United Nations

E/1997/27


Commission on the Status of Women

 Distr. GENERAL



E/1997/27 CSW - Rapport sur la quarantie`me session


              C.  Questions porte'es a` l'attention du Conseil

3.   L'attention du Conseil est appele'e sur le texte pre'sente' par la
Pre'sidente de la Commission et qui a trait au suivi des conclusions
concerte'es 1996/1 du Conseil e'conomique et social (voir chap. II,
par. 178).

                         1.  Conclusions concerte'es

4.   L'attention du Conseil est e'galement appele'e sur les conclusions
ci-apre`s adopte'es par la Commission :

       Conclusion concerte'e 1997/1.  Les femmes et l'environnement*

1.   Les confe'rences et sommets des Nations Unies qui ont eu lieu
re'cemment, en particulier la quatrie`me Confe'rence mondiale sur les
femmes et la Confe'rence des Nations Unies sur l'environnement et le
de'veloppement, ont souligne' qu'il fallait reconnai^tre et renforcer la
contribution des femmes au de'veloppement e'conomique, au de'veloppement
social et a` la protection de l'environnement, e'le'ments du de'veloppement
durable qui s'appuient mutuellement, et la ne'cessite' d'avoir une
perspective sexospe'cifique sans e'quivoque dans la gestion de
l'environnement.  En outre, l'on ne pourra pas re'aliser l'objectif du
de'veloppement durable tant que le ro^le des femmes dans la gestion de
l'environnement ne sera pas reconnu et renforce'.

2.   Dans le cadre de l'examen et de l'e'valuation quinquennaux des
re'sultats acquis a` la suite de la Confe'rence des Nations Unies sur
l'environnement et le de'veloppement, et allant au-dela` de la notion des
femmes en tant que grand groupe, un objectif majeur devrait e^tre
l'inte'gration de conside'rations lie'es aux sexospe'cificite's dans la
mise en oeuvre de toutes les le'gislations, politiques et programmes, aux
fins de re'aliser l'e'galite' entre les hommes et les femmes eu e'gard au
Programme d'action de Beijing1313/ et aux re'sultats d'autres confe'rences
mondiales.

*    Pour l'examen de la question, voir chap. II, par. 152 a` 161.

3.   Lorsqu'ils conc'oivent et mettent en oeuvre des politiques et des
programmes environnementaux, y compris des programmes Action 21 14/ et
relevant du Programme d'action de Beijing aux niveaux national et local,
tous les responsables doivent veiller a` pleinement tenir compte des
sexospe'cificite's en mettant au point et en utilisant des outils et des
me'thodes d'analyse.  Des me'canismes d'observation pour e'valuer cette
de'marche et ses effets devraient e^tre mis en place.

4.   La Commission du de'veloppement durable devrait inte'grer des
conside'rations lie'es aux sexospe'cificite's dans ses activite's futures,
en veillant a` ce que les diffe'rences existant dans les effets des
politiques et programmes de de'veloppement durable sur les hommes et sur
les femmes soient bien comprises et du^ment prises en conside'ration.

5.   Tous les responsables sont prie's d'adopter une approche holistique,
coordonne'e et coope'rative a` l'inte'gration d'une perspective
sexospe'cifique en matie`re de de'veloppement durable entre les organismes,
fonds et organes des Nations Unies et d'autres entite's internationales.

6.   Tous les responsables devraient appuyer l'active participation des
femmes, sur un pied d'e'galite' avec les hommes, au de'veloppement durable
a` tous les niveaux, y compris leur participation a` la prise de de'cisions
dans les domaines financiers et techniques, en adoptant des textes
le'gislatifs et re'glementaires a` cet effet.

7.   Les gouvernements devraient veiller a` ce que des politiques sociales
et environnementales efficaces viennent comple'ter les politiques de
libe'ralisation du commerce et des investissements dans lesquelles la
perspective sexospe'cifique est entie`rement inte'gre'e, de fac'on a`
veiller a` ce que tous les secteurs de la socie'te' tirent pleinement parti
des be'ne'fices de la croissance et a` e'viter la de'te'rioration de
l'environnement.

8.   En tant que consommatrices, les femmes comme les hommes devraient
avoir davantage conscience de leur capacite' de se comporter d'une fac'on
favorable a` l'environnement par le biais de mesures comme
l'e'coe'tiquetage, que les consommateurs peuvent comprendre quels que
soient leur a^ge et leur niveau d'instruction, et les plans locaux de
recyclage.

9.   Il convient d'intensifier la recherche dans une optique
sexospe'cifique sur l'effet des polluants e'cologiques et autres substances
nocives, notamment l'effet sur la sante' ge'ne'sique des hommes et des
femmes, et faire porter cette recherche sur le lien e'ventuel entre les
polluants et l'incidence du cancer chez les femmes.  Les conclusions
devraient e^tre largement diffuse'es, compte tenu des re'sultats de la
recherche sur l'application des politiques et programmes nationaux.  Cela
dit, le fait que l'on ne dispose pas de donne'es scientifiques ne doit pas
e^tre une raison pour remettre a` plus tard des mesures susceptibles
d'empe^cher des effets nocifs sur la sante' humaine.

