Nouvelles restrictions et humiliations israéliennes imposées au personnel de l'ONU

Peter Hansen

24 septembre 2004 – L'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens proteste contre les nouvelles restrictions imposées par le gouvernement israélien à la liberté de mouvement de son personnel à Gaza à et la façon humiliante dont il est traité par les soldats israéliens aux postes frontières.

L'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA selon son acronyme en anglais) proteste, dans un communiqué publié aujourd'hui à Gaza, contre les nouvelles restrictions imposées par le gouvernement israélien affectant la liberté de mouvement du personnel de l'ONU à l'entrée et à la sortie de la bande de Gaza.

Les membres de l'équipe internationale porteurs de laissez-passer ONU sont maintenant obligés de franchir la frontière à pied et d'utiliser le point de passage des ouvriers palestiniens. « Seuls ceux qui ont un visa diplomatique peuvent traverser en voiture mais même ceux-là ont l'interdiction de transporter leurs collègues de l'ONU », précise le communiqué.

L'UNRWA s'inquiète du fait que « ce passage à pied expose le personnel de l'agence à des risques considérables comme en témoignent de nombreux incidents survenus dans un passé récent. » C'est d'ailleurs pourquoi cette façon de faire était jusqu'à présent interdite par les lois de l'ONU sur la sécurité. Conclusion : « la nouvelle restriction imposée par le gouvernement israélien empêche les membres du personnel de l'ONU d'entrer et sortir de Gaza », souligne l'agence.

Hier, indique-t-elle, « plusieurs membres du personnel qui avaient besoin de se rendre à l'étranger en passant soit par l'aéroport Ben Guiron soit par le pont Allenby ont été retardés cinq heures à Erez pour finalement se voir refuser le passage dans la voiture d'un collègue porteur d'un visa diplomatique ».

Après qu'un officiel a finalement autorisé le passage à pied, « ils ont été soumis à des fouilles humiliantes de la part des soldats israéliens et de nouveau retardés », ajoute l'UNRWA.

Le commissaire général de l'UNRWA, Peter Hansen, se plaint dans le communiqué « d'avoir été déjà obligé de re-localiser la plupart du personnel étranger de l'agence à cause des mesures répétées prises par les autorités israéliennes mettant en danger la vie du personnel. » Il a par ailleurs répété qu'il était indispensable que la liberté et la sécurité de son personnel soient respectées.

Peter Hansen s'était déjà plaint au début du mois des restrictions imposées par Israël (voir notre précédente dépêche sur le sujet.)

En savoir plus