Hans Blix : les informations sur les armes de destruction massive en Iraq seront obtenues une fois éliminée la crainte de la police secrète

Hans Blix

2 avril 2003 – Le chef des inspecteurs de l'ONU en Iraq, Hans Blix, a affirmé que si les armes de destruction massive existaient, elles pourraient être récupérées grâce aux informations fournies par les scientifiques et les responsables militaires et civils libérés de la crainte de la police secrète iraquienne.

"La question à 64 milliards de dollars -le coût actuel de la guerre à ce que l'on me dit - est la suivante : est-ce que ces armes existent?" s'est interrogé hier Hans Blix lors d'un entretien avec la radio de l'ONU.

Il a fait observer que la Mission d'inspection de l'ONU en Iraq n'avait jamais constaté la présence de telles armes en Iraq et que les Américains et les Britanniques n'en ont pas découvert non plus à ce jour. Les recherches des Etats-Unis seront facilitées le jour où les gens n'auront plus peur de parler, a-t-il dit.

M. Blix a écarté par ailleurs l'éventualité de l'utilisation par l'Iraq d'agents chimiques comme le gaz moutarde, le sarin ou le VX au cours du conflit actuel. "Leur utilisation feraient apparaître ces gens comme des menteurs et donnerait à la guerre une plus grande justification qu'elle n'en a pour beaucoup de personnes aujourd'hui", a-t-il ajouté.

M. Blix a réaffirmé que les inspecteurs de l'ONU se tenaient prêts à retourner en Iraq, mais confirmé qu'il abandonnerait ses fonctions à la fin de juin.