10.  La participation active des femmes aux niveaux national et
international est essentielle si l'on veut e'laborer et mettre en oeuvre
des politiques visant a` promouvoir et a` prote'ger les aspects de la
sante' humaine lie's a` l'environnement, en particulier la fixation de
normes pour l'eau potable, car chacun(e) a le droit d'avoir acce`s a` l'eau
potable de la qualite' et dans les quantite's ne'cessaires pour satisfaire
ses besoins fondamentaux.  Il conviendrait d'inclure une perspective
sexospe'cifique dans la gestion des ressources en eau qui, entre autres,
mette en valeur et renforce le ro^le important que jouent les femmes dans
l'approvisionnement en eau, sa conservation et son utilisation.  Les femmes
devraient participer a` la prise de de'cisions touchant l'e'limination des
de'chets, l'ame'lioration des syste`mes d'approvisionnement en eau et
d'assainissement, et les projets agricoles et d'occupation des sols qui
affectent la qualite' et la quantite' de l'eau.  Les femmes devraient avoir
acce`s a` de l'eau salubre, a` un prix abordable, pour leurs besoins
personnels et e'conomiques.  L'une des conditions pre'alables requises est
d'assurer l'acce`s universel a` l'eau potable salubre et a`
l'assainissement et, a` cette fin, il faudrait encourager la coope'ration
tant au niveau national qu'international.

11.  Les gouvernements devraient lutter contre l'exportation ille'gale de
produits chimiques dangereux, notamment les produits agrochimiques et les
pesticides, des pays de'veloppe's vers les pays en de'veloppement,
conforme'ment aux re'sultats des ne'gociations du Programme des Nations
Unies pour l'environnement (PNUE) et de l'Organisation des Nations Unies
pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) concernant une convention sur
l'information et le consentement pre'alable.

12.  Les gouvernements, la communaute' internationale et les organisations
internationales devraient veiller a` l'adoption d'une de'marche
participative en matie`re de protection et de pre'servation de
l'environnement a` tous les niveaux et, lorsqu'ils e'laborent des
politiques et des programmes, devraient tenir compte du fait que le
de'veloppement durable incombe conjointement aux hommes et aux femmes, et
prendre en conside'ration les ro^les de l'homme et de la femme dans les
domaines de la production et de la reproduction.

13.  Tous les gouvernements devraient s'acquitter des engagements qu'ils
ont pris dans Action 21 et dans le Programme d'action de Beijing, notamment
en ce qui concerne l'assistance financie`re et technique et le transfert de
techniques e'cologiquement rationnelles aux pays en de'veloppement, et
veiller a` l'inte'gration d'une perspective sexospe'cifique dans toutes ces
activite's d'assistance et de transfert.

14.  La communaute' internationale et les organismes des Nations Unies
devraient continuer d'aider les pays en de'veloppement a` se doter des
capacite's ne'cessaires pour proce'der a` des e'valuations d'impact et,
pour cela, a` mettre au point des outils d'analyse et des principes
directeurs tenant compte des sexospe'cificite's.  Il convient d'inte'grer
une perspective sexospe'cifique dans toutes les e'valuations d'impact
e'cologique.  Les gouvernements, le secteur prive' et les institutions
financie`res internationales devraient se ha^ter de proce'der a` des
e'valuations par sexe de l'effet des de'cisions en matie`re
d'investissement.

15.  Les gouvernements, la socie'te' civile, les institutions et organismes
des Nations Unies et d'autres organisations internationales devraient
recueillir, analyser et diffuser des donne'es ventile'es par sexe et des
informations sur les femmes et l'environnement de manie`re a` introduire
une dimension sexospe'cifique dans l'e'laboration et la mise en oeuvre des
politiques et programmes de de'veloppement durable.

16.  Les protagonistes  Organisation des Nations Unies, institutions
financie`res internationales, gouvernements et socie'te' civile notamment 
devraient adopter une approche soucieuse de l'e'galite' des sexes dans
toutes les activite's de financement des programmes de de'veloppement
durable tout en reconnaissant qu'il importe de continuer a` e'laborer des
programmes destine's expresse'ment aux femmes.  Les fonds devraient e^tre
re'partis entre tous les secteurs.

17.  Les donateurs multilate'raux et bilate'raux, les gouvernements et le
secteur prive' devraient apporter un soutien accru aux organisations non
gouvernementales, notamment aux organisations fe'minines, en jouant un
ro^le actif de plaidoyer en faveur de l'application d'Action 21 aux
e'chelons international et national, et notamment en appuyant les
politiques et programmes nationaux de de'veloppement durable dans les pays
en de'veloppement.

