Action de l'ONU pour maîtriser les menaces écologiques en Asie du Sud

31 décembre 2004 – L'agence de l'ONU pour l'environnement a décidé de mobiliser dès à présent un million de dollars pour s'attaquer aux problèmes écologiques qui menacent la santé des survivants du tsunami en Asie du Sud, tels que les systèmes d'assainissement et la salinisation des réserves d'eau potable.

Le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) a alloué en urgence une aide d'un million de dollars pour « répondre aux besoins immédiats » dans les régions touchées par le raz-de-marée, indique un communiqué de l'agence communiqué rendu public jeudi 30 décembre à Nairobi.

Il est « essentiel » de s'attaquer « aux préoccupations écologiques pressantes qui menacent la santé des survivants », a expliqué le PNUE.

Le Programme a décidé de créer un Groupe de travail, basé à Genève et chargé de la coordination de toutes les contributions du système du PNUE, pour « identifier et mitiger l'impact environnemental du désastre » et pour apporter soutenir les efforts des pays affectés et de l'Organisation des Nations Unies ».

« Notre soutien, » a souligné Klaus Toepfer, directeur du PNUE, « se fait l'écho des demandes exprimées par les autorités nationales qui souhaitent voir des experts en matière d'environnement évaluer et atténuer les problèmes les plus urgents. Par conséquent, nous envoyons des experts travailler avec les gouvernements des équipes des Nations Unies oeuvrant déjà sur le terrain. »

« Bien que le plus important reste de sauver des vies et de combattre les maladies, il est tout aussi urgent d'adresser les problèmes sous-jacents, tels que les déchets liquides et solides, les produits chimiques industriels, les systèmes d'assainissement et la salinisation des réserves d'eau potable. Si la destruction des ports et des infrastructures industrielles se révèle importante, la santé des populations pourrait être gravement menacée », a expliqué Klaus Toepfer.

Par ailleurs, plusieurs gouvernements de la région ont insisté auprès du PNUE sur l'importance de la mise en place de systèmes efficaces d'alerte rapide. La question occupera une place proéminente dans l'ordre du jour de deux réunions internationales auxquelles le PNUE sera un contributeur important. La première, qui se tiendra du 10 au 14 janvier 2005, est la Conférence internationale sur les petits Etats insulaires de Maurice. La seconde est la Conférence mondiale sur la prévention des catastrophes prévue à Kobe (Japon), du 18 au 22 janvier.

Hier, l'UNESCO indiquait qu'elle mettait à l'étude l'extension du système d'alerte rapide aux tsunamis existant dans l'océan Pacifique à l'océan Indien (voir notre dépêche du 30 décembre 2004).

- Dossier spécial 'tsunami' sur le site de l'ONU