples et détruire ainsi, une fois pour toutes, les germes de la guerre? »

Le 12 juin, les représentants du Royaume-Uni, du Canada, de l'Australie, de la Nouvelle-Zélande et de l'Afrique du Sud, et ceux des gouvernements exilés de la Grèce, de la Belgique, de la Tchécoslovaquie, du Luxembourg, des Pays-Bas, de la Norvège, de la Pologne, de la Yougoslavie, ainsi que le représentant du général de Gaulle, au nom de la France libre, se réunissaient au vieux palais de Saint-James et y signaient une déclaration.

Les passages suivants, extraits de cette Déclaration, peuvent encore servir de mot d'ordre pour la paix :

« La seule base solide d'une paix durable sera la collaboration spontanée des peuples libres dans un monde où, la menace de l'agression ayant été écartée, tous pourront avoir l'assurance de leur sécurité économique et sociale; [...] C'est notre intention de travailler à ces fins ensemble et avec les autres peuples libres, tant en temps de guerre qu'en temps de paix. »

aLe terme Axe (Forces de l'Axe, Axe Rome-Berlin-Tokyo) désigne l'ensemble des pays (Allemagne, Italie et Japon) qui se sont battus contre les Alliés pendant la Seconde Guerre mondiale.