18.  Il faudrait aussi fournir une assistance de ce type aux pays en
transition aux niveaux bilate'ral et multilate'ral.

19.  Les gouvernements, les e'tablissements d'enseignement et les
organisations non gouvernementales, notamment les organisations fe'minines,
devraient travailler en collaboration afin de fournir des informations sur
les pratiques e'cologiques saines, de promouvoir un enseignement tenant
compte des sexospe'cificite's et d'e'laborer dans ce domaine des programmes
de formation concrets tenant compte des disparite's entre les sexes.

20.  Il faudrait encourager tous les protagonistes inte'resse's a`
travailler de concert avec les adolescentes et adolescents, en menant des
activite's de formation de type classique et non classique, visant
notamment a` les initier a` des modes de consommation viables et a` une
exploitation responsable des ressources naturelles.

21.  Il convient d'encourager les partis politiques a` inscrire les
objectifs e'cologiques ayant une dimension sexospe'cifique dans les
programmes de leur parti.

22.  Les gouvernements, agissant en association avec le secteur prive' et
d'autres protagonistes de la socie'te' civile, devraient s'efforcer
d'e'liminer la pauvrete', en particulier la fe'minisation de ce
phe'nome`ne, de faire adopter de nouveaux modes de production et de
consommation et de cre'er des e'conomies locales saines et viables qui
serviraient de base a` un de'veloppement durable, notamment en renforc'ant
le pouvoir de la population locale, en particulier des femmes.  Il importe
aussi que les femmes soient associe'es aux activite's d'urbanisme, a` la
fourniture de services de base, a` la mise en place de re'seaux de
communication et de transport et aux politiques en matie`re de se'curite'. 
Il convient de renforcer la coope'ration internationale a` cette fin.

23.  Les femmes ont un ro^le essentiel a` jouer dans la mise au point de
modes de consommation et de production durables et e'cologiquement
rationnels ainsi que de me'thodes de gestion des ressources naturelles.  Il
convient de reconnai^tre, de regrouper et de pre'server les connaissances
et compe'tences techniques des femmes, surtout des femmes rurales et
autochtones, en matie`re d'exploitation et de conservation des ressources
naturelles et d'en tirer pleinement parti lors de la conception et de
l'exe'cution des politiques et programmes de gestion de l'environnement.

24.  Il convient d'e'laborer des le'gislations et de re'viser celles qui
existent afin d'assurer aux femmes l'e'galite' d'acce`s a` la terre et le
contro^le des terres, sans l'intervention des membres de leur famille de
sexe masculin, afin de mettre un terme a` la discrimination en matie`re de
droits fonciers.  Les femmes devraient se voir accorder de solides droits
d'utilisation et e^tre pleinement repre'sente'es dans les instances qui
de'cident de l'allocation des terres et de l'acce`s a` d'autres formes de
proprie'te', au cre'dit, a` l'information et aux technologies nouvelles. 
Elles devraient aussi jouir de droits e'gaux en matie`re de succession et
d'autres formes de proprie'te'.  Les re'formes agraires devraient commencer
par reconnai^tre l'e'galite' des droits des femmes en matie`re de
proprie'te' foncie`re et pre'voir d'autres mesures propres a` faciliter
l'acce`s a` la terre des femmes et hommes pauvres.

25.  Les gouvernements devraient promouvoir l'adoption d'initiatives en
faveur du tourisme e'cologique afin de promouvoir et de faciliter les
activite's commerciales des femmes dans ce domaine.

26.  Ils devraient dispenser aux jeunes un enseignement et une formation
dans le domaine des droits fondamentaux des femmes et abolir les pratiques
traditionnelles et coutumie`res qui portent pre'judice aux femmes et qui
sont discriminatoires a` leur e'gard.

27.  Les gouvernements, les instituts de recherche et le secteur prive'
devraient encourager les femmes a` mettre au point des techniques
e'cologiquement rationnelles telles que l'e'nergie solaire et a` influer
sur la production de technologies nouvelles et approprie'es en dispensant
un enseignement et une formation dans le domaine de la science et de la
technique.

28.  Les gouvernements, le secteur prive' et la communaute' internationale
sont invite's a` examiner a` titre prioritaire les liens existant entre la
se'curite', les conflits arme's et l'environnement et leurs incidences sur
la population civile et en particulier les femmes et les enfants.

29.  Reconnaissant que l'e'galite' des sexes est indispensable pour assurer
un de'veloppement durable, la Pre'sidente de la Commission de la condition
de la femme devrait porter a` l'attention des pre'sidents de la Commission
du de'veloppement durable a` sa cinquie`me session et de la session
extraordinaire de l'Assemble'e ge'ne'rale consacre'e a` l'examen de la mise
en oeuvre d'Action 21 les conclusions concerte'es de la Commission de la
condition de la femme relatives aux femmes et a` l'environnement.

   	

 


This document has been posted online by the United Nations Department of Economic and Social Affairs (DESA). Reproduction and dissemination of the document - in electronic and/or printed format - is encouraged, provided acknowledgement is made of the role of the United Nations in making it available.

Date last updated: 06 December 1999 by DESA/DAW
Copyright 1999 United Nations