United Nations

E/1997/27 CSW


Commission on the Status of Women

 Distr. GENERAL


E/1997/27 CSW - Rapport sur la quarantie`me session
        Conclusion concerte'e 1997/2.  L'acce`s des femmes au pouvoir
                                      et leur participation a` la   
                                     prise de de'cisions*          

1.   Il faudrait acce'le'rer la mise en oeuvre du programme d'action de
Beijing15/ afin que les femmes puissent participer pleinement et a`
e'galite' avec les hommes a` la prise de de'cisions, a` tous les niveaux.

2.   Le fait que les femmes puissent participer a` e'galite' avec les
hommes a` la prise de de'cisions et e^tre repre'sente'es dans toutes les
sphe`res de la vie politique, e'conomique et sociale, permettrait
d'instaurer l'e'quilibre ne'cessaire au renforcement de la de'mocratie.


*    Pour l'examen de la question, voir chap. II, par. 162 a` 168.


3.   Les gouvernements, les organes et organismes du syste`me des
Nations Unies, de me^me que les organisations internationales, les
partenaires sociaux et les ONG, devraient conjuguer leurs efforts en vue
d'acce'le'rer l'application de strate'gies propres a` assurer la parite'
entre les sexes dans la prise de de'cisions politiques ainsi que dans la
pre'vention et le re`glement des conflits.  Ils devraient prendre en
conside'ration le point de vue des femmes, en utilisant des e'tudes portant
sur les incidences que les proble`mes de parite' entre les sexes peuvent
avoir, a` tous les stades de l'e'laboration des politiques et du processus
de prise de de'cisions.  Ils devraient promouvoir des me'thodes de prise de
de'cisions et de pratiques institutionnelles diverses et prendre les
mesures voulues pour qu'il soit tenu compte des sexospe'cificite's sur les
lieux de travail, notamment sur des lieux de travail libres de tout
harce`lement sexuel et connus pour leur capacite' a` recruter, a`
promouvoir et a` conserver leurs effectifs fe'minins.  Il faudrait
ame'liorer les structures et les processus de de'cision afin d'encourager
la participation des femmes, notamment a` la base.

4.   Il conviendrait d'encourager la recherche, y compris l'e'valuation des
conse'quences sexospe'cifiques des processus e'lectoraux, afin d'arre^ter
des mesures propres a` inverser la tendance mondiale a` la diminution du
nombre de femmes parlementaire.

5.   Les partis politiques devraient s'efforcer d'e'liminer les pratiques
discriminatoires, de faire figurer les questions propres aux femmes dans
leurs programmes politiques et de garantir l'acce`s des femmes aux organes
exe'cutifs, y compris aux postes de direction, ainsi qu'aux postes pourvus
par nomination ou par voie e'lectorale.

6.   Pour que les femmes puissent acce'der plus rapidement a` l'e'galite',
il conviendrait de lancer une action positive, consistant notamment en la
fixation d'un pourcentage minimum de repre'sentation pour chaque sexe et en
l'adoption de mesures et de proce'de's tenant compte des
sexospe'cificite's.  Ce type de mesures pourrait contribuer pour une part
de'cisive a` ame'liorer la position des femmes dans les secteurs et aux
niveaux ou` elles sont sous-repre'sente'es.  Les responsables des services
gouvernementaux, du secteur prive', des partis politiques et des
organisations non gouvernementales devraient revoir les crite`res et
proce'dures de recrutement et de nomination aux organismes consultatifs,
aux organes directeurs, y compris aux structures dirigeantes, de manie`re
a` garantir l'adoption d'une strate'gie comple`te qui permette d'assurer la
parite' entre les sexes.

7.   Les gouvernements devraient s'engager a` e'tablir un e'quilibre entre
les sexes aux postes de de'cision dans l'administration et les emplois
publics, a` tous les niveaux, y compris dans le service diplomatique, en
fixant des objectifs pre'cis assortis de de'lais.

8.   Les gouvernements et la socie'te' civile devraient promouvoir une
prise de conscience des proble`mes propres aux femmes et faire en sorte
qu'ils soient syste'matiquement pris en compte dans l'e'laboration des lois
et des politiques.

