Annexe I

                                   PARTICIPATION

                                      Membres

Alge'rie            Ramtane Lamamra, Sabria Boukadoum, Amina Mesdoua
Angola
Australie           Elaine McKay, Dianne Hariot, Stephen Lloyd, 
                    Shirley Lithgow, Kathy Wong, Jane Connors, Jo
                    Wainer
Autriche            Ernst Sucharipa, Aloisia W”rgetter, Brigitte
                    Brenner, Ingrid Siess, Irene Freudenschuss- Reichl

Bahamas             Harcourt L. Turnquest, Sharon Brennen-Haylock,
                    Cora Bain-Colebrooke, Allison Christie
Be'larus            Nataliya Drozd, Igar Gubarevich
Belgique            Alex Reyn, Dirk Wouters, Lily Boeykens, Nathalie
                    Cassiers
Bre'sil             Marcela M. Nicodemos
Bulgarie            Ludmila Bojkova, Valentin Hadjiyski
Chili
Chine               Wang Shuxian, Wang Xuexian, Zhang Fengkun, Zou Xiaoqiao,
                    Liu Zhixian, Du Yong, Shi Weiqiang, Xie Bohua, Li Sangu,
                    Huang Shu
Chypre              Erato Kozakou-Marcoulli
Colombie
Congo               Marie-The're`se Avemeka, Daniel Abibi, Corneille E. Moka,
                    Marguerite Tchimbakala, Gise`le Bouanga Kalou
Costa Rica          Fernando Berroal Soto, Emilia Castro de Barish,
                    Liliana Hern ndez Valverde, Ana Isabel Garc¡a
Cuba                Yolanda Ferrer G¢mez, Magalys Arocha Dominguez, Ritz
                    M. Pereira Ram¡rez, Rodolfo Reyes Rodr¡guez,
                    Margarita Valle Camino
E'quateur           Monica Martinez
E'tats-Unis 
d'Ame'rique         Linda Tarr-Whelan, Melinda L. Kimble, Victor 
                    Marrero, Maria Antonietta Berriozabal,
                    Mary Purcell, Ann Bookman, Iris Burnett, Kathleen
                    Hendrix, Gracia Hillman, Sharon Kotok, Theresa
                    Loar, Nigel Purvis, Lucy Tamlyn, Bisa Williams-Manigault
Fe'de'ration de
Russie              L. F. Byezlepkina, A. V. Aparina, G. N. Galkina,
                    B. G. Stepanov, O. Y. Sepelev, U. V. Chriskov,
                    M. O. Korunova
France              Claire Aubin, Caroline Mechin, Danie`le Refuveille,
                    Sylvie Crouzier, Laurent Contini, Fre'de'ric
                    Desagneaux
Gre`ce              Anna Frangoudaki
Guine'e             Camara Hadja Mahawa Bangoura, Coumbassa Hadj
                    Hawaou Diallo, Mafoula Sylla, Fatoumata
                    Diaraye Diaby, Aissatou Pore'ko Diallo, Balla
                    Moussa Camara
Guine'e-Bissau
Inde                Prakash Shah, Sarala Gopalan, Mitra Vasisht,
                    A. K. Sinha, G. Mukhopadhaya, S. Rama Rao
Indone'sie          Rini Soerojo, Isslamet Poernomo, Sri Tadjudin,
                    Mubyarto Martodinoto, Sutjiptohardjo
                    Donokusumo, Wiwiek Setyawati, R. A.
                    Esti Andayani, Riyadi Asirdin
Iran, Re'publique 
islamique d'        Mehdi Danesh Yazdi, Gholam Hossein Dehghani,
                    Farideh Hassani, Afsaneh Nadipour
Jamahiriya arabe
libyenne            Asmahan Salem Eddib, Jamaleddin A. Hamida
Japon               Makiko Sakai, Fumiko Saiga, Ahniwa Natori,
                    Eiko Nakamura, Fumiko Suzuki, Junko Uchino,
                    Mitsuko Ito, Jiro Usui, Kayo Fujita, Michiko
                    Iino, Kiyoko Kani, Mika Ichihara
Kenya
Liban               Samir Moubarak, Fadi Karam
Malaisie
Mali
Mexique             A¡da Gonz lez Mart¡nez, Yanerit Morgan,
                    Socorro Flores Liera
Namibie             Netumbo Nandi-Ndaitwah, Maria Kjapere,
                    Silba Tjipueja, Hazel de Wet, Frances Matros
Norve`ge            Karin Stoltenberg, Sissel Salomon, Marianne Loe,
                    Sten Arne Rosnes, Anne Havnor, Guro Camerer, Else
                    Annette Grannes, Turid Leirvoll
Philippines         Patricia B. Licuanan, Maria Lourdes V. Ramiro-Lopez,
                    Ruth S. Limjuco, Imelda Nicolas, Myrna Feliciano,
                    Aurora Javate De Dios, Glen Corpin, Eleonor Conda
Portugal
Re'publique de
Core'e              Kim Jang-Sook, Hahm Myung Chul, Hwang In-Ja, Lee
                    Kwang Jae, Park Bok Soon, Park Enna, Oh 
                    Huun-Joo, Lee Jeong-Shim, Kim Yung-Chung, Kang
                    Sun-Hye
Re'publique
dominicaine
Slovaquie           Zuzana Jezerska
Soudan
Swaziland           Moses M. Dlamini, Joel M. Nhleko, Audrey L. Nhlabatsi,
                    Nonhlanhla P. Tsabedze, Melusie M. Masuku
Tha‹lande           Asda Jayanama, Saisuree Chutikul, Thakur Phanit,
                    Sriwatana Chulajata, Karn Chiranond, Vanida
                    Suwankiri, Sweeya Santipitaks
Togo                Kissem Tchanghai-Walla, Katoa Nignigaba Takouda
Tunisie             Slaheddine Abdellah, Rafika Khouini, Saida
                    Agrebi, Wahid Ben Amor



                 E'tats Membres de l'Organisation des Nations Unies
                         repre'sente's par des observateurs

     Afrique du Sud, Albanie, Allemagne, Antigua-et-Barbuda, Azerba‹djan,
Bahre‹n, Botswana, Burkina Faso, Canada, Co^te d'Ivoire, Danemark, E'gypte,
Espagne, E'thiopie, Fidji, Finlande, Ghana, Guatemala, Honduras, Hongrie,
Irlande, Islande, Isra‰l, Italie, Kazakstan, Lesotho, Libe'ria, Lituanie,
Maroc, Nicaragua, Nige'ria, Nouvelle-Ze'lande, Ouganda, Pakistan, Pays-Bas,
Pe'rou, Pologne, Re'publique arabe syrienne, Re'publique dominicaine, 
Re'publique tche`que, Re'publique-Unie de Tanzanie, Roumanie, Royaume-Uni 
de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord, Sue`de, Trinite'-et-Tobago, 
Turquie, Ukraine, Uruguay, Zambie, Zimbabwe

                E'tats non membres repre'sente's par des observateurs

     Saint-Sie`ge, Suisse

               Organisation des Nations Unies (organes subsidiaires)

     Fonds des Nations Unies pour l'enfance, Fonds de de'veloppement des
Nations Unies pour la femme, Programme des Nations Unies pour le
de'veloppement, Commission e'conomique et sociale pour l'Asie et le 
Pacifique, Commission e'conomique pour l'Afrique, Commission e'conomique 
pour l'Europe, Haut Commissariat des Nations Unies pour les re'fugie's, 
Institut international de recherche et de formation pour la promotion 
de la femme, Centre pour les droits de l'homme

              Institutions spe'cialise'es et organisations apparente'es

     Organisation internationale du Travail, Organisation des Nations Unies
pour l'alimentation et l'agriculture, Organisation des Nations Unies pour
l'e'ducation, la science et la culture, Organisation mondiale de la sante',
Fonds mone'taire international, Organisation des Nations Unies pour le
de'veloppement industriel

                 Organisations intergouvernementales repre'sente'es
                               par des observateurs

     Secre'tariat du Commonwealth, Communaute' europe'enne, Organisation de
l'unite' africaine, Organisation des E'tats ame'ricains

                 Autre organisation repre'sente'e par un observateur

     Palestine

                        Organisations non gouvernementales

     Cate'gorie I : American Association of Retired Persons, Association pour
la communication progressive, Confe'de'ration internationale des syndicats
libres, Conseil international des femmes, Fe'de'ration mondiale des 
associations pour les Nations Unies, National Council of Negro Women, Inc.,
Soroptimist International, Union interparlementaire, Zonta International

     Cate'gorie II : Association des femmes du Pacifique et de l'Asie du
Sud-Est, Communaute' internationale Baha'ie, Conseil consultatif anglican,
Conseil national des femmes allemandes - Union fe'de'rale des associations de
femmes allemandes et des groupes fe'minins des diverses associations, Education
International, Fe'de'ration des femmes de Chine, Fe'de'ration internationale des
centres sociaux et communautaires, Fe'de'ration internationale des femmes
diplo^me'es des universite's, Ligue internationale des femmes pour la paix et la
liberte', World Information Transfer

     Liste : Confe'rence internationale des femmes anthropologues, Inc.,
Women's Environment and Development Organization

     Autres organisations non gouvernementales : AGORA, Agrupaci¢n de Mujeres
Tierra Viva, Ain O Salish Kendra, Alliance des femmes ha‹tiennes, Alliance for
Life, American Jewish Association, American Jewish Committee, Armenian Relief
Society, Inc., Arthur and Elizabeth Schlesinger Library on the History of
Women in America (Radcliffe College), Asociaci¢n Espa¤ola de Mujeres Juristas
(AEMJ), Associac'ao Nacional das Empresarias, Association chinoise de femmes
chefs d'entreprise, Association core'enne des femmes the'ologiennes, Association
de lutte contre les violences faites aux femmes, Association of Interbalkan
Women's Cooperation Societies, Association of Women of Kyrgyzstan for 
Nuclear World and Ecological Security, Association of Women's Organizations 
of Jamaica, Association SEVE : savoir et vouloir entreprendre, Associazione
Delle Donne Democratiche-Iraniane Residente in Italia, Bangladesh Nari Progati
Sangha, Banulacht, British Association of Women Entrepreneurs (BAWE), Business
and Professional Women's Club, Caribbean People Development Agency (CARIPEDA),
Center for Women's Global Leadership, Center for Women, the Earth, the Divine
(CWED), Centre d'e'tudes et de recherche sur la population et le de'veloppement,
Centre d'e'tudes internationales/University College of Cape Breton, Centre des
femmes arabes pour la recherche sur l'e'ducation (CAWTAR), Centre
Franc'ois-Xavier Bagnoud pour la sante' et les droits de l'homme, Centre pour 
la promotion de la femme, Centro de Investigaci¢n para la Acci¢n Feminina,
Centro de Investigaci¢n Social, Formaci¢n y Estudios de la Mujer (CISFEM),
Comite' central des mouvements pour les droits des femmes de Gothenberg
(Sue`de), Centre chinois d'information et de recherche de'mographiques, 
Centro de la Mujer Peruana Flora Tristan, Centro di Cooperazione Familiare,
Children and Mothers Welfare Society, Chinese Education Association for
International Exchange, CLADEM-Peru, Coalition of Australian Participating
Organizations of Women (CAPOW), Coalition on Women and
Religion (CWR)/Church Council of Greater Seattle, Collectif 95 Maghreb
E'galite', Comite' national d'action pour les droits de l'enfant et de 
la femme, Committee on Family, Confederac'ao das Mulheres do Brasil
(Confe'de'ration des femmes bre'siliennes), Confe'de'ration franc'aise de
l'Association des familles catholiques, Congre'gations de Saint-Joseph,
Congregazione di Nostra Signora di Carita del Buon Pastore, Congress 
of Black Women of Canada, Conseil des syndicats nordiques, Coordination
franc'aise pour le Lobby europe'en des femmes (CLEF), Fondation 3HO, 
Fondation Al-Khoei, Fondation Camino, Socie'te' chinoise pour l'e'tude 
des droits de l'homme, Women and Demographic Policy to the
President of the Republic of Sakha (YAKUTIA), Departamiento de la Mujer de la
Asociaci¢n Trabajadores del Estado, Dialogue on Diversity, Inc., Ecological
Rights Association (ERA), Educaci¢n, Cultura y Ecolog¡a A.C.,
Emakunde/Instituto Vasco de la Mujer, Environmental Women's Assembly, 
Union europe'enne fe'minine (Section britannique), Family Care 
International, Inc., Federaci¢n Espa¤ola de Asociaciones Pro Vida, 
Federaci¢n Nacional de Asociaciones de Mujeres para la Democracia, 
Federally Employed Women, Inc., Femme-De'veloppement-Entreprise en
Afrique, Femme et monde rural, Fondation Ford, Franciscans International,
Fondation Friendship Ambassadors, Fundacion 8 de Marzo, Fundaci¢n de Mujeres
Profesionales, Fundaci¢n Grupo de Estudios sobre la Condici¢n de la Mujer en
el Uruguay, Girls Incorporated, Global Alliance for Women's Health, Grail/The
(International Presidency Team), Groupe de recherche, d'e'tudes et de formation
femmes action (GREFFA), Groupement des femmes d'affaires de Guine'e, Harvard
Institute for International Development/MIT Women in Development Group,
Humanitarian Law Project, Indian Women's Group of Trinidad and Tobago,
Institut africain pour la de'mocratie, Institute for the Study of 
Women/Mount Saint Vincent University, Institute for Urban Research/Morgan
State University, Institute of Sisters of Mercy of the Americas, Instituto
Ecuatoriano de Investigaciones y Capacitaci¢n de la Mujer (IECAIM),
Inter-American Parliamentary Group on Population and Development,
International Center for Research on Women, International Coalition 
on Women and Credit, International Gay and Lesbian Human Rights 
Commission, International Reproductive Rights Research Action Group,
International Women Count Network, Comite' d'action internationale pour 
la promotion de la femme, Islamic Women Institute of Iran (IWII), 
Fe'de'ration japonaise des avocats (JFBA), Karamah:  Muslim Women
Lawyers Committee for Human Rights, Inc., Korean American Coalition on
Jungshindae, Inc., Institut core'en pour les femmes et la politique 
(KIWP), Leadership Conference for U.S. Dominican Religious, 
Maryknoll Sisters of St. Dominic, Inc.,
Medical Association in Jamaica, Mira Med Institute, Mobility International
USA, Moral Rearmament, Inc., NAACP Legal Defense and Educational Fund,
Naripokkho, National Action Committee on the Status of Women, 
National Association of Negro Business and Professional Women's Clubs, 
Inc., National Committee of Women for Democratic Iran, National Council 
for Research on Women, Conseil national des femmes africaines, 
Conseil national des femmes du Canada (NCWC), National Council of Women 
of the United States, Inc., Fe'de'ration nationale sue'doise des 
organisations internationales pour les immigrantes, National Institute of
Womanhood/The (NIW), National Spiritual Assembly of the Baha'i in the United
States, Fe'de'ration ne'o-ze'landaise des femmes diplo^me'es des universite's,
NGO
Commonwealth Women Network, Ligue des femmes d'affaires de Nijni-Novgorod,
North America Taiwanese Women's Association, Office of Women in Higher
Education/American Council on Education, Organization of Turkish Children's
Rights Summit, Comite' d'organisation de la De'cennie populaire pour l'e'ducation
en matie`re de droits de l'homme, Institut du Pacifique pour le de'veloppement
et l'e'ducation (PRIDE), Philadelphia Yearly Meeting of the Religious Society
of Friends, Programme Support Unit Foundation, Red Nacional de Promoci¢n de la
Mujer - Per£, Republican Council of Women's Organizations, Research Action
Information Network for Bodily Integrity of Women, Re'seau des femmes
africaines pour le de'veloppement et la communication (FEMNET), Re'seau 
femmes africaines et droits humains (REFAD), Ribbon International,
SACH-Struggle for Change, Sahaja Yoga International, Scottish 
Education and Action Development, Sewa-Nepal, Shanghai Women's Studies
Association, Communaute' sociode'mocrate des femmes slovaques, Socie'te' des
femmes roumaines pour la coope'ration dans les Balkans (SICRW), Sociologists
for Women in Society, Soroptimist International - Bangladesh, Temple
University (Commonwealth), Association des me`res tunisiennes, Ugnayas 
Ng Kababaihan Sa Politika (Philippines), Union nationale pour le soutien 
et la promotion de la femme au foyer "Femmes actives au foyer",
Association des femmes des Nations Unies, US-China People's Friendship
Association (USCPFA), Voice of Women for Peace (Canada), WIN Visible - Women
with Visible and Invisible Disabilities, Women Convention Watch Indonesia/The,
Women Empowering Women of Indian Nations, Women in International Security
(WIIS), Women of Reform Judaism, Federation of Temple Sisterhoods/The, Women's
Alliance for Democracy, Women's Caucus - International Aids Society (NYS State
Psychiatric Institute/HIV Center for Clinic and Behaviour Study), Women's
Council of the University of Missouri-Kansas City (UMKC), Women's Health in
Women's Hands:  a Community Health Centre for Women, Women's Network of the
International Health Futures Network, Women's Society (Zhinocha Hromada),
Working Women National Committee of the Puerto Rican Labor Central, World
Association of Community Radio Broadcasters (AMARG), World Organization for
the Family, YWCA of Australia (section australienne de l'Alliance mondiale des
unions chre'tiennes fe'minines), Zigen Fund, Zonta Club Bratislava-Slovaquie
(re'seau national de Zonta International)



