Le chef des droits de l'homme de l'ONU exhorte les autorités iraniennes à désamorcer les tensions

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein. Photo ONU/Pierre Albouy

3 janvier 2018 – Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a appelé mercredi les autorités iraniennes « à gérer avec précaution la vague de manifestations qui a lieu dans le pays afin de ne pas aggraver la violence et les troubles » et à enquêter sur les décès survenus jusqu'à présent.

« Je suis profondément troublé par les informations selon lesquelles plus de 20 personnes, dont un garçon de 11 ans, sont mortes et des centaines ont été arrêtées lors de la récente vague de manifestations en Iran », a déclaré M. Zeid dans un communiqué de presse.

« Les autorités iraniennes doivent respecter les droits de tous les manifestants et détenus, y compris leur droit à la vie, et garantir leur sûreté et leur sécurité. Des enquêtes approfondies, indépendantes et impartiales doivent être menées sur tous les actes de violence commis et les autorités doivent déployer des efforts concertés pour veiller à ce que toutes les forces de sécurité réagissent d'une manière proportionnée, strictement nécessaire et pleinement conforme au droit international », a-t-il ajouté.

Le chef des droits de l'homme a souligné que les citoyens iraniens qui descendent dans la rue pour exprimer leur mécontentement ont le droit d'être entendus et que les problèmes qu'ils soulèvent devraient être résolus par le dialogue, dans le plein respect de la liberté d'expression et du droit de réunion pacifique.

« Il incombe aux autorités de faire en sorte que leurs actions ne provoquent pas une escalade de la violence, comme cela s'est produit en 2009 », a averti M. Zeid. « Les autorités doivent prendre toutes les mesures pour s'assurer que cela ne se reproduise plus ».

Le Haut-Commissaire a exhorté les autorités à libérer tous les manifestants qui ont été arbitrairement privés de liberté ou pénalisés de quelque manière que ce soit pour avoir exprimé leurs opinions et protesté de manière pacifique. « Les manifestations pacifiques ne doivent pas être criminalisées », a-t-il déclaré. « Elles sont une partie légitime du processus démocratique ».

De son côté, le Secrétaire général de l'ONU, d'António Guterres, « suit avec préoccupation les récents développements en République islamique d'Iran », a dit son porte-parole adjoint, Farhan Haq, dans une déclaration à la presse.

Le chef de l'ONU « déplore les pertes en vies humaines lors de manifestations. Il demande instamment le respect des droits de réunion pacifique et de la liberté d'expression, et que toute manifestation se déroule de manière pacifique. De nouvelles violences doivent être évitées », a-t-il ajouté.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Iran : l'ONU déplore les morts lors de manifestations

En savoir plus