Le Conseil de sécurité réaffirme son ferme appui à la stabilité du Liban

Le Conseil de sécurité de l’ONU. Photo ONU/JC McIlwaine (archives)

20 décembre 2017 – Le Liban doit être protégé des crises qui déstabilisent le Moyen-Orient. C'est le message adressé par le Conseil de sécurité à l'ensemble de la communauté internationale et à toutes les parties libanaises.

Dans une déclaration de presse publiée mardi soir, les membres du Conseil se sont félicités du retour au Liban du Premier Ministre, Saad Hariri, et de sa décision de poursuivre son mandat.

Dans ce contexte, ils ont salué la tenue à Paris, le 8 décembre, d'une réunion ministérielle du Groupe international d'appui au Liban, présidée par l'ONU et la France, à laquelle a participé le Premier Ministre libanais, et ont accueilli favorablement la Déclaration conjointe publiée à l'issue de la réunion. Ils ont également salué les efforts qui avaient contribué à la reprise du Conseil des ministres, le 5 décembre.

Dans leur déclaration, les membres du Conseil ont réaffirmé leur ferme appui à la stabilité, à la sécurité, à l'intégrité territoriale, à la souveraineté et à l'indépendance politique du Liban et ont demandé à tous les États et organisations de la région d'y œuvrer.

Les membres du Conseil ont demandé à toutes les parties libanaises de mettre en œuvre une politique concrète de dissociation des conflits externes.

Ils ont également réaffirmé leur soutien à l'action menée par les autorités libanaises pour rétablir le fonctionnement normal des institutions et préparer la tenue d'élections législatives d'ici à mai 2018.

Le Conseil engage aussi le gouvernement libanais à accélérer encore son programme de réformes pour que s'installe une stabilité politique et économique reposant sur un État fonctionnel, transparent et démocratique, avec la pleine participation des femmes et des hommes.

Les membres du Conseil ont salué la générosité des efforts consentis par les autorités et le peuple libanais, qui n'avaient cessé d'accueillir des réfugiés syriens. Ils ont également rappelé que tout retour des réfugiés devrait se faire, lorsque les conditions le permettraient, dans le strict respect du droit international.

Les membres du Conseil ont prié instamment le Groupe international d'appui au Liban de continuer de s'attacher, en coordonnant son action avec celle du Bureau de la Coordonnatrice spéciale des Nations Unies pour le Liban, à chercher des moyens de concourir à trouver une solution