                                     Annexe II

                LISTE DES DOCUMENTS DONT LA COMMISSION E'TAIT SAISIE
                             a` SA QUARANTIe`ME SESSION

Cote              Point de
                 l'ordre du
                     jour                     Titre ou description

E/CN.6/1996/1          2      Ordre du jour provisoire

E/CN.6/1996/2          3 a)   Mandat, me'thodes de travail et programme de
                              travail pluriannuel de la Commission :
                              rapport du Secre'taire ge'ne'ral

E/CN.6/1996/3          3      Moyens de renforcer la capacite' de
                              l'Organisation et du syste`me des
                              Nations Unies pour ce qui est d'appuyer le
                              suivi permanent de la Confe'rence : rapport
                              du Secre'taire ge'ne'ral

E/CN.6/1996/4          3      E'limination des ste're'otypes dans les
                              me'dias : rapport du Secre'taire ge'ne'ral

E/CN.6/1996/5          3      Les soins aux enfants et personnes a`
                              charge, y compris le partage des
                              responsabilite's entre hommes et femmes :
                              rapport du Secre'taire ge'ne'ral

E/CN.6/1996/6          3      E'ducation pour la paix : rapport du
                              Secre'taire ge'ne'ral

E/CN.6/1996/7          3 b)   Ame'lioration de la situation des femmes au
                              Secre'tariat : rapport du Secre'taire ge'ne'ral

E/CN.6/1996/8          3      La situation des femmes palestiniennes et
                              l'assistance : rapport du Secre'taire
                              ge'ne'ral

E/CN.6/1996/9          3      Mesure dans laquelle les organes s'occupant
                              des droits fondamentaux traitent la
                              question des violations des droits des
                              femmes : rapport du Secre'taire ge'ne'ral

E/CN.6/1996/10 et
Corr.1 et Add.1 et 2   3      E'laboration d'un projet de protocole
                              facultatif se rapportant a` la Convention
                              sur l'e'limination de toutes les formes de
                              discrimination a` l'e'gard des femmes :
                              rapport du Secre'taire ge'ne'ral

E/CN.6/1996/11         3      Application de la re'solution 50/166 sur le
                              ro^le du Fonds de de'veloppement des
                              Nations Unies pour la femme dans
                              l'e'limination de la violence a` l'e'gard des
                              femmes : note du Secre'taire ge'ne'ral

E/CN.6/1996/12         3      La violence a` l'e'gard des travailleuses
                              migrantes : note du Secre'taire ge'ne'ral

E/CN.6/1996/13         3 b)   Plan de travail conjoint de la Division de
                              la promotion de la femme et du Centre pour
                              les droits de l'homme : rapport du
                              Secre'taire ge'ne'ral

E/CN.6/1996/14         3      Propositions pour le projet de plan a` moyen
                              terme 1998-2001 : note du Secre'taire
                              ge'ne'ral

E/CN.6/1996/L.1        3      Argentine, Azerba‹djan, Bangladesh, Bosnie-
                              Herze'govine, Cambodge, E'gypte, E'mirats
                              arabes unis, E'quateur, Ge'orgie,
                              Kirghizistan, Kowe‹t, Malaisie, Mozambique,
                              Ouzbe'kistan, Pakistan, Togo, Tunisie,
                              Turkme'nistan, Turquie et Zimbabwe : projet
                              de re'solution

E/CN.6/1996/L.2 et
Add.1                  7      Projet de rapport de la Commission sur les
                              travaux de sa quarantie`me session

E/CN.6/1996/L.3        3      E'tats-Unis d'Ame'rique : projet de
                              re'solution

E/CN.6/1996/L.4        3      Australie, Canada et Norve`ge : projet de
                              re'solution

E/CN.6/1996/L.5        3      Fidji, Ghana, Nige'ria, Philippines et
                              Tha‹lande : projet de re'solution

E/CN.6/1996/L.6        3      Costa Rica (au nom des E'tats Membres de
                              l'Organisation des Nations Unies qui sont
                              membres du Groupe des 77 et de la Chine) :
                              projet de re'solution

E/CN.6/1996/L.7        3      Fidji, Ghana et Philippines : projet de
                              re'solution

E/CN.6/1996/L.8/Rev.1  3      Costa Rica (au nom des E'tats Membres de
                              l'Organisation des Nations Unies qui sont
                              membres du Groupe des 77 et de la Chine) :
                              projet de re'solution

E/CN.6/1996/L.9        3      Costa Rica (au nom des E'tats Membres de
                              l'Organisation des Nations Unies qui sont
                              membres du Groupe des 77 et de la Chine) :
                              projet de re'solution

E/CN.6/1996/L.10       3      Costa Rica (au nom des E'tats Membres de
                              l'Organisation des Nations Unies qui sont
                              membres du Groupe des 77 et de la Chine) :
                              projet de re'solution

E/CN.6/1996/L.11       5      Projet de re'solution pre'sente' par la
                              Pre'sidente du Groupe de travail a`
                              composition non limite'e charge' d'e'laborer,
                              sur la base de consultations officieuses,
                              un projet de protocole facultatif a` la
                              Convention sur l'e'limination de toutes les
                              formes de discrimination a` l'e'gard des
                              femmes

E/CN.6/1996/L.12       3      Conclusions concernant les me'thodes de
                              travail aux fins de la mise en oeuvre du
                              Programme d'action adopte' par la quatrie`me
                              Confe'rence mondiale sur les femmes,
                              pre'sente'es par la coordonnatrice des
                              consultations officieuses tenues sur le
                              point 3 de l'ordre du jour, Patricia
                              Licuanan (Philippines)

E/CN.6/1996/L.13       3      Projet de re'solution pre'sente' par la
                              coordonnatrice des consultations
                              officieuses tenues sur le point 3 de
                              l'ordre du jour, Patricia Licuanan
                              (Philippines)

E/CN.6/1996/L.14      3 c) i) Projet de re'solution pre'sente' par la
                              Pre'sidente a` l'issue de consultations
                              officieuses

E/CN.6/1996/L.15      3       Italie (au nom des E'tats Membres de
                              l'Organisation des Nations Unies qui sont
                              membres de l'Union europe'enne) : projet de
                              re'solution

E/CN.6/1996/L.16     3 c) ii) Projet de conclusions concerte'es pre'sente'
                              par la Vice-Pre'sidente de la Commission,
                              Ljudmila Boskova (Bulgarie)

E/CN.6/1996/L.17     3        Conclusions concerte'es pre'sente's par la
                              Pre'sidente a` l'issue de consultations
                              officieuses

E/CN.6/1996/NGO/1    3        De'claration pre'sente'e par les organisations
                              non gouvernementales suivantes, dote'es du
                              statut consultatif aupre`s du Conseil
                              e'conomique et social : Fe'de'ration
                              internationale des femmes de carrie`res
                              libe'rales et commerciales, Soroptimist
                              International, Zonta International
                              (cate'gorie I); Conseil international sur
                              les proble`mes de l'alcoolisme et des
                              toxicomanies (CIPAT), Centre italien de
                              solidarite', Internationale socialiste des
                              femmes, Association mondiale des guides et
                              des e'claireuses (cate'gorie II);
                              International Inner Wheel, Table ronde
                              internationale pour le de'veloppement de
                              l'orientation (Liste)

E/CN.6/1996/NGO/2    3        De'claration pre'sente'e par les organisations
                              non gouvernementales suivantes, dote'es du
                              statut consultatif aupre`s du Conseil
                              e'conomique et social : Fe'de'ration
                              internationale des femmes de carrie`res
                              libe'rales et commerciales, Soroptimist
                              International, Zonta International
                              (cate'gorie I); Conseil international sur
                              les proble`mes de l'alcoolisme et des
                              toxicomanies (CIPAT), Centre italien de
                              solidarite', Internationale socialiste des
                              femmes, Association mondiale des guides et
                              des e'claireuses (cate'gorie II);
                              International Inner Wheel, Table ronde
                              internationale pour le de'veloppement de
                              l'orientation (Liste)

E/CN.6/1996/NGO/3    3        De'claration pre'sente'e par les organisations
                              non gouvernementales suivantes, dote'es du
                              statut consultatif aupre`s du Conseil
                              e'conomique et social : Conseil
                              international des femmes, Fe'de'ration
                              internationale des femmes de carrie`res
                              libe'rales et commerciales, Soroptimist
                              International, Zonta International
                              (cate'gorie I); Centre italien de
                              solidarite', Internationale socialiste des
                              femmes, Association mondiale des guides et
                              des e'claireuses (cate'gorie II);
                              International Inner Wheel, Table ronde
                              internationale pour le de'veloppement de
                              l'orientation (Liste)

E/CN.6/1996/NGO/4    3        De'claration pre'sente'e par les organisations
                              non gouvernementales suivantes, dote'es du
                              statut consultatif aupre`s du Conseil
                              e'conomique et social : Fe'de'ration
                              internationale des femmes de carrie`res
                              libe'rales et commerciales, Zonta
                              International (cate'gorie I); Conseil
                              international sur les proble`mes de
                              l'alcoolisme et des toxicomanies (CIPAT),
                              Internationale socialiste des femmes,
                              Association mondiale des guides et des
                              e'claireuses (cate'gorie II); International
                              Inner Wheel, Table ronde internationale
                              pour le de'veloppement de l'orientation
                              (Liste)