9.   Les gouvernements devraient examiner leurs modalite's de communication
et leurs politiques d'information en vue de se donner une image positive de
la femme dans la vie politique et la vie publique.

10.  Il faudrait e'tudier plus avant la possibilite' d'utiliser les me'dias
en tant qu'instruments capables de donner une image de la femme et d'e^tre
utilise's plus efficacement par les femmes candidates.

11.  Les gouvernements, le secteur prive', les partis politiques, les
partenaires sociaux et les organisations non gouvernementales devraient
revoir les crite`res et les proce'dures de recrutement et de nomination aux
organes consultatifs et de prise de de'cisions de fac'on a` assurer
l'e'quilibre entre les sexes.  Dans le me^me temps, le secteur des affaires
devrait s'employer a` optimiser ses activite's en s'efforc'ant d'e'tablir
un e'quilibre entre les sexes parmi ses effectifs, et ce a` tous les
niveaux, et en aidant ses employe's a` concilier travail et vie
personnelle.

12.  Les partis politiques devraient e^tre encourage's a` financer des
programmes de formation a` la conduite des campagnes, a` la collecte de
fonds et aux proce'dures parlementaires afin de permettre aux femmes de
faire campagne, d'e^tre e'lues et d'exercer des fonctions officielles et de
sie'ger au parlement.  Pour aider les femmes et les hommes a` concilier
travail et vie personnelle, il faudrait apporter des changements
structurels aux conditions de travail, en pre'voyant notamment des horaires
de travail et des calendriers de re'union souples.

13.  Les gouvernements et la communaute' internationale devraient veiller
a` ce que les femmes s'autonomisent sur le plan e'conomique et
be'ne'ficient d'une e'ducation et d'une formation, de manie`re a` pouvoir
participer au pouvoir et a` la prise de de'cisions.

14.  Les gouvernements devraient promouvoir des programmes e'ducatifs qui
puissent pre'parer les petites filles a` participer a` la prise de
de'cisions au sein de leur communaute', et ainsi renforcer leurs aptitudes
futures a` la prise de de'cisions, a` tous les stades de leur existence.

15.  Les gouvernements et les organes et organismes du syste`me des
Nations Unies devraient promouvoir l'acce`s des femmes, a` e'galite' avec
les hommes, aux postes de repre'sentants de gouvernement ou autres postes
de responsabilite', de rapporteurs spe'ciaux ou d'envoye's spe'ciaux
charge's de toutes sortes d'initiatives et d'activite's, y compris de
missions de me'diation pour le maintien et la consolidation de la paix.

16.  Les gouvernements et les organes et organismes du syste`me des
Nations Unies de me^me que les autres organisations internationales,
devraient encourager activement a` assurer une participation soutenue et
une repre'sentation e'quitable des femmes et des mouvements civiques dans
tous les domaines, notamment dans le processus de prise de de'cisions
relatives a` la pre'vention et au re`glement des conflits ainsi qu'a` la
re'insertion, en vue de cre'er des conditions propices a` la paix, a` la
re'conciliation et a` la restructuration dans leur communaute'.

17.  Les gouvernements devraient promouvoir activement la participation des
femmes a` la vie politique et leur acce`s au pouvoir en faisant en sorte
qu'elles jouent un plus grand ro^le dans la prise de de'cisions, tant du
point de vue quantitatif (et ce jusqu'a` un seuil critique donne') que du
point de vue qualitatif.  L'adoption de nouvelles approches et la
modification de certaines structures et pratiques institutionnelles
pourraient apporter une contribution non ne'gligeable a` de tels efforts.

18.  Les gouvernements, les partis politiques, les organes et organismes du
syste`me des Nations Unies de me^me que d'autres organisations
internationales et les organisations non gouvernementales devraient
continuer de recueillir et de diffuser des donne'es et des statistiques
ventile'es par sexe afin de surveiller la proportion de femmes dans les
structures de pouvoir a` tous les niveaux, ainsi que dans les partis
politiques, les syndicats et les organisations patronales, les associations
non gouvernementales et les organismes charge's d'assurer la paix et la
se'curite'.

