Prière de vérifier à l'audition

DECLARATION DE MME SOUAD EL ALAOUI,
AU NOM DE LA DELEGATION MAROCAINE,
DEVANT LA 26EME SESSION
DU COMITE DE L'INFORMATION
27 AVRIL 2004

Monsieur le Président,

Permettez-moi tout d'abord de vous exprimer au nom de ma délégation notre satisfaction de vous voir présider nos travaux, qui, à l'instar de la session dernière, seront sous votre Présidence, couronnés de succès. Nos félicitations vont également aux autres membres du Bureau.

Je saisis également cette occasion pour féliciter M. Shashi THAROOR, Secrétaire général adjoint, et ses collaborateurs, pour tous les efforts et l'énergie qu'ils ne cessent de déployer au Service de l'Information et de la Communication.

Je ne saurais laisser passer cette occasion sans rendre hommage à Mme Thérèse Gastaut, qui s'apprête à nous quitter, pour son dévouement constant au Service de l'ONU et plus particulièrement notre Comité d'Information.

De même, ma délégation tient à exprimer son appréciation pour l'excellente présentation faite hier par M. le Secrétaire général adjoint à la Communication et à l'Information. Tout en souscrivant à la déclaration faite par le Qatar au nom du Groupe des 77 et la Chine, ma délégation souhaite souligner un certain nombre de points auxquels elle attache une importance particulière.

Monsieur le Président,

Dans la page d'accueil du site des Centres d'Information des Nations Unies, la première phrase, que tout visiteur du site puisse lire dans l'introduction, est la suivante :

« L'ONU ne peut atteindre ses objectifs si les peuples du monde ne sont pas pleinement informés de ses buts et activités. C'est pourquoi l'Assemblée générale, en créant le Département de l'Information en Février 1946, lui a demandé d'ouvrir des bureaux auxiliaires afin de permettre à tous les peuples de la planète de recevoir une information aussi complète que possible sur les travaux des Nations Unies ».

Plus que cinquante ans après, les objectifs définis par l'Assemblée générale restent d'actualité.

En prenant note du rapport du Secrétaire général A/AC.198/2004/3 portant sur la rationalisation du réseau des Centres d'Information des Nations Unies, ma délégation souhaite rappeler que toute réforme quelle La nouvelle stratégie de communication du Département de l'Information, se voulant mieux conçue pour toucher un public aussi vaste que possible, ne peut reposer que sur un renforcement des fonctions essentielles des Centres d'Information, notamment la liaison avec les médias, la gestion du savoir et la communication avec les établissements d'enseignement et la société civile, pour ne citer que ces aspects de leur fonction de source d'information, d'interaction dans le pays hôte.

Ces Centres tant décriés continuent à assumer leurs fonctions puisque le rapport du Secrétaire général sur « la poursuite de la réorientation des activités des Nations Unies dans le domaine de l'Information et de la Communication » (A/AC.198/2004/2), met en exergue le nombre des activités médiatiques organisées par les Centres entre le 1er Janvier et le 31 Octobre 2003, pour promouvoir les objectifs du Millénaire pour le développement. Ces activités s'élèvent à 568 activités, soit une moyenne de sept par Centre.

Monsieur le Président,

Dans un monde troublé, le terrorisme s'impose comme problématique complexe sur l'agenda international et les Centres ont également un rôle à jouer pour faire largement connaître à l'opinion publique l'indispensable rôle de l'ONU comme régulateur des relations internationales et comme catalyseur des attentes des peuples du monde. Ces mêmes Centres peuvent jouer un rôle pour conseiller les journalistes sur la manière de couvrir l'actualité liée au terrorisme et sur l'influence que les médias exercent sur l'opinion (cas de l'atelier organisé par le Centre de Vienne cité dans le rapport du Secrétaire général précité).

Dans ce contexte, ma délégation s'interroge sur l'effet contreproductif d'une éventuelle fermeture des Centres existants dans les pays en développement sur l'effort de diffusion massive de l'information que s'était assigné l'ONU.

Monsieur le Président,

Il est clairement établi aujourd'hui que la fracture numérique universellement constatée ne peut être résorbée sans l'expression d'une volonté politique forte que nous appelons en Afrique « la solidarité numérique ».

II faudrait que la fracture numérique soit transformée en perspective numérique pour que les maladies, la faim et l'ignorance disparaissent et que les échanges mondiaux soient à la portée de tous les peuples.

A cet égard, ma délégation souhaiterait que la deuxième phase du Sommet Mondial sur la Société de l'Information qui aura lieu à Tunis du 16 au 18 Novembre 2005, puisse apporter une contribution majeure pour la promotion d'un développement des technologies de l'Information accessibles à tous.

Monsieur le Président,

L'Afrique est le continent qui a le plus souffert dans le monde au cours du dernier quart de siècle. Le Département continue de faire connaître les besoins du continent par le biais du magazine « Afrique Relance ». A cet égard, ma délégation souhaiterait inviter le DPI à réfléchir à une interaction avec le Bureau du conseiller spécial du Secrétaire général pour l'Afrique (OSAA) en vue de renforcer l'action multilatérale en faveur de l'Afrique.

Monsieur le Président,

Les développements tragiques de la situation dans les territoires palestiniens occupés nous interpellent à renforcer une stratégie de communication ayant pour objectif de contribuer à mettre fin à la tragédie palestinienne et à remettre sur les rails le processus de paix.

A cet effet, ma délégation accueille avec satisfaction le séminaire international organisé à Séville, en Octobre dernier, sur le thème « vers un règlement permanent du conflit israélo-palestinien prévoyant deux Etats ».

Ma délégation accorde une importance particulière au renforcement du programme spécial d'information sur la question de Palestine.

Monsieur le Président,

Tout en se félicitant des progrès enregistrés sur le site Web de l'Organisation, ma délégation réaffirme la nécessité de réaliser l'objectif de la parité linguistique sur le site Web et d'oeuvrer pour le strict respect du multilinguisme qui reflète la richesse et la diversité de la Communauté internationale et qui permettrait d'assurer une plus large diffusion de l'information sur les activités de l'ONU.

Monsieur le Président,

Ma délégation prend note du rapport du Secrétaire général sur l'amélioration de la diffusion des travaux et des décisions de l'Assemblée générale. Les recommandations contenues dans le rapport sont pertinentes, et méritent d'être examinées de façon approfondie durant cette session.

Monsieur le Président,

Les opérations de maintien de la paix jouent un rôle de plus en plus complexe dont le rétablissement et la consolidation de la paix. A cet égard, ma délégation salue les initiatives prises par le Département de l'Information dans son concours apporté aux Missions de maintien de la paix, particulièrement celles visant la formulation d'une stratégie de communication sur le désarmement, la démobilisation et la réintégration (DDR).

Ma délégation souhaite également, que le Département dans sa stratégie de communication, continue de mettre en relief l'aspect multidimensionnel de ces opérations.

Je vous remercie, Monsieur le Président.

***