E/CN.6/1996/NGO/5    3        De'claration pre'sente'e par les organisations
                              non gouvernementales suivantes, dote'es du
                              statut consultatif aupre`s du Conseil
                              e'conomique et social : Alliance
                              internationale des femmes - droits e'gaux,
                              responsabilite's e'gales, Fe'de'ration
                              internationale des femmes de carrie`res
                              libe'rales et commerciales, Soroptimist
                              International, Zonta International
                              (cate'gorie I); Confe'rence de toutes les
                              femmes de l'Inde, Union des avocats arabes,
                              Fe'de'ration mondiale des femmes me'thodistes,
                              Fe'de'ration mondiale pour la sante' mentale
                              (cate'gorie II)

E/CN.6/1996/NGO/6    5        De'claration pre'sente'e par la Commission de
                              de'fense des droits de l'homme en Ame'rique
                              centrale, organisation non gouvernementale
                              dote'e du statut consultatif aupre`s du
                              Conseil e'conomique et social (cate'gorie II)

E/CN.6/1996/CRP.1    3 b)     Re'sultats de la quinzie`me session du Comite'
                              pour l'e'limination de la discrimination a`
                              l'e'gard des femmes : note du Secre'taire
                              ge'ne'ral

E/CN.6/1996/CRP.2    3 b)     Projet de plan a` moyen terme a` l'e'chelle du
                              syste`me en ce qui concerne la promotion de
                              la femme pour la pe'riode 1996-2001 :
                              rapport du Secre'taire ge'ne'ral

E/CN.6/1996/CRP.3    3 c)     Suivi de la quatrie`me Confe'rence mondiale
                              sur les femmes : Re'alisation des objectifs
                              strate'giques et mesures a` prendre dans les
                              domaines critiques : la pauvrete' : rapport
                              du Secre'taire ge'ne'ral

E/CN.6/1996/CRP.4    4        Rapport du Groupe de travail charge'
                              d'e'tudier les communications relatives a` la
                              condition de la femme

E/CN.6/1996/WG/L.1
et Add.1             5        Projet de rapport du Groupe de travail a`
                              composition non limite'e charge' d'e'laborer
                              un projet de protocole facultatif a` la
                              Convention sur l'e'limination de toutes les
                              formes de discrimination a` l'e'gard des
                              femmes



                                    Annexe III

           RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL a` COMPOSITION NON LIMITE'E CHARGE'
           D'E'LABORER UN PROJET DE PROTOCOLE FACULTATIF a` LA CONVENTION 
           SUR L'E'LIMINATION DE TOUTES LES FORMES DE DISCRIMINATION a`   
                                L'E'GARD DES FEMMES

1.   Le Groupe de travail a` composition non limite'e sur l'e'laboration d'un
projet de protocole facultatif a` la Convention sur l'e'limination de toutes les
formes de discrimination a` l'e'gard des femmes s'est re'uni conforme'ment a` la
re'solution 1995/29 du Conseil e'conomique et social, en date du 24 juillet
1995, afin d'examiner un rapport complet du Secre'taire ge'ne'ral, y compris une
synthe`se, sur les vues exprime'es par les gouvernements et les organisations
intergouvernementales et non gouvernementales concernant un protocole
facultatif a` la Convention, y compris sa faisabilite', compte tenu des
e'le'ments propose's par le Comite' pour l'e'limination de la discrimination 
a` l'e'gard des femmes dans la suggestion 7, adopte'e a` sa quatorzie`me 
session a/.

2.   a` la 4e se'ance ple'nie`re, le 12 mars, la Vice-Pre'sidente de la
Commission, Mme Karin Stoltenberg (Norve`ge), a e'te' nomme'e pre'sidente du
Groupe de travail. M. Phakiso Mochochoko (Lesotho) a pre'side' la 6e se'ance du
Groupe de travail, le 14 mars.  a` la 7e se'ance ple'nie`re, le 14 mars, Mme
Aloisia W”rgetter (Autriche) a e'te' nomme'e pre'sidente du Groupe de travail,
en remplacement  de Mme Stoltenberg (Norve`ge), qui a de'missionne' en raison de
circonstances impre'vues.

3.   Le Groupe de travail s'est re'uni du 11 au 22 mars 1996.  Il a tenu
10 se'ances (1re a` 10e) et deux re'unions officieuses.  Il e'tait saisi d'un
rapport du Secre'taire ge'ne'ral sur l'e'laboration d'un projet de protocole
facultatif a` la Convention sur l'e'limination de toutes les formes de
discrimination a` l'e'gard des femmes (E/CN.6/1996/10 et Corr.1 et Add.1 et 2).

4.   a` la 1re se'ance, le 11 mars, la Pre'sidente par inte'rim a ouvert la
se'ance et fait une de'claration.  Le Directeur de la Division de la promotion
de la femme a fait une de'claration liminaire.

5.   a` la me^me se'ance, afin d'aider le Groupe de travail dans ses
de'libe'rations, un membre du Comite' des droits de l'homme a informe' 
ce dernier des dispositions et proce'dures applique'es par le Comite' dans 
le cadre du premier Protocole facultatif se rapportant au Pacte 
international relatif aux droits civils et politiques, et rendu 
compte de l'expe'rience qu'il a acquise dans ce domaine.  Il a 
e'galement re'pondu aux questions des de'le'gations.

6.   Aux 2e, 5e, 7e et 9e se'ances, les 12, 13, 14 et 18 mars, la Pre'sidente du
Comite' pour l'e'limination de la discrimination a` l'e'gard des femmes a fait
une de'claration et re'pondu aux questions pose'es par diverses de'le'gations
concernant certains e'le'ments propose's par le Comite' touchant la suggestion
7, de me^me que les me'thodes de travail applique'es par le Comite' pour l'examen
des rapports des E'tats parties.

7.   Aux 5e et 7e a` 9e se'ance, le 13, 14 et 18 mars, le repre'sentant du Centre
pour les droits de l'homme a re'pondu aux questions pose'es par certaines
de'le'gations concernant la pratique et les proce'dures des autres me'canismes
de protection des droits de l'homme des Nations Unies.

     *    Documents officiels de l'Assemble'e ge'ne'rale, cinquantie`me session,
Supple'ment No 38 (A/50/38), chap. I, sect. B.

8.   a` la 10e se'ance, le 19 mars, sur l'invitation du Groupe de travail, deux
membres du Comite' des droits de l'homme ont fait des de'clarations et re'pondu
a` des questions pose'es par les de'le'gations au sujet de la protection en
justice des droits e'nonce's dans la Convention.

9.   Le Groupe de travail, sur l'invitation de la Pre'sidente, a tenu un de'bat
ge'ne'ral sur la question d'un protocole facultatif se rapportant a` la
Convention sur l'e'limination de toutes les formes de discrimination a` l'e'gard
des femmes, suivi d'un e'change de vues approfondi sur les aspects qu'il
faudrait aborder dans ce cadre, utilisant comme base de discussion les
e'le'ments propose's par le Comite' pour l'e'limination de la discrimination a`
l'e'gard des femmes dans la suggestion 7.

                                 A.  De'bat ge'ne'ral

10.  Un soutien s'est de'gage' en faveur d'un protocole facultatif a` la
Convention et du processus lance' en vue de son e'laboration.  Les de'le'gations
ont de'clare' qu'elles e'taient pre^tes a` coope'rer et a` participer activement
aux travaux du Groupe de travail, afin de mettre au point un instrument efficace
qui recueillerait le plus large soutien possible et ferait l'objet d'un grand
nombre de ratifications.

11.  Toutefois, les de'le'gations ont mentionne' plusieurs obstacles et
difficulte's dont il fallait tenir compte lors de l'e'laboration d'un protocole
et souleve' des questions qui devaient e^tre e'claircies et soigneusement
examine'es au cours du processus.

12.  D'aucuns ont fait valoir qu'un protocole facultatif renforcerait
l'efficacite' de la Convention et permettrait de mieux prote'ger et de
promouvoir les droits fondamentaux des femmes.  Une telle proce'dure
renforcerait la Convention et la mettrait sur le me^me plan que les autres
instruments relatifs aux droits de l'homme.  D'apre`s une de'le'gation, on
risquerait, par l'introduction d'une proce'dure de pre'sentation de
communications, d'accorder une attention excessive a` des cas individuels,
alors qu'il faudrait examiner les situations o— des violations massives 
sont commises.

13.  Plusieurs de'le'gations ont fait observer que l'e'laboration d'un protocole
facultatif e'tait un e'le'ment clef du suivi de la Confe'rence mondiale sur les
droits de l'homme et de la quatrie`me Confe'rence mondiale sur les femmes.  Elle
offrait une occasion sans pre'ce'dent de combler les lacunes des me'canismes
existants en matie`re de proce'dure.  Il serait souhaitable, a` cette occasion,
d'examiner les raisons du faible nombre de ratifications des autres me'canismes
de recours, afin de les e'viter dans le protocole.

14.  De nombreuses de'le'gations ont souligne' que la question des rapports entre
le protocole facultatif propose' et les me'canismes pre'voyant une proce'dure de
pre'sentation de communications devait faire l'objet d'un examen approfondi. 
a` ce sujet, il fallait e'viter les chevauchements et doubles emplois et
rationaliser les me'canismes de protection des droits de l'homme.  Les efforts
de'ploye's afin d'inte'grer les droits des femmes et l'e'galite' entre les sexes
dans le re'gime ge'ne'ral relatif aux droits humains ont e'te' mentionne's.
D'aucuns ont souligne' que, si la question des chevauchements et des doubles
emplois posait un proble`me, elle ne devait pas faire obstacle a` l'e'laboration
d'une telle proce'dure.  La question des chevauchements avait e'galement e'te'
souleve'e, en particulier lors de l'e'laboration de la Convention sur
l'e'limination de toutes les formes de discrimination a` l'e'gard des femmes et 
e sa proce'dure d'e'tablissement de rapports, toutes deux e'tant maintenant
largement accepte'es.

15.  Certaines de'le'gations ont souligne' le ro^le comple'mentaire qu'un
protocole bien conc'u pourrait jouer dans le syste`me de protection des droits
de l'homme, compte tenu notamment du champ e'largi des dispositions de la
Convention.  La porte'e des autres proce'dures et le fait que les droits des
femmes n'en e'taient pas l'e'le'ment central ont e'te' mentionne's.  Les
e'le'ments propose's par le Comite' pour l'e'limination de la discrimination a`
l'e'gard des femmes et ceux figurant dans le projet de Maastricht seraient utiles
dans les travaux futurs.

16.  Il a e'te' fait re'fe'rence aux proce'dures pre'vues dans le cadre de divers
me'canismes de protection des droits de l'homme cre'e's en vertu d'instruments
internationaux ou se fondant sur la Charte.  D'aucuns ont fait observer que la
nature diffe'rente de la proce'dure de pre'sentation de communications pre'vue
par la Commission de la condition de la femme ne ferait pas double emploi avec
un protocole facultatif.  Certaines de'le'gations ont estime' qu'un protocole
facultatif ne devrait pas e'tablir une approche tre`s diffe'rente de celle
figurant dans le premier Protocole facultatif se rapportant au Pacte
international relatif aux droits civils et politiques.  Toutefois, une
comparaison plus approfondie avec les mandats des me'canismes existants et la
jurisprudence qu'ils ont e'tablie aiderait a` identifier les domaines exigeant
de nouveaux efforts a` l'appui de la re'alisation des droits des femmes.

17.  De nombreuses de'le'gations ont souleve' la question de la de'fense en
justice des droits e'nonce's dans la Convention sur l'e'limination de toutes les
formes de discrimination a` l'e'gard des femmes dans le cadre d'un protocole
facultatif sur le droit de recours.  Plusieurs de'le'gations ont souligne' la
nature varie'e des obligations des E'tats parties aux termes des diverses
dispositions de la Convention et les incidences pour leur protection en
justice.  D'aucunes ont estime' que certaines dispositions pouvaient clairement
faire l'objet d'une proce'dure de recours, tandis que d'autres portaient
davantage sur l'adoption de mesures et devraient donc sans doute faire l'objet
d'une proce'dure diffe'rente.

Ainsi, les travaux sur l'e'laboration d'un protocole facultatif devraient tenir
compte des divers types de dispositions contenues dans la Convention.  Par
contre, un certain nombre de de'le'gations ont estime' que toutes les
dispositions de fond de la Convention devraient pouvoir be'ne'ficier d'une
protection en justice au titre du protocole facultatif.

18.  Plusieurs de'le'gations se sont fe'licite'es des travaux importants
effectue's par le Comite' pour l'e'limination de la discrimination a` l'e'gard
des femmes.  D'aucunes ont souligne' qu'il fallait renforcer son action,
notamment par un accroissement des ressources et l'augmentation du nombre de ses
re'unions.  D'autres se sont de'clare'es pre'occupe'es par le fait que, malgre'
la re'cente proposition tendant a` augmenter le nombre de re'unions du Comite',
cela ne permettrait sans doute pas de rattraper le retard accumule' dans l'examen
des rapports et d'examiner toutes les communications.

19.  Certaines de'le'gations ont exprime' leur inquie'tude devant les incidences
financie`res pouvant re'sulter de l'adoption d'un protocole facultatif.  Il
fallait proce'der a` une estimation des de'penses ainsi occasionne'es.  Quelques
de'le'gations ont estime' que l'e'laboration d'un protocole facultatif n'e'tait
peut-e^tre pas la meilleure fac'on d'utiliser les ressources afin de garantir
aux femmes la jouissance effective de leurs droits.  Il faudrait par contre
s'efforcer d'obtenir la ratification universelle de la Convention et
d'ame'liorer son application, notamment par une ame'lioration des rapports
fournis au Comite' et leur communication dans les de'lais pre'vus.

