Seul le texte prononcé fait foi

DECLARATION DE M. RUDOLF CHRISTEN,
CONSEILLER D'AMBASSADE
DE LA MISSION PERMANENTE DE LA SUISSE AUPRES DES NATIONS UNIES,
A LA 27EME SESSION ORDINAIRE
DU COMITE DE L'INFORMATION
19 AVRIL 2005


Monsieur le Président,

La délégation suisse remercie l'ensemble du personnel du Département de l'information publique et son chef, le Secrétaire général adjoint Shashi Tharoor pour l'important travail effectué durant l'année écoulée et félicite la nouvelle présidence et les autres membres du bureau pour leur élection. Nous avons pris connaissance avec intérêt des cinq rapports qui nous ont été remis en vue de cette 27 ème session du Comité de l'information et sommes convaincus que ces documents sauront stimuler les discussions à venir.

La Suisse se réjouit tout d'abord de l'accent mis sur l'utilisation des moyens modernes et interactifs pour la diffusion de l'information. Une utilisation de ces nouveaux outils combinée avec les moyens traditionnels que sont la radio, la télévision et les supports écrits, permet, si elle est bien ciblée, de maximiser l'impact sur les publics visés.

La tâche d'information est, en cette année de jubilé, particulièrement importante. En plus du courant normal, le Département de l'information publique sera en effet amené à communiquer sur des échéances majeures telles que les discussions sur le financement pour le développement, la poursuite des réformes de l'Organisation, les objectifs du Millénaire et le Sommet de septembre. Notre délégation est convaincue que le Département de l'information saura donner, cette année encore, la pleine mesure de ses compétences afin de communiquer efficacement sur ces événements.

Monsieur le Président,

La Suisse salue l'achèvement de la phase initiale de réorientation des activités du Département de l'information lancée en 2002 avec les propositions du Secrétaire général et appelle à la poursuite de la rationalisation des centres d'information dans une nouvelle phase d'efforts. Aux yeux de ma délégation, ces efforts doivent être marqués par la continuité.

Bien qu'inférieurs aux attentes, les progrès réalisés avec l'établissement du centre régional de Bruxelles sont à relever. La Suisse est convaincue que pour remplir toutes ses promesses, la poursuite de la régionalisation doit prendre en compte les différentes spécificités régionales et privilégier une approche « bottom up » plus souple. Notre délégation désire encore rappeler ici que le travail des centres d'information ne se limite pas uniquement à la presse. L'information en faveur des différents milieux politiques nationaux est tout aussi importante. Une proximité raisonnable est dans ce cas également un élément favorisant le succès des campagnes d'information.

Nous pensons que la quête de rationalisation doit maintenant s'opérer d'une façon continue et graduelle, en concertation avec les parties intéressées, y compris les acteurs locaux et régionaux représentant l'ONU. Les efforts continus de rationalisation doivent permettre de créer des synergies et dégager les moyens nécessaires à l'accomplissement de l'importante mission des centres d'informations. L'idée présentée hier après-midi par le Secrétaire général adjoint de conclure ou renforcer des partenariats avec la société civile pour la diffusion de l'information sur les Nations Unies, est selon nous une piste complémentaire très intéressante au travail des centres d'informations.

La Suisse salue à cet égard la signature récente d'un "memorandum of understanding" entre la Fédération mondiale des associations pour les Nations Unies à Genève et le bureau régional d'information de l'ONU à Bruxelles. Les Associations pour les Nations Unies sont des partenaires importants pour le travail d'information de notre Organisation et la Suisse soutient les activités menées à Genève dans ce domaine.

Monsieur le Président,

Notre délégation salue les progrès réalisés grâce à l'important travail fourni par les bibliothèques des Nations Unies. L'expression "from collections to connections" illustre parfaitement les efforts de coordination et de mise en réseau des connaissances entrepris par le Département de l'information publique. La Suisse est convaincue des bienfaits de telles mesures. Celles-ci concourent indubitablement à la diffusion des buts et objectifs de l'ONU auprès de l'opinion publique mondiale. Nous appuyons également la poursuite des efforts de rationalisation entamés et saluons l'affirmation d'une culture de prestation de service.

L'orientation privilégiant l'accès des documents via internet est pour la Suisse une voie intéressante à approfondir. La mise à disposition d'informations ainsi digitalisées a pour avantage de faciliter l'accès à l'information de tout un chacun et d'accroître la rapidité de diffusion des informations, tout en tenant compte des réalités budgétaires.

Face à l'évolution rapide des nouvelles technologies et aux défis que ceux-ci impliquent, la Suisse tient à féliciter les bibliothèques pour les importants efforts d'adaptation consentis jusqu'ici. Notre délégation attire l'attention sur le caractère continu de cette évolution et encourage les bibliothèques à poursuivre leurs efforts.

La Suisse estime que le renforcement de la formation du personnel des bibliothèques et l'accroissement raisonnable de l'offre de service sont des mesures modernes à même de permettre l'accomplissement des tâches allouées aux bibliothèques.

Monsieur le Président,

Le 3 mai prochain, nous commémorerons la journée de la liberté de la presse. Nous saisissons cette occasion pour rappeler que cette liberté de la presse constitue l'un des piliers fondamentaux des sociétés démocratiques. En présentant différents points de vue, en confrontant les opinions et renforçant la transparence, les médias participent à la noble tâche de la formation démocratique de l'opinion publique. Dans l'accomplissement de cette importante mission, la presse gagne en crédibilité lorsqu'elle s'impose une grande responsabilité.

Le devoir d'une presse libre est aussi de pointer du doigts sans concession les différents problèmes et de rappeler aux dirigeants leurs responsabilités. C'est une partie intégrante du processus démocratique.

La Suisse condamne vigoureusement les atteintes à la liberté des médias et ma délégation salue ici la mémoire des journalistes qui ont payé de leur vie l'exercice de leur profession.

Monsieur le Président,

Ma délégation espère que cette 27 ème session du Comité de l'information permettra de dégager des résultats qui faciliteront l'exercice par l'ONU du travail d'information qui doit être celui de notre Organisation à l'approche des importantes échéances à venir. Nous vous assurons qu'à cet effet, la Suisse favorisera la recherche de solutions constructives et pragmatiques.

Merci, Monsieur le Président.

***