19.  Le Secre'taire ge'ne'ral devrait veiller a` ce que le plan d'action
strate'gique pour l'ame'lioration de la condition de la femme au
Secre'tariat (1995-2000) soit mis en oeuvre d'urgence et dans sa totalite'
de sorte que d'ici a` l'an 2000, il puisse y avoir, dans l'ensemble,
parite' entre les sexes, notamment au niveau des administrateurs et des
fonctionnaires de rang supe'rieur.  Le Comite' consultatif pour les
questions administratives (questions relatives au personnel et questions
ge'ne'rales d'administration) (CCQA/PER) devrait continuer de contro^ler
les mesures prises au Secre'tariat de l'ONU afin d'atteindre l'objectif de
50 % de femmes aux postes de gestion et de direction en l'an 2000, ainsi
que les mesures visant a` instaurer un e'quilibre entre les sexes dans
l'ensemble du syste`me des Nations Unies.  Conforme'ment a` l'Article 101
de la Charte des Nations Unies, le Secre'taire ge'ne'ral est invite' a`
accroi^tre le nombre de femmes originaires de pays non repre'sente's ou
sous-repre'sente's, qui sont employe'es au Secre'tariat.  Il devrait
e'galement e^tre encourage' a` nommer une femme au nouveau poste de
Secre'taire ge'ne'ral adjoint de l'Organisation des Nations Unies que l'on
se propose de cre'er, dans le cadre des efforts visant a` inte'grer les
femmes aux postes de de'cision dans l'ensemble du syste`me des
Nations Unies.

20.  Les organismes internationaux et multilate'raux devraient envisager
des moyens qui leur permettraient de communiquer et d'e'changer des
informations, dans l'ensemble du syste`me des Nations Unies, en organisant
a` l'intention notamment des gestionnaires des ateliers et se'minaires sur
les meilleures pratiques et les enseignements recueillis s'agissant
d'e'tablir un e'quilibre entre les sexes dans les institutions (me'canismes
de responsabilisation et incitations) ainsi que sur la prise en compte des
sexospe'cificite's dans toutes les politiques et programmes, y compris en
matie`re d'assistance bilate'rale et multilate'rale.

21.  Les E'tats Membres sont e'galement encourage's a` inclure les femmes
dans les de'le'gations qu'ils envoient participer a` toutes les
confe'rences des Nations Unies et autres re'unions, notamment celles qui
ont trait a` la se'curite', a` la politique, a` l'e'conomie, au commerce,
aux droits de l'homme ainsi qu'aux questions juridiques, et a` faire en
sorte qu'elles soient repre'sente'es dans tous les organes de
l'Organisation des Nations Unies et d'autres organismes tels que les
institutions financie`res internationales ou` leur participation est
ne'gligeable.

22.  Il est demande' aux E'tats Membres de promouvoir la parite' entre les
sexes, a` tous les niveaux de leur service diplomatique, notamment au rang
d'ambassadeur.

23.  Les gouvernements, les organes et organismes du syste`me des
Nations Unies, de me^me que les autres organisations internationales et les
organisations non gouvernementales devraient encourager la pre'sence de
femmes appartenant a` des groupes sous-repre'sente's ou de'favorise's, aux
postes de de'cision ainsi que dans les diverses instances.

24.  L'attention du gouvernement est appele'e sur la recommandation
ge'ne'rale du Comite' pour l'e'limination de toutes les formes de
discrimination a` l'e'gard des femmes, qui a trait aux articles 7 et 8
relatifs a` la participation des femmes a` la vie publique et a` la prise
de de'cisions et qui doit e^tre incluse dans le rapport du Comite' sur les
travaux de sa dix-septie`me session.
   	

 


This document has been posted online by the United Nations Department of Economic and Social Affairs (DESA). Reproduction and dissemination of the document - in electronic and/or printed format - is encouraged, provided acknowledgement is made of the role of the United Nations in making it available.

Date last updated: 06 December 1999 by DESA/DAW
Copyright 1999 United Nations