           B.  Examen approfondi des principaux e'le'ments d'un protocole
               facultatif tels que ceux e'nume're's dans la suggestion 7  
               du Comite' pour l'e'limination de la discrimination a`     
               l'e'gard des femmes                                      

20.  La Pre'sidente a invite' le Groupe de travail, lorsqu'il traiterait des
e'le'ments pre'cis propose's par le Comite' pour l'e'limination de la
discrimination a` l'e'gard des femmes, a` tenir compte des the`mes re'currents
qui se sont de'gage's de la discussion, comme par exemple la question des doubles
emplois avec les proce'dures existantes et la question de la protection en
justice des droits e'nonce's dans la Convention, s'il y a lieu.  Elle a informe'
le Groupe de travail de son intention d'inviter aussi les organisations non
gouvernementales a` pre'senter des observations au sujet des e'le'ments 
envisage's.

     E'le'ment 5

21.  Certaines de'le'gations ont estime' que cet e'le'ment e'tait acceptable. 
Dans l'ensemble, il a e'te' propose' d'ajouter la possibilite' de signer le
protocole facultatif, en d'autres termes de spe'cifier "... la possibilite' de
signer ou de ratifier le protocole facultatif, ou d'y adhe'rer".

22.  Le Groupe de travail a examine' la question du statut et de l'effet des
re'serves aux dispositions de la Convention que les E'tats parties formuleraient
au sujet de la recevabilite' de communications en vertu du protocole
facultatif.  Les de'le'gations ont estime' que la ratification du protocole
facultatif ne modifierait en rien les re'serves formule'es au sujet des
dispositions de fond de la Convention, et ne restreindrait nullement la
possibilite' de formuler une re'serve qui soit en me^me temps compatible avec la
Convention et avec le droit international des traite's.  Tout en reconnaissant
la possibilite' de formuler des re'serves a` la Convention, il a aussi e'te'
rappele' qu'il est stipule' au paragraphe 2 de l'article 28 : "aucune re'serve
incompatible avec l'objet et le but de la pre'sente Convention ne sera
autorise'e".  C'est ainsi que l'on a fait observer qu'il appartiendrait alors 
au Comite' de de'cider si de telles re'serves e'taient compatibles avec la
Convention et, par voie de conse'quence, si une communication e'tait recevable.


23.  S'agissant de la protection en justice des droits e'nonce's dans la
Convention, on a fait observer que cette question serait particulie`rement
pertinente dans les de'bats sur le type de proce'dure a` pre'voir dans un
protocole facultatif et ses rapports avec les diverses dispositions de la
Convention, y compris la question de savoir si les dispositions relatives a`
l'adoption de certaines mesures ne seraient pas sanctionnables par la justice
dans une proce'dure de recours individuels.  On a fait valoir que seules les
dispositions de la Convention qui e'noncent des obligations absolues pourraient
be'ne'ficier d'une protection en justice.  La nature des opinions exprime'es par
le Comite' a` l'issue de l'examen d'une communication serait aussi pertinente a`
cet e'gard. 

24.  Certaines de'le'gations ont indique' qu'il devrait appartenir au Comite' de
de'cider du caracte`re sanctionnable des droits en se fondant sur des cas
concrets, pluto^t que d'exclure a priori certaines dispositions du domaine du
protocole.

25.  On a fait observer que la question du caracte`re sanctionnable de certains
droits par la justice ne se limitait pas a` la Convention sur l'e'limination de
toutes les formes de discrimination a` l'e'gard des femmes; elle s'appliquait
aussi, par exemple, a` la Convention internationale sur l'e'limination de toutes
les formes de discrimination raciale bien que, dans ce cas, la proce'dure
d'examen des pe'titions pre'vue a` l'article 14 visait l'ensemble de la
Convention.  Au cours de l'examen de cette question, on a souligne'
l'importance de la mise en oeuvre des traite's en toute bonne foi et
conforme'ment au principe pacta sunt servanda.  Certaines de'le'gations ont fait
observer que si certaines des dispositions de la Convention, qui avaient 
des effets directs, pouvaient et devaient e^tre applique'es imme'diatement, 
y compris les dispositions relatives a` la non-discrimination, d'autres
dispositions devraient peut-e^tre e^tre applique'es de manie`re progressive.  
Le principe directeur, au niveau juridique, devait e^tre que les E'tats 
parties ont l'obligation de prendre des mesures pour atteindre les 
objectifs fixe's, obligation dont ils pourraient e^tre tenus de rendre 
compte.

     E'le'ment 6

26.  Sur la recommandation de la Pre'sidente, il n'a pas e'te' proce'de' a` un
examen approfondi de l'e'le'ment 6 e'tant donne' que les e'le'ments qui suivent
traitent des divers aspects de la pre'sentation de communications (e'le'ments 7
a` 16) et de la proce'dure d'enque^te (e'le'ments 17 a` 24).

27.  Bien que certaines de'le'gations aient propose' de ne retenir que la
proce'dure de pre'sentation des communications, d'autres ont signale' la
ne'cessite' d'avoir a` la fois une proce'dure de recours et une proce'dure
d'enque^te.

28.  On a fait valoir que l'objectif qui serait retenu pour le protocole
facultatif permettrait de de'terminer s'il serait ne'cessaire d'avoir une seule
proce'dure ou les deux.  L'on a estime' que l'examen de plaintes individuelles
selon une me'thode analogue a` celle pre'vue dans d'autres proce'dures de recours
de'ja` en place e'tait le principal objectif d'un protocole facultatif.  D'apre`s
l'un des avis exprime's, seules les dispositions be'ne'ficiant d'une protection
en justice pourraient faire l'objet d'une proce'dure de recours de la part de
particuliers, tandis que les violations plus ge'ne'rales des dispositions de la
Convention pourraient par exemple e^tre signale'es sous forme de rapports.

     E'le'ment 7

29.  S'agissant de cet e'le'ment, le Groupe de travail a aborde' la question de
savoir qui devrait avoir compe'tence pour pre'senter une communication et si
cette compe'tence devrait e^tre e'tendue a` une personne ou a` un groupe qui
pourrait justifier d'un inte're^t suffisant.

30.  Quelques de'le'gations estimaient que les particuliers aussi bien que les
groupes devraient avoir cette compe'tence au titre de la Convention
internationale pour l'e'limination de toutes les formes de discrimination
raciale ou conforme'ment a` certaines proce'dures re'gionales.  Il serait
indispensable que des groupes aient cette possibilite' dans le cas de
violations graves.  Le libelle' pourrait e^tre rendu plus pre'cis en 
spe'cifiant qu'il s'agit "de groupes ou d'organisations s'inte'ressant
particulie`rement aux femmes".  Il a e'te' propose' de pre'ciser le sens du 
terme "groupes" en parlant par exemple de "groupes de personnes", ou de
"groupes de particuliers", ou encore de "groupes agissant au nom de
particuliers".  D'autres de'le'gations ont cite' l'exemple du premier 
Protocole facultatif se rapportant au Pacte international relatif aux 
droits civils et politiques, qui n'accorde ce droit qu'a` des particuliers.
Selon l'un des avis, seules les personnes ayant subi un pre'judice devraient
avoir compe'tence pour pre'senter une communication.

31.  Une de'le'gation, soulignant le caracte`re quasi judiciaire de la
proce'dure, s'est de'clare'e peu dispose'e a` autoriser des groupes de personnes
le'se'es a` pre'senter des plaintes.  La proce'dure a e'te' mise en paralle`le
avec les proce'dures judiciaires nationales, qui n'autorisent pas non plus la
pre'sentation de plaintes au nom de groupes.  En revanche, on a insiste' sur le
ro^le de'cisif que jouent les organisations pour aider les victimes a` porter
plainte.  Il conviendrait d'e'tablir une distinction nette entre la personne
ayant subi un pre'judice qui a le droit de porter plainte et la personne, le
groupe ou le repre'sentant qui ont la possibilite' de pre'senter une plainte en
son nom. Selon ce point de vue, d'autres proce'dures, comme par exemple l'envoi
de communications par l'interme'diaire de la Commission de la condition de la
femme, seraient plus approprie'es en cas de violations ge'ne'ralise'es ou
syste'matiques.

32.  De l'avis de nombreuses de'le'gations, le terme "organisation" appelait
certaines pre'cisions, notamment en ce qui concerne toute diffe'rence de
signification avec le terme "groupe".  Si par "organisation" on entendait les
"ONG", cela devrait e^tre indique', auquel cas le terme unique de "groupe"
pourrait suffire a` les de'signer.  Paralle`lement, il a aussi e'te' propose'
d'exiger que des groupes pre'sentent des plaintes au nom de leurs membres.  Une
de'le'gation a de'conseille' a` la Commission d'e'largir les cate'gories de
personnes habilite'es a` pre'senter des plaintes, le Comite' risquant alors
d'e^tre inonde' de communications, et a fait e'tat des incidences financie`res
que cela pourrait avoir.  En revanche, on a fait observer que la possibilite'
pour des groupes de pre'senter des plaintes pourrait re'duire les de'penses, le
Comite' pouvant alors recevoir une plainte collective au lieu de multiples
plaintes se'pare'es e'manant de particuliers.  D'autres de'le'gations ont fait
valoir que l'inclusion d'une troisie`me cate'gorie d'"organisations" serait
indispensable pour traiter des cas de discrimination et de violence
syste'matiques a` l'e'gard des femmes et que cela constituerait un e'le'ment
novateur.

33.  S'agissant des crite`res permettant de de'cider de la compe'tence d'une
personne ou d'un groupe pouvant "justifier d'un inte're^t suffisant", de
nombreuses de'le'gations ont estime' qu'ils e'taient formule's d'une manie`re
trop vague et trop ge'ne'rale.  Certaines de'le'gations ont pense' qu'une telle
disposition e'tait contre-indique'e.  L'une des explications avance'es e'tait que
cette disposition s'appliquerait lorsque la victime elle-me^me n'e'tait pas en
mesure de pre'senter une plainte et qu'un repre'sentant le ferait en son nom.

34.  Les cate'gories ci-apre`s de compe'tence pour pre'senter un recours ont
e'te' propose'es : une personne agissant en son propre inte're^t; une association
agissant dans l'inte're^t de ses membres; une personne agissant au nom d'une
autre personne qui n'est pas en mesure d'obtenir re'paration en son nom propre;
une personne agissant en tant que membre d'un groupe ou d'une classe de
personnes ou dans leur inte're^t; une personne agissant dans l'inte're^t public.

35.  Il a e'te' fait observer que la limite a` partir de laquelle           
interviendrait le droit de pre'senter une plainte e'tait lie'e a` la re'ponse qui
serait donne'e a` la question des droits qui pouvaient be'ne'ficier d'une
protection en justice ainsi qu'a` la question de savoir si toutes les
dispositions de la Convention seraient vise'es par un protocole facultatif.  
Il a aussi e'te' souligne' que le protocole facultatif devrait donner au Comite'
le droit d'examiner les plaintes pre'sente'es au titre de l'une quelconque 
des dispositions de la Convention, comme cela a e'te' fait au moment de
l'adoption de la Convention internationale sur l'e'limination de toutes 
les formes de discrimination raciale.  On a aussi fait observer qu'il 
n'e'tait pas souhaitable de compartimenter les dispositions de la 
Convention entre celles qui be'ne'ficieraient d'une protection en justice 
et celles qui n'en be'ne'ficieraient pas, car cela risquait de cre'er un
pre'ce'dent dans le cas d'autres traite's relatifs aux droits fondamentaux. 
Certaines de'le'gations ont souligne' qu'a` l'issue de l'examen d'une
plainte, le Comite' ne prononcerait pas un jugement, mais de'terminerait 
si un E'tat partie avait pris les mesures minimales indispensables 
pour s'acquitter de ses obligations aux termes de la Convention.

36.  Il a e'te' propose' d'e'largir les motifs donnant droit a` pre'senter une
communication en autorisant l'inte'resse'e a` invoquer les menaces de violation
ou les atteintes aux droits e'nonce's dans la Convention.

37.  Il a e'te' propose' de pre'ciser la notion de manquement aux obligations en
le qualifiant de "de'libe're', ge'ne'ralise' ou syste'matique", mais il a par
ailleurs e'te' souligne' que l'objectif du protocole facultatif e'tait de mettre
en place une proce'dure de recours individuels.

38.  La question a e'te' pose'e de savoir a` qui incomberaient les frais de
proce'dure.

     E'le'ment 8

39.  Quant a` savoir si les communications devraient e^tre pre'sente'es
uniquement par e'crit, les de'le'gations ont convenu que, en principe, elles
devaient l'e^tre.  Certaines d'entre elles ont propose' que, dans des cas
exceptionnels, si le Comite' estimait qu'il n'y avait pas d'autre fac'on
raisonnable de pre'senter une communication, d'autres moyens pourraient e^tre
accepte's a` pre'sentations orales ou enregistre'es sur bande magne'tique par
exemple.  Les difficulte's pratiques que posaient les pre'sentations orales ont
e'te' signale'es.

40.  En ce qui concerne le caracte`re confidentiel de la communication,
certaines de'le'gations ont souligne' la ne'cessite' de pre'ciser si cela
concernait l'identite' de l'auteur, le traitement confidentiel de la
communication vis-a`-vis de tierces parties, le fait de ne pas re've'ler le nom
de l'auteur a` l'E'tat partie, ou le re'sultat de l'examen du Comite'.  Il a
e'te' sugge're' de pre'ciser l'objectif politique de cette condition afin
d'arriver a` une solution.  L'on a releve' les diffe'rents types de conditions
de  confidentialite' contenus dans divers e'le'ments, notamment les e'le'ments 
8, 9 b), 11, 12, 15 et 24, et l'on a souligne' la ne'cessite' d'e'laborer 
dans chaque cas des concepts pre'cis et cohe'rents.

41.  Certaines de'le'gations entendaient cette disposition comme signifiant que
le traitement de la communication devait e^tre confidentiel, mais pas la
communication elle-me^me, et que l'identite' de l'auteur ne devait e^tre connue
que du Comite' et de l'E'tat partie.  Cela pre'senterait e'galement des avantages
pour le processus de me'diation.  Plusieurs de'le'gations ont souligne' que
l'E'tat partie avait besoin de connai^tre l'identite' de l'auteur pour donner
suite a` la plainte et prendre les mesures de redressement.  D'autres ont fait
observer que si le but de cette disposition e'tait de prote'ger l'auteur, cette
protection pouvait e^tre assure'e au titre de l'e'le'ment 10, ou d'une autre
mesure.  La ne'cessite' de publier les faits et les constatations du 
Comite' a` l'issue de la proce'dure a e'te' souligne'e.

42.  Quelques de'le'gations sont intervenues en faveur de la confidentialite'
dans l'optique des proce'dures fonde'es sur la Charte existantes, comme la
proce'dure 1503, ou la proce'dure concernant les communications de la Commission
de la condition de la femme.  D'autres ont argue' qu'e'tant donne' l'objectif du
protocole, il conviendrait d'utiliser comme mode`le les principes et la
pratique d'autres organes cre'e's en vertu d'instruments relatifs aux droits de
l'homme, le Comite' des droits de l'homme, par exemple.

     E'le'ment 9

43.  En ce qui concerne les crite`res de recevabilite' propose's dans l'e'le'ment
9, il a e'te' releve' que, s'il e'tait vrai que la se'rie de crite`res qui y
figurent sont les me^mes que ceux utilise's a` la me^me e'tape dans des
proce'dures comparables, le fait e'tait qu'il s'agissait ici d'e'laborer un
nouveau protocole et que cela donnait la possibilite' de proce'der a` un
de'veloppement progressiste et de traduire la pratique courante.

44.  E'le'ment 9 b) : Une de'le'gation a de'clare' appuyer cette formulation.

45.  E'le'ment 9 c) : Des pre'cisions ont e'te' demande'es sur la distinction
conceptuelle entre "alle'gation de violation" et "alle'gation de manquement aux
obligations".  Il a par ailleurs e'te' fait observer que cette formulation
refle'tait simplement une vue globale des dispositions de la Convention. 
Certaines de'le'gations ont identifie' un rapport entre ces crite`res et la
question de compe'tence vise'e dans l'e'le'ment 7, ainsi qu'avec la question de
savoir si le protocole couvrirait toutes les dispositions de la Convention.

46.  Plusieurs de'le'gations ont fait valoir que l'application de la deuxie`me
norme risquait d'entrai^ner un volume conside'rable de communications et a
propose' la formulation suivante : "alle'gation de manquement, par un E'tat
partie, a` l'obligation de fournir des recours efficaces pour reme'dier a` des
situations cause'es par des violations de l'un quelconque des droits e'nonce's
dans la Convention".

47.  E'le'ment 9 d) : Plusieurs de'le'gations ont fait observer que ce crite`re
n'apparaissait pas dans d'autres proce'dures du me^me type.  Elles ont estime'
que ce crite`re allait a` l'encontre des normes existantes et convenu qu'un
protocole facultatif devrait s'appliquer a` des actes poste'rieurs a` l'entre'e
en vigueur dudit protocole pour l'E'tat partie.  Une de'le'gation a de'clare'
appuyer l'approche selon laquelle le crite`re de recevabilite' serait l'entre'e
en vigueur de la Convention, et non pas du protocole facultatif, pour l'E'tat
partie.

48.  E'le'ment 9 f) : En ce qui concerne l'e'le'ment portant sur l'e'puisement 
des recours internes, une de'le'gation a exprime' sa pre'fe'rence pour la
formulation contenue dans le premier Protocole facultatif se rapportant au Pacte
international relatif aux droits civils et politiques.  D'autres ont de'clare'
pre'fe'rer le libelle' contenu dans la Convention contre la torture et autres
peines ou traitements cruels, inhumains ou de'gradants, ou dans la Convention
internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants
et des membres de leur famille, a` savoir que la re`gle de l'e'puisement des
recours internes ne s'applique pas dans les cas o— les proce'dures de recours
exce`dent des de'lais raisonnables, ni dans les cas o— il est peu probable
qu'elles donneraient satisfaction a` la victime de la violation.  La
formulation utilise'e dans cette dernie`re convention serait e'galement 
conforme a` la pratique suivie au Comite' des droits de l'homme, qui 
interpre`te ses propres dispositions comme s'entendant de l'absence de 
recours internes effectifs, de l'inefficacite' de ces recours, ou du fait 
que le recours est refuse'.  Selon un avis, il faudrait peut-e^tre une
formulation plus ge'ne'rale, qui engloberait aussi les cas o— la
victime n'avait pas connaissance de l'existence de recours internes, 
ou ne savait pas qu'elle pouvait s'en pre'valoir.  Il a e'galement e'te'
sugge're' d'ajouter "disponibles" apre`s "recours internes", car cela serait
conforme avec d'autres instruments.  Il a par ailleurs e'te' fait observer que
cela irait a` l'encontre du ro^le du Comite' de juger si les recours internes 
avaient e'te' e'puise's.

49.  Pour ce qui e'tait de la deuxie`me partie de la phrase, en particulier du
pouvoir que l'on se propose de donner au Comite' de juger "de'raisonnable le
temps e'coule'" devant une autre instance internationale, nombre de de'le'gations
ont convenu qu'une telle disposition ne serait pas approprie'e car elle
donnerait au Comite' le pouvoir de juger du travail d'autres organes.  La
pre'fe'rence a e'te' exprime'e pour des libelle's existants, par exemple 
dans la Convention sur les travailleurs migrants, a` savoir "que la 
me^me question n'a pas e'te' et n'est pas en cours d'examen devant une 
autre instance internationale".   L'on s'est e'galement re'fe're' a` 
l'article 27.1.b de la Convention europe'enne e'tablissant qu'une 
demande est irrecevable lorsque sa teneur est substantiellement la me^me
que celle d'une question ayant de'ja` e'te' examine'e par la Commission ou ayant
de'ja` e'te' soumise a` une autre instance internationale d'enque^te ou de
re`glement et lorsqu'elle ne contient pas de nouvelles informations pertinentes.

50.  Il a e'te' propose' d'ajouter deux crite`res, a` savoir qu'une communication
est irrecevable si elle est manifestement mal fonde'e, et d'inclure un de'lai
pour la pre'sentation, c'est-a`-dire qu'une communication est irrecevable si
elle est de'pose'e plus de 12 mois apre`s la date de la de'cision de 
l'instance interne la plus e'leve'e, ou autre de'lai raisonnable de ce type. 
Cette proposition a e'te' appuye'e.

51.  Il a aussi e'te' propose' d'ajouter le crite`re suivant : "Les
communications doivent e^tre conformes aux principes d'objectivite' et de justice
et inclure lesrecours devant la loi ou, le cas e'che'ant, les re'parations,
engage's par l'E'tat partie concerne'".

52.  E'le'ment 9 g) : L'on a demande' quels e'taient "des de'lais raisonnables",
et qui le de'terminerait.  Il a e'te' sugge're' de confier cette responsabilite'
au Comite'.

     E'le'ment 10

53.  Plusieurs de'le'gations, soulignant le caracte`re novateur de cet e'le'ment
sur les mesures inte'rimaires, se sont de'clare'es favorables a` son inclusion
dans le protocole facultatif.  Elles ont releve' que cela s'inscrirait dans la
perspective de la pratique actuelle des organes internationaux, aussi bien que
re'gionaux, de protection des droits de l'homme.  Afin d'e'viter un dommage
irre'parable, le Comite' devrait e^tre habilite' a` intervenir d'urgence si
ne'cessaire.  Soulignant l'intention positive de cette disposition, d'autres
de'le'gations ont propose' de laisser au Comite' le soin de l'inclure
e'ventuellement dans son re`glement inte'rieur, ce qui lui donnerait plus de
souplesse dans son application pratique.

54.  Plusieurs de'le'gations ont estime', e'tant donne' le libelle' utilise' dans
cet e'le'ment, qu'il e'tait inapproprie' de donner au Comite' le pouvoir de
"demander" a` un E'tat partie de prendre de telles mesures.  Au lieu de cela, le
Comite' devrait pouvoir "recommander" des mesures inte'rimaires, en en laissant
l'application a` la discre'tion de l'E'tat partie.  L'on a doute' qu'il soit
ne'cessaire que l'E'tat partie prenne un engagement distinct, dans la mesure o—
l'on s'attend de'ja` a` ce que les E'tats parties, ayant ratifie' l'instrument,
agissent de bonne foi. 

55.  Plusieurs de'le'gations ont fait observer que l'expression "que le statu
quo soit pre'serve'" manquait de clarte' et de pre'cision, et ont sugge're' de
spe'cifier davantage l'intention de recommander des mesures inte'rimaires de ce
type.  Elles ont convenu que cela ne voulait pas dire qu'une violation
alle'gue'e devait e^tre maintenue, mais pluto^t qu'il fallait y mettre fin et
e'viter un dommage irre'parable, ou pre'venir une violation.  Il a e'te' 
propose' de remanier le texte de l'e'le'ment afin de donner au Comite' le 
droit de recommander, ou de sugge'rer, des mesures inte'rimaires de 
fac'on a` ne pas aggraver encore la situation.  Il a aussi e'te' propose' 
de faire la distinction entre les mesures inte'rimaires au stade de la
recevabilite', et a` celui des de'bats sur le bien-fonde' d'une 
communication, conforme'ment a` la pratique suivie en ce qui concerne la
Convention contre la torture.

56.  Il a e'te' sugge're' qu'il y avait peut-e^tre besoin de contro^ler
l'application de telles mesures inte'rimaires au niveau national.

57.  La condition, contenue dans l'e'le'ment, qu'il ne fallait nullement de'duire
du fait que le Comite' recommandait des mesures inte'rimaires qu'il e'tait
parvenu a` une conclusion sur le fond de la communication, a e'te' souligne'e.

     E'le'ment 11

58.  Pour ce qui est de la formulation selon laquelle l'E'tat partie serait
informe' "a` titre confidentiel" de la communication, plusieurs de'le'gations ont
souligne' que, e'tant donne' l'objectif de la proce'dure, qui est une proce'dure
individuelle, l'identite' de l'auteur devait e^tre re've'le'e a` l'E'tat partie
afin de lui permettre d'enque^ter sur les alle'gations, de reme'dier a` la
situation et de fournir des informations comple`tes au Comite' pour que ce
dernier puisse statuer sur la recevabilite', notamment en de'terminant si les
recours internes avaient e'te' e'puise's.  D'aucuns ont e'galement e'te' d'avis
que l'E'tat partie ne pouvait appliquer les recommandations du Comite' que s'il
connaissait l'identite' de la personne ayant de'pose' la plainte.  Ce n'e'tait
que dans des cas exceptionnels, lorsqu'il semblait y avoir danger pour l'auteur,
qu'il y aurait de'rogation a` cette condition ou que l'on prendrait d'autres
mesures conservatoires, des mesures provisionnelles par exemple.  Au sens de
l'e'le'ment a` l'e'tude, la confidentialite' s'entendait donc de la
confidentialite' vis-a`-vis de tierces parties.

59.  Certaines de'le'gations, faisant observer qu'il existe une disposition
similaire dans la Convention internationale sur l'e'limination de toutes les
formes de discrimination raciale, ont souligne' la ne'cessite' d'obtenir le
consentement de la personne inte'resse'e avant de re've'ler son identite' a`
l'E'tat partie, mais ont convenu que, dans la plupart des cas, l'E'tat partie
avait effectivement besoin de connai^tre l'identite' de l'auteur pour pouvoir
assumer ses responsabilite's.  Selon le repre'sentant du Centre pour les droits
de l'homme, l'expe'rience acquise concernant ladite convention montrait que dans
seulement un cas sur sept l'identite' de l'auteur n'avait pas e'te' re've'le'e
a` l'E'tat partie.

60.  Certaines de'le'gations ont propose' de laisser au Comite' le soin de
de'terminer, dans son re`glement inte'rieur, la dure'e du de'lai raisonnable
accorde' a` l'E'tat partie pour re'pondre aux questions, mais d'autres
pre'fe'raient que la dure'e de ce de'lai soit pre'cise'e dans le protocole.  L'on
s'est re'fe're' au Premier Protocole facultatif se rapportant au Pacte
international relatif aux droits civils et politiques, qui stipule un de'lai de
six mois, et a` la Convention internationale sur l'e'limination de toutes les
formes de discrimination raciale, qui stipule un de'lai de trois mois.  
Plusieurs de'le'gations ont de'clare' leur pre'fe'rence pour la solution des 
six mois.

61.  Plusieurs de'le'gations se sont fe'licite'es des propositions de me'diation
contenues dans l'e'le'ment 11.  Il a ne'anmoins e'te' souligne' que les
conditions d'un re`glement, quel qu'il soit, devaient e^tre conformes a`
l'obligation assume'e par l'E'tat partie au titre de la Convention et compatibles
avec cette obligation, e^tre acceptables aux deux parties, et obtenues sans qu'il
soit fait pression en ce sens sur l'auteur.  Il faudrait tenir compte de ces
pre'occupations dans des dispositions a` cet effet dans le protocole facultatif
ou dans le re`glement inte'rieur.

62.  En ce qui concerne le caracte`re confidentiel du rapport sur le re`glement,
certaines de'le'gations ont souligne' l'importance d'une proce'dure transparente,
qui encouragerait d'autres E'tats parties a` prendre les mesures voulues, et qui
viendrait renforcer la jurisprudence du Comite'.  Il e'tait possible de taire le
nom de l'auteur, mais il fallait publier le re`glement obtenu dans le rapport
du Comite', si tel e'tait le souhait de l'auteur et de l'E'tat partie.

63.  Il a e'te' propose' de diviser l'e'le'ment 11 en deux, en faisant de la
dernie`re phrase un e'le'ment distinct.

64.  Certaines de'le'gations ont fait observer qu'un E'tat partie devait e^tre
informe' du contenu inte'gral d'une communication et non pas seulement "de la
nature de la communication", comme il e'tait sugge're' a` l'e'le'ment 11.  Il a
donc e'te' propose' de transmettre "la communication en tant que telle" a`
l'E'tat partie.  En fait, les deux parties, a` savoir l'E'tat partie et l'auteur
de la plainte, devaient avoir toute la documentation sur l'affaire.

65.  Quelques de'le'gations ont propose' que l'E'tat partie soit repre'sente' aux
re'unions du Comite' lors de l'examen de questions qui le touchent.  Il a e'te'
avance' que tous les moyens qui permettraient d'assurer la pleine et active
participation de l'E'tat partie a` cet examen seraient acceptables.  Cette
notion pourrait figurer soit dans le protocole facultatif, soit dans le
re`glement inte'rieur.  D'autres de'le'gations ont estime' que la pre'sence des
parties lors de l'examen d'une communication serait inapproprie'e.  
S'il y avait une exception, ce ne pourrait e^tre qu'a` la demande 
expresse du Comite'.  Le repre'sentant du Centre pour les droits de 
l'homme a informe' le Groupe de travail que le Comite' des droits 
de l'homme n'avait pas pour pratique de faire assister des 
repre'sentants de l'E'tat partie a` l'examen d'une communication.

     E'le'ment 12

66.  En ce qui concerne la disposition selon laquelle le Comite' examinerait
une communication compte tenu des informations rec'ues, notamment "de toute
autre source pertinente", la plupart des de'le'gations ont souligne' que seules
devaient e^tre examine'es les informations soumises par l'auteur et par l'E'tat
partie.  Concernant l'e'le'ment 7, il a e'te' argue' que, comme seules les
victimes devaient avoir le droit de pre'senter des communications, seuls la
victime et l'E'tat partie pouvaient fournir des informations sur une affaire.

67.  D'autres de'le'gations ont fait observer que d'autres sources d'information
pertinentes pouvaient jeter davantage la lumie`re sur les affaires o— les
femmes n'avaient pas la possibilite', ou la capacite', de fournir des
renseignements.  Toute information de ce type, qui pouvait e^tre tire'e de
sources telles que rapports ou de'libe'rations d'autres organismes des 
Nations Unies, devait e^tre communique'e aux parties concerne'es.  Pour ce 
qui est d'autres sources d'information, l'on a fait observer que, comme 
les communications seraient confidentielles vis-a`-vis des tierces 
parties, seule une information ge'ne'rale pouvait e^tre donne'e au Comite'.  
Il serait plus utile de donner cette information ge'ne'rale dans le 
cadre de la proce'dure de pre'sentation de rapports vise'e a` l'article 
18 de la Convention.

68.  Plusieurs de'le'gations ont convenu qu'une visite dans le territoire de
l'E'tat partie concerne' au cours de l'examen d'une communication serait
inapproprie'e.  L'on a fait observer qu'une telle disposition rele`verait des
e'le'ments 17 a` 23.  D'autres ont sugge're' que cela pourrait e^tre envisageable
a` titre exceptionnel, en statuant au cas par cas.  Il n'y avait toutefois pas
besoin d'inclure une disposition a` cet effet dans le protocole facultatif. 
Cet aspect e'tait important, comme le de'montrait le succe`s de cette me'thode
dans le syste`me europe'en.  Cette me'thode existait e'galement dans le syste`me
interame'ricain.  Il a e'te' souligne' qu'une telle visite ne pouvait avoir lieu
qu'avec le consentement de l'E'tat partie.  La question de l'incidence d'une
telle disposition sur les ressources a e'te' souleve'e.

69.  En ce qui concerne l'examen de la communication par le Comite', et les
suggestions faites par certaines de'le'gations au titre de l'e'le'ment 11
touchant la pre'sence de l'E'tat partie, plusieurs de'le'gations ont souligne'
que, dans tous les cas, la proce'dure devait e^tre e'crite et se de'rouler sans
la pre'sence de l'E'tat partie.  D'aucunes de'le'gations estimaient que, bien
qu'en  principe la proce'dure soit cense'e e^tre e'crite, le Comite' devait
pouvoir tenir des auditions orales avec les deux parties.  Il ne fallait pas non 
plus exclure la possibilite' de te'moignages oraux.

70.  Il a e'te' argue' que l'emploi du verbe "adopter" dans cet e'le'ment e'tait
inapproprie'.

     E'le'ment 13

71.  Certaines de'le'gations se sont fe'licite'es de l'adjonction de cet
e'le'ment, surtout pour ce qui e'tait des re'parations.  L'inclusion de cette
disposition donnerait la possibilite', comme c'e'tait le cas pour d'autres
e'le'ments, de de'velopper progressivement et de renforcer la le'gislation
internationale en matie`re de droits de l'homme.  Il a e'te' pris note de la
pratique bien e'tablie du Comite' pour l'e'limination de la discrimination a`
l'e'gard des femmes d'adopter des recommandations a` l'issue de l'examen des
rapports des E'tats parties.  L'on s'est e'galement re'fe're' a` la re'solution
41/120 de l'Assemble'e ge'ne'rale, qui e'tablit le principe selon lequel les
nouveaux instruments internationaux relatifs aux droits de l'homme devaient
concorder avec l'ensemble du droit international existant en la matie`re et ne
pas tomber en dec'a` des normes existantes.  Plusieurs de'le'gations ont
souligne' qu'il importait que le Comite' puisse faire des recommandations sur les
mesures a` prendre en vue de l'application de la Convention.

72.  Certaines de'le'gations ont fait observer qu'il n'existait pas, dans
d'autres instruments relatifs aux droits de l'homme, de pre'ce'dent pour une
disposition touchant la recommandation de mesures de re'paration en cas de
non-respect des dispositions du traite'.  Les de'le'gations ont en me^me temps
reconnu que le Comite' n'e'tait pas un organe judiciaire et que ses vues
n'avaient qu'un caracte`re de recommandation, bien qu'elles fassent autorite'. 
Il a e'te' souligne' que les E'tats parties a` la Convention sur l'e'limination
de toutes les formes de discrimination a` l'e'gard des femmes avaient de'ja` la
responsabilite' juridique d'assurer des voies de recours pour toute violation
de la Convention.  Certaines de'le'gations ont dit que c'e'tait aux E'tats
parties de juger s'ils devaient prendre des mesures correctives.  D'autres ont
e'mis des doutes quant a` la question de savoir si le Comite' devrait e^tre
habilite' a` enjoindre a` un E'tat partie de prendre telle ou telle mesure
corrective.

73.  Plusieurs de'le'gations ont note' que l'ide'e mai^tresse de l'e'le'ment en
question serait de faire en sorte que l'E'tat partie prenne les mesures
ne'cessaires pour donner effet aux obligations qu'il a contracte'es en vertu de
la Convention, a` savoir que des mesures soient prises par lui au niveau
national.

Certaines de'le'gations ont propose' que cet e'le'ment soit formule' de manie`re
a` sugge'rer un dialogue pluto^t qu'un jugement.

74.  Plusieurs de'le'gations ont estime' que l'emploi de l'expression
"de'dommagement ade'quat" n'e'tait pas suffisamment pre'cis, se demandant
notamment qui prendrait la de'cision.  D'aucunes ont propose' de supprimer ces
termes.  Des informations ont e'te' donne'es concernant l'interpre'tation du mot
"de'dommagement", sur la base d'une e'tude effectue'e par un expert de la
Sous-Commission de la lutte contre les mesures discriminatoires et de la
protection des minorite's de la Commission des droits de l'homme.

75.  La formulation suivante a e'te' propose'e : "... des sanctions approprie'es,
y compris, si ne'cessaire, un de'dommagement ade'quat".  Il a e'galement e'te'
fait re'fe'rence au paragraphe 124 d) du Programme d'action pour ce qui concerne
l'utilisation e'ventuelle de termes concernant la re'e'ducation.

76.  Plusieurs de'le'gations ont dit que le de'lai dans lequel un E'tat partie
informerait le Comite' des mesures qu'il aurait prises devrait e^tre pre'cise'. 
Il a e'te' propose' un de'lai de quelques mois comme pe'riode approprie'e.

77.  Plusieurs de'le'gations ont souligne' que la question de la protection en
justice de toutes les dispositions de la Convention aurait une incidence sur
la formulation de cette disposition.

     E'le'ment 14

78.  Plusieurs de'le'gations se sont de'clare'es favorables a` l'inclusion d'un
e'le'ment sur le suivi, ainsi qu'a` l'objectif et a` la formulation de
l'e'le'ment.  Cela serait conforme a` la pratique suivie par le Comite' des
droits de l'homme et le syste`me europe'en.

79.  Afin de pre'ciser que l'e'le'ment visait la phase de mise en oeuvre des vues
du Comite' dans un cas particulier, plusieurs de'le'gations ont propose' la
formulation ci-apre`s : "... concernant l'application des mesures...".

80.  Une de'le'gation, se de'clarant satisfaite de l'e'le'ment, a propose' de
re'diger l'e'le'ment 13 dans le me^me esprit.  La ne'cessite' d'un dialogue
continu entre le Comite' et l'E'tat partie et l'inclusion d'informations
pertinentes dans les rapports ont e'te' accueillies avec satisfaction par
plusieurs de'le'gations.

     E'le'ment 15

81.  La Pre'sidente du Comite' pour l'e'limination de la discrimination a`
l'e'gard des femmes a informe' le Groupe de travail qu'une erreur s'e'tait
glisse'e dans l'e'le'ment 15 qui ne devrait pas mentionner un rapport
"confidentiel".  L'e'le'ment devrait donc se lire comme suit :

     "Dans son rapport, le Comite' indiquerait la nature des communications
     qu'il aurait rec'ues, rendrait compte de son examen desdites
     communications et re'capitulerait les re'ponses et me'moires des E'tats
     parties concerne's, ainsi que ses constatations et recommandations."

82.  Se fondant sur cette pre'cision, plusieurs de'le'gations ont appuye'
l'e'le'ment.  Elles ont souligne' la ne'cessite' de faire connai^tre l'existence
de la proce'dure et les travaux du Comite', et de diffuser largement ses vues
afin d'e'tablir un ensemble de principes juridiques sur les droits des femmes. 
L'inclusion d'informations sur les travaux mene's au titre du protocole
facultatif dans le rapport annuel du Comite' serait e'galement conforme a` la
pratique d'autres organes conventionnels, qui faisaient figurer dans leurs
rapports annuels un re'sume' des faits, apre`s le re`glement de l'affaire, ainsi
que leurs constatations.

83.  Plusieurs de'le'gations ont propose' qu'au lieu d'un re'sume' de la nature
de la communication, l'e'le'ment utilise la formulation de l'article 14.8 de la
Convention internationale sur l'e'limination de toutes les formes de
discrimination raciale, a` savoir : "Le Comite' inclut dans son rapport annuel
le re'sume' de ces communications et...".

     E'le'ment 16

84.  Plusieurs de'le'gations ont appuye' la cre'ation d'un groupe de travail du
Comite'; cela serait conforme a` la pratique du Comite' des droits de l'homme et
constituerait un moyen efficace de pre'parer les travaux du Comite' ple'nier. 
En me^me temps, certaines de'le'gations ont souligne' que les mots "ses
responsabilite's", utilise's dans l'e'le'ment, e'taient inapproprie's car le
Comite' ne de'le'guerait aucun pouvoir au groupe.  Un groupe de travail pouvait
simplement e^tre charge' de pre'parer ou de faciliter l'examen de communications
par le Comite' ple'nier.  Les de'le'gations ont fait observer que seul le Comite'
ple'nier pouvait prendre des de'cisions, en ce qui concerne notamment la
recevabilite' des communications.  La formulation suivante a donc e'te' 
propose'e : "... ses responsabilite's concernant la pre'paration de l'examen des
affaires...".

85.  Certaines de'le'gations, notant que l'e'le'ment visait uniquement une
me'thode de travail du Comite', ont propose' que la disposition soit examine'e
dans le cadre du re`glement inte'rieur du Comite' et non pas dans le protocole
facultatif.

86.  Certaines de'le'gations ont estime' qu'il fallait pre'ciser la nature, la
fonction, le ro^le et les pouvoirs d'un groupe de travail du Comite'.  Il a e'te'
fait mention des diffe'rents types et fonctions des groupes de travail cre'e's
dans le cadre d'organes conventionnels de protection des droits de l'homme et
de proce'dures fonde'es sur la Charte.

     Observations ge'ne'rales sur une proce'dure d'enque^te

87.  Quelques de'le'gations se sont de'clare'es favorables a` l'inclusion d'une
proce'dure d'enque^te dans un protocole facultatif afin de traiter des
violations graves et syste'matiques des droits fondamentaux des femmes.  Il a
e'te' rappele' qu'une proce'dure analogue e'tait pre'vue a` l'article 20 de la
Convention contre la torture et a` divers niveaux re'gionaux.  Le Groupe de
travail a e'te' toutefois informe' que cette proce'dure n'avait e'te' utilise'e
qu'une seule fois.  D'autres de'le'gations ont exprime' des doutes quant a` la
ne'cessite' de faire figurer la proce'dure d'enque^te envisage'e dans la
suggestion 7 dans le protocole facultatif.  Certaines de'le'gations ont propose'
d'e'tudier a` fond les autres moyens d'atteindre l'objectif recherche'.  Un
certain nombre de repre'sentants ont fait observer que tout nouvel instrument
devrait e^tre largement accepte' par les E'tats parties. 

88.  Plusieurs de'le'gations ont propose' d'e'tudier les possibilite's
qu'offraient de'ja` la Convention sur l'e'limination de toutes les formes de
discrimination a` l'e'gard des femmes proprement dites, et qui s'appliqueraient
donc a` tous les E'tats parties, comme par exemple la mise en place d'une
proce'dure d'enque^te dans le cadre du mandat et du re`glement inte'rieur du
Comite'.  La cre'ation d'un me'canisme de mise en garde rapide dans le cadre du
Comite' pour l'e'limination de la discrimination raciale a e'te' cite'e a` titre
d'exemple.  Il a e'te' propose' d'adopter un syste`me de suivi, en respectant
certains de'lais, pour les conclusions formule'es par le Comite' au sujet des
rapports pre'sente's par les E'tats parties en application de l'article 18. 
D'autres de'le'gations ont recommande' d'e'tudier plus avant la possibilite' de
traiter des violations graves et syste'matiques dans le cadre des rapports
envoye's en application de l'article 18, y compris le suivi des conclusions du
Comite' et les rapports demande's en vertu de l'aline'a b) du paragraphe 1 de
l'article 18.

89.  Certaines de'le'gations ont propose' de libeller l'e'le'ment 7 de manie`re
a` habiliter le Comite' a` connai^tre des violations graves et syste'matiques en
vertu de la proce'dure d'envoi de communications.  L'adhe'sion universelle aux
instruments existants devrait e^tre encourage'e.  D'autres de'le'gations ont
insiste' sur la ne'cessite' de renforcer les proce'dures existantes, y compris
la proce'dure d'envoi de communications a` la Commission de la condition de la
femme et la proce'dure 1503.

90.  Certaines de'le'gations ont souleve' la question d'un double emploi possible
entre une proce'dure d'enque^te et les me'canismes existants, en particulier la
proce'dure d'envoi de communications a` la Commission et la proce'dure 1503. 
D'autres ont releve' les points sur lesquels ces proce'dures diffe'raient et se
comple'taient par rapport a` la proce'dure d'enque^te envisage'e.  Elles se sont
inquie'te'es de la longueur du processus pre'vu par la proce'dure 1503, en
particulier en cas de violations qui appelaient des mesures imme'diates.  Le
caracte`re intergouvernemental de la proce'dure d'envoi de communications a` la
Commission et de la proce'dure 1503, d'une part, et le caracte`re spe'cialise'
de la proce'dure d'enque^te propose'e, d'autre part, ont e'te' signale's. 
D'autres de'le'gations ont insiste' sur la ne'cessite' d'inte'grer les droits
fondamentaux des femmes dans les me'canismes principaux, car les droits
fondamentaux des femmes ne constituaient pas la pre'occupation centrale des
autres organes s'occupant des droits de la personne humaine.  D'aucuns ont note'
que les proce'dures fonde'es sur la Charte et d'autres textes s'inspiraient
d'autres instruments que la Convention sur l'e'limination de toutes les formes
de discrimination a` l'e'gard des femmes.

     E'le'ment 17

91.  S'agissant du libelle' de l'e'le'ment 17, plusieurs de'le'gations ont note'
que pour e^tre recevables, les violations devraient e^tre a` la fois graves et
syste'matiques, c'est-a`-dire que le seuil de recevabilite' pour l'ouverture
d'une enque^te devrait e^tre e'leve'.  Certaines de'le'gations ont note' qu'une
proce'dure d'enque^te permettrait au Comite' de s'inte'resser aux
caracte'ristiques des violations ge'ne'ralise'es des droits fondamentaux des
femmes et de traiter d'une plus large gamme de questions, notamment des causes
structurelles a` l'origine des violations, que ne le permettrait une proce'dure
de recours individuels.  Des renseignements fiables seraient exige's avant
l'ouverture de la proce'dure.  Un petit nombre de de'le'gations se sont
de'clare'es pre'occupe'es par le caracte`re facultatif de nombreux aspects de la
proce'dure d'enque^te envisage'e et elles ont insiste' sur la ne'cessite'
d'enque^ter de fac'on plus active sur les violations graves et syste'matiques.

92.  Quelques de'le'gations ont pense' que certaines dispositions de la
Convention se pre^teraient peut-e^tre mieux a` une proce'dure d'enque^te qu'a`
une proce'dure de recours individuels.  Un de'bat plus approfondi sur les
avantages de la proce'dure d'enque^te serait donc lie' a` l'e'laboration de la
proce'dure d'envoi de communications.  Certaines de'le'gations ont fait observer
que la notion de violations "graves et syste'matiques" devrait s'appliquer aussi
bien aux alle'gations de violations qu'aux alle'gations de manquements aux
obligations.  D'autres de'le'gations ont estime' que la notion de manquement aux
obligations e'tait superflue.  Selon un avis, la porte'e de l'e'le'ment 17 e'tait
trop large pour pouvoir e^tre applique'e a` tous les droits vise's par la
Convention.

     E'le'ment 18

93.  La question de savoir quels seraient les me'canismes disponibles si un
E'tat partie refusait de coope'rer a e'te' souleve'e.

     E'le'ment 19

94.  La ne'cessite' de spe'cifier un de'lai a e'te' e'voque'e.

     E'le'ment 20

95.  Certaines de'le'gations ont fait observer que seul l'E'tat partie concerne'
participerait a` l'enque^te, et non les "States parties" comme indique' dans la
version anglaise.  S'agissant du souci de confidentialite' dont te'moigne cet
e'le'ment, il a e'te' sugge're' que, contrairement a` ce qui se passait dans le
cas de la proce'dure de recours individuels, les personnes a` l'origine de
renseignements qui aboutiraient a` une proce'dure d'enque^te ne participeraient
pas a` la conduite de ladite enque^te, qui serait limite'e au Comite' et a`
l'E'tat partie.

     E'le'ment 21

96.  Certaines de'le'gations ont releve' que le sens de l'expression "re'sultat
satisfaisant" n'e'tait pas clair.  D'autres se sont demande' quelle serait
l'attitude du Comite' au cas o— un E'tat partie refuserait de fournir les
renseignements demande's.

     E'le'ment 22

97.  Certaines de'le'gations se sont demande' si le Comite', a` l'issue de la
proce'dure, serait habilite' a` en publier le compte rendu dans son rapport
annuel sans l'accord de l'E'tat partie.  On a rappele' la pratique observe'e dans
le cadre de la Convention contre la torture, qui consistait a` consulter l'E'tat
partie, mais sans obligation d'obtenir son accord.

     E'le'ment 23

98.  Selon un avis, il serait superflu d'exiger qu'un E'tat partie s'engage a`
aider le Comite' e'tant donne' qu'une telle coope'ration e'tait cense'e re'sulter
de l'acte de ratification.

     E'le'ment 24

99.  Plusieurs de'le'gations ont insiste' sur la ne'cessite' de faire largement
connai^tre le protocole facultatif et ont propose' les adjonctions ou les
formules de remplacement ci-apre`s : "... assureraient une large diffusion aux
dispositions du protocole facultatif dans leur pays", ou "la proce'dure de
recours et la proce'dure d'enque^te devraient e^tre diffuse'es aussi largement
que possible".  Tout en insistant sur la participation des organes et des
institutions des Nations Unies a` ces efforts, certaines de'le'gations ont e'te'
d'avis que la question fasse l'objet d'une re'solution pluto^t que d'e^tre
traite'e dans le protocole facultatif proprement dit.

     E'le'ment 26

100. La Convention ayant re'cemment e'te' modifie'e au sujet de la longueur des
sessions du Comite', il a e'te' sugge're' de laisser au Comite' le soin de
de'cider de la question dans le cadre de son re`glement inte'rieur.  D'autres
de'le'gations se sont demande' s'il n'y aurait pas lieu de pre'voir des sessions
annuelles supple'mentaires et ont demande' des pre'cisions au sujet du temps dont
le Comite' pourrait avoir besoin pour s'acquitter de ses obligations en vertu
d'un protocole facultatif.  S'agissant des sources e'ventuelles de financement
des travaux du Comite' en vertu du protocole facultatif, la question a e'te'
souleve'e de savoir si le financement proviendrait du budget ordinaire de l'ONU,
des E'tats parties a` la Convention ou des E'tats parties au protocole
facultatif.  On a fait observer que tous les organes cre'e's par des traite's
relatifs aux droits de l'homme e'taient finance's au titre du budget ordinaire
de l'ONU.

101. Plusieurs de'le'gations ont releve' un manque de clarte' dans l'e'tendue des
"compe'tences juridiques" dont il e'tait question, de me^me que dans la
composition du Comite', en particulier concernant la ne'cessite' de disposer de
meilleures compe'tences juridiques parmi ses membres.  L'on a releve' que
lorsqu'ils adopteraient le protocole facultatif, les E'tats parties devraient
de'terminer le niveau de ces compe'tences lorsqu'ils e'liraient les membres du
Comite'.  Me^me s'il fallait s'attendre a` ce que le Secre'tariat aide le Comite'
dans sa tƒche, les membres du Comite' eux-me^mes devraient aussi disposer des
compe'tences ne'cessaires.

     E'le'ment 27

102. Plusieurs de'le'gations ont pense' qu'il serait peut-e^tre ne'cessaire de
spe'cifier le nombre de ratifications requises pour que le protocole facultatif
puisse entrer en vigueur.  Une de'le'gation a propose' qu'il puisse entrer en
vigueur apre`s le de'po^t de cinq instruments de ratification, mais d'autres
de'le'gations ont pense' qu'il faudrait viser a` ce que le protocole facultatif
soit ratifie' par le plus grand nombre possible d'E'tats parties apre`s son
adoption.  D'autres de'le'gations estimaient e'galement ne'cessaire d'encourager
le plus grand nombre de ratifications possible et ont avance' qu'e'tablir un
seuil plus e'leve' pour l'entre'e en vigueur du protocole faciliterait peut-e^tre
la re'alisation de cet objectif.

     E'le'ment 28

103. Si certaines de'le'gations ont propose' que les E'tats parties qui
ratifieront le protocole facultatif soient tenues d'accepter les deux
proce'dures qui y seraient vise'es, d'autres de'le'gations ont sugge're' que,
comme cela est pre'vu a` l'article 28 de la Convention contre la torture, les
E'tats parties aient la possibilite' de ne pas reconnai^tre l'une des deux
proce'dures.  Il a e'te' propose' que des dispositions de ce type ne s'appliquent
qu'a` la proce'dure d'enque^te et non a` la proce'dure de communications.  Il a
par ailleurs e'te' recommande' que, me^me si cette possibilite' existait, la
ratification du protocole facultatif ne devrait pas s'accompagner de re'serves,
dans la mesure o— cet instrument traitait de questions de proce'dure.  D'autres
de'le'gations ont fait observer que la possibilite' de formuler des re'serves
serait peut-e^tre ne'cessaire pour recueillir un grand nombre de ratifications,
mais que les re'serves incompatibles avec le but et l'objectif du protocole
facultatif ne devraient pas e^tre autorise'es, conforme'ment aux principes
e'tablis du droit international.  On a fait observer que le premier protocole
facultatif ne contenait pas de disposition excluant les re'serves.  Les
de'le'gations ont aussi rappele' le de'bat sur les re'serves auquel avait donne'
lieu l'e'le'ment 5.

                      C.  De'bat sur la protection en justice

104. Le Groupe de travail a examine', lors du de'bat ge'ne'ral, les vues
exprime'es et les e'le'ments contenus dans la suggestion 7 et tenu un nouveau
de'bat sur la question de la protection en justice.  Des de'clarations ont e'te'
faites par deux membres du Comite' des droits de l'homme sur cette question,
suivies d'un e'change de vues avec le Groupe de travail.

105. Quelques de'le'gations ont fait valoir qu'un protocole facultatif devrait
englober toutes les dispositions de la Convention et que la question de leur
protection en justice ne devrait pas entraver son e'laboration.  Tout en notant
les diffe'rents degre's de pre'cision des droits et obligations des E'tats
parties aux termes de la Convention, a` savoir l'octroi de droits, l'exe'cution
d'activite's et l'adoption de mesures approprie'es, elles ont souligne' le
caracte`re juridique de l'instrument qui devait e^tre exe'cute' de bonne foi par
les E'tats parties.  Elles ont fait valoir que c'e'tait a` l'organe conventionnel
qu'il appartenait de de'terminer, dans chaque cas, et de manie`re raisonnable si
une disposition devait ou non be'ne'ficier d'une protection en justice et si un
E'tat partie s'e'tait acquitte' des obligations qu'il avait contracte'es.  Ces
de'le'gations conside'raient que l'objectif de la Convention - l'e'galite' des
femmes et des hommes en ce qui concerne la jouissance de leurs droits et
l'e'limination de la discrimination - et celui d'un protocole facultatif, qui
e'tait d'ame'liorer l'efficacite' de la Convention, permettraient a` l'organe de
supervision, sur la base de faits concrets, de de'terminer si un E'tat partie
avait rempli ses obligations.  Tout en notant qu'un E'tat partie disposait
d'une certaine liberte' d'action en ce qui concerne l'exe'cution de ses
obligations et la de'termination des mesures a` prendre, certaines de'le'gations
ont e'galement souligne' que les mesures prises par un E'tat partie afin de
s'acquitter de ses obligations conventionnelles e'taient examine'es avec soin
par l'organe en question.  D'aucunes ont souligne' le ro^le important du
protocole facultatif en tant que me'canisme de recours pour les femmes et de
renforcement du respect de leurs droits.

106. Plusieurs de'le'gations ont fait observer que, compte tenu de la pratique,
la jurisprudence et des e'crits spe'cialise's, il n'e'tait plus possible de
maintenir la distinction classique entre les droits civils et politiques comme
pouvant e^tre de'fendus en justice, et les droits e'conomiques, sociaux et
culturels, qui ne le pourraient pas.  On pouvait trouver des e'le'ments de ces
deux types de droits dans les deux cate'gories.  Habiliter le Comite' a`
de'terminer la protection en justice de certains droits dans chaque cas
permettrait e'galement de de'velopper la jurisprudence sur la question de la
protection en justice des dispositions relatives aux droits de l'homme.  Cela
pourrait e'galement encourager les E'tats parties a` mettre en place des
proce'dures de recours efficaces a` l'intention des femmes.

107. Tout en reconnaissant les difficulte's que pourrait soulever la
de'termination de la protection en justice de certaines dispositions suivant
une proce'dure de pre'sentation de communications individuelles, diverses
de'le'gations ont mis en garde contre un classement des dispositions
conventionnelles en deux cate'gories : d'une part, celles pouvant be'ne'ficier
d'une protection en justice et, de l'autre, celles n'en be'ne'ficiant pas. 
Elles ont fait observer que cela compromettrait gravement l'inte'grite' et
l'unite' de la Convention et e'tablirait une hie'rarchie de droits plus et moins
importants.  Le droit a` l'e'galite' et a` la non-discrimination avait en soi
e'te' accepte' en tant que droit pouvant be'ne'ficier d'une protection en justice
par les me'canismes relatifs aux droits de l'homme, notamment le Pacte
international relatif aux droits civils et politiques et le protocole facultatif
s'y rapportant, et la Convention internationale sur l'e'limination de toutes les
formes de discrimination raciale.  Les me'canismes re'gionaux, comme la
Convention europe'enne des droits de l'homme,la Convention interame'ricaine et 
la Charte africaine, contenaient diffe'rents types de droits et pre'voyaient des
proce'dures de pre'sentation de communications individuelles et/ou des
proce'dures d'enque^te, mais n'e'tablissaient pas de distinction entre les droits
pouvant be'ne'ficier d'une protection en justice et ceux qui ne le pouvaient pas.

108. D'autres de'le'gations ont exprime' des doutes au sujet de l'inclusion de
toutes les dispositions de la Convention dans le cadre d'une proce'dure de
pre'sentation de communications individuelles.  Tout en reconnaissant que
certains droits reve^taient un caracte`re pre'cis et se pre^taient a` une
proce'dure de recours, d'autres e'taient d'ordre ge'ne'ral, rendant difficile la
de'termination de la base des recours individuels, compte tenu de la marge
d'appre'ciation des E'tats parties en ce qui concerne les mesures a` prendre. 
Les articles 3 et 5 et certaines dispositions de l'article 10 ont 
e'te' mentionne's comme exemples o— l'introduction de recours individuels 
pouvait se heurter a` des difficulte's.  D'aucunes ont e'tabli une 
comparaison avec les situations nationales, o— les droits civils 
et politiques pouvaient be'ne'ficier d'une protection en justice.

109. a` ce sujet, plusieurs de'le'gations ont estime' qu'il n'appartenait pas au
Comite' de prendre une de'cision sur la protection en justice dans chaque cas
mais que cette question devrait e^tre re'gle'e entre les E'tats membres.  Il
faudrait e'galement examiner les diffe'rences entre les divers 
syste`mes juridiques en ce qui concerne la de'termination de l'e'puisement 
des recours internes et la question de savoir qui aurait qualite' 
pour agir.  La question de la de'termination de l'e'puisement des 
recours internes eu e'gard aux dispositions de la Convention relatives 
aux mesures a` prendre, y compris l'e'valuation de l'e'puisement des 
recours non judiciaires, a e'te' pose'e.  Il fallait examiner la question 
des effets que les droits e'nonce's pouvaient avoir a` l'e'gard de tiers,
c'est-a`-dire de particuliers, et les conse'quences des dispositions de la
Convention.

110. Pluto^t que de classer les dispositions en deux cate'gories - celles
pouvant be'ne'ficier d'une protection en justice et celles qui ne le peuvent pas
-, il a e'te' sugge're' qu'il fallait examiner plus avant l'objectif du protocole
facultatif et en de'terminer l'applicabilite'.  Un crite`re de recevabilite'
pouvait e^tre l'existence de preuves dignes de foi d'une tendance 
syste'matique a` des violations flagrantes des droits garantis dans la
Convention, dans l'esprit de la proce'dure 1503.  Il a e'galement e'te' 
estime' qu'une solution pouvait e^tre recherche'e par la de'termination du 
mandat et des pouvoirs du Comite', ainsi que du type de recommandations 
qu'il pouvait faire a` la fin d'une proce'dure de pre'sentation de
communications.  a` ce sujet, il a e'te' propose' que les
observations formule'es n'aient pas force obligatoire, permettant a` l'E'tat
partie de parvenir a` une conclusion diffe'rente de celle du Comite'.  Si, aux
termes des dispositions plus spe'cifiques, les vues du Comite' pouvaient e^tre
tre`s pre'cises, dans d'autres cas, il s'agirait davantage d'un dialogue entre
le Comite' et l'E'tat partie.

111. Certaines de'le'gations, notant la nature quasi judiciaire d'un protocole
facultatif, ont fait observer que les membres du Comite' devraient avoir des
compe'tences juridiques.  D'autres, compte tenu de la composition du Comite'
pour l'e'limination de la discrimination raciale, ont souligne' l'utilite'
d'avoir des non-juristes parmi les membres du Comite', de fac'on que la
combinaison de compe'tences juridiques et non juridiques permette de 
parvenir a` une de'cision plus juste et plus e'quitable.

     Points ge'ne'raux

112. Il a e'te' propose' d'ajouter un e'le'ment afin d'inclure une mention du
re`glement inte'rieur du Comite' dans le protocole facultatif.

113. On a fait observer qu'un certain nombre d'e'le'ments qu'il e'tait propose'
d'inclure dans le protocole facultatif refle'tait la pratique des organes de
protection des droits de l'homme.  Des doutes ont e'te' e'mis quant a` la
question de savoir s'il convenait de les inte'grer dans un protocole facultatif
ou si le Comite' devait les de'velopper dans son re`glement inte'rieur.  Il
faudrait e'viter de mettre au point un instrument rigide.



                                     Appendice

              RE'SUME' DES EXPOSE'S PRE'SENTE'S PAR DES EXPERTS DU COMITE'
              DES DROITS DE L'HOMME INTERVENANT a` TITRE PERSONNEL ET
                             DES DE'BATS TENUS AVEC EUX

1.   M. Rajsoomer Lallah a note' que, si le Pacte international relatif aux
droits civils et politiques ne couvrait pas toutes les dispositions contenues
dans la Convention sur l'e'limination de toutes les formes de discrimination a`
l'e'gard des femmes, les articles 2 et 3 du Pacte traitaient de l'e'galite' et
de la non-discrimination dans la jouissance des droits reconnus dans le Pacte,
et l'article 26 portait sur l'e'galite' devant la loi et la protection e'gale de
la loi.  Il y avait actuellement 87 E'tats parties au premier Protocole
facultatif.

2.   M. Lallah a passe' en revue les deux e'tapes de l'examen d'une
communication, a` savoir la de'termination de la recevabilite' et la proce'dure
d'examen quant au fond d'une affaire.  Il a fait observer que certaines
dispositions du premier Protocole facultatif avaient e'te' de'veloppe'es
progressivement avec la pratique du Comite', notamment des questions telles que
l'e'puisement des recours internes, le statut devant la justice, les mesures
conservatoires et le suivi des de'cisions prises sur le fond d'une affaire.  Il
a e'voque' le fait que la proce'dure se de'roulait par e'crit et que les sources
d'information recevables e'taient e'crites, le fait que le Comite' n'e'tait dote'
d'aucun pouvoir d'enque^te, et que le traite' faisait obligation aux E'tats
parties de prendre des mesures correctives en cas de violation, me^me si les
constatations du Comite' n'avaient pas un caracte`re obligatoire.  Il a 
passe' en revue des affaires que le Comite' des droits de l'homme avait
examine'es au titre de l'article 26, en faisant observer que le Comite' 
avait constate' que l'article 26 e'tablissait le droit fondamental a` 
l'e'galite' devant la loi, qui n'e'tait pas limite'e aux droits prote'ge's 
en vertu du Pacte international relatif aux droits civils et politiques.  
S'il e'tait vrai que l'on pouvait e'viter des conflits dans les de'cisions 
entre les diffe'rentes proce'dures en e'tablissant des crite`res de 
recevabilite', un certain chevauchement n'e'tait ne'anmoins pas
entie`rement inde'sirable.

3.   Mme Cecilia Medina Quiroga et M. Fausto Pocar, intervenant sur la
question de la protection en justice, ont fait observer que le Comite' pour
l'e'limination de la discrimination a` l'e'gard des femmes pourrait, dans le
cadre d'un protocole facultatif a` la Convention sur l'e'limination de toutes
les formes de discrimination a` l'e'gard des femmes, mettre a` profit la
jurisprudence de'ja` e'tablie par le Comite' des droits de l'homme.  Ils ont
convenu que, dans la mesure o— la Convention elle-me^me se fondait sur les
principes de non-discrimination et d'e'galite', toutes ses autres dispositions
pouvaient e^tre relie'es au de'part a` ces principes.  La disposition de
non-discrimination e'tant reconnue comme be'ne'ficiant de la protection en
justice et e'tant soumise a` l'examen des organes de suivi des traite's, ils
conside'raient que toutes les dispositions de la Convention e'taient prote'ge'es
en justice.  Ils ont convenu que certaines de ces dispositions, notamment
celles reque'rant les E'tats parties de prendre des mesures approprie'es,
risquaient de susciter certaines difficulte's pour ce qui e'tait d'e'valuer 
la mesure dans laquelle les E'tats parties s'exe'cutaient.  Ils ont souligne'
 qu'une de'cision sur la protection en justice de telle ou telle disposition
devait e^tre laisse'e au Comite', compte tenu des obligations d'un E'tat 
partie de s'acquitter de bonne foi, et de fac'on raisonnable, des 
obligations qui lui incombaient.  Les deux experts ont vigoureusement 
mis en garde contre toute classification a priori des droits selon 
qu'ils e'taient ou non prote'ge's en justice.

4.   Il a e'te' fait observer en outre qu'il n'e'tait pas possible de faire une
distinction nette entre les dispositions qui e'taient prote'ge'es en justice et
celles qui ne l'e'taient pas.  Comme le montraient un certain nombre d'articles
du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, la protection
en justice d'une disposition conventionnelle e'tait aussi question de degre'. 
Un certain nombre des dispositions du Pacte faisaient obligation a` un E'tat
partie non seulement de respecter un droit, mais aussi de prendre des mesures
pour en assurer la jouissance.  L'organe de suivi e'valuait l'ade'quation des
mesures ainsi prises par rapport aux normes e'nonce'es dans le traite' en
question.

5.   L'existence de recours internes, y compris les recours non judiciaires,
e'tait conside're'e comme essentielle, et l'ade'quation de ces recours e'tait
soumise a` l'examen d'un organe de suivi.  Cela e'tait particulie`rement vrai du
droit a` la non-discrimination.  Il a e'te' souligne' que la Convention octroyait
des droits aux femmes, me^me si ses dispositions e'taient formule'es sous la 
forme d'obligations faites aux E'tats parties.  Les constatations du Comite' des
droits de l'homme avaient force de recommandations.  Quant a` la question du
chevauchement entre les proce'dures, les experts ont souligne' l'importance
exceptionnelle que la Convention sur l'e'limination de toutes les formes de
discrimination a` l'e'gard des femmes accordait aux femmes au sein du syste`me
de protection des droits de la personne humaine.  Pour ce qui e'tait des
re'serves, un expert a releve' qu'en principe elles e'taient autorise'es en ce
qui concernait le premier Protocole facultatif.  L'on ne pouvait toutefois pas
introduire de re'serves au Pacte international relatif aux droits civils et
politiques par l'interme'diaire du Protocole.  En outre, si le Comite' des
droits de l'homme n'e'tait pas habilite' a` examiner les articles sur lesquels
des re'serves avaient e'te' e'mises au titre du Protocole, il avait compe'tence
pour de'terminer si une re'serve e'tait compatible avec le Pacte et, par voie 
de conse'quence, la recevabilite' d'une communication.

 
    	

 


This document has been posted online by the United Nations Department of Economic and Social Affairs (DESA). Reproduction and dissemination of the document - in electronic and/or printed format - is encouraged, provided acknowledgement is made of the role of the United Nations in making it available.

Date last updated: 06 December 1999 by DESA/DAW
Copyright © 1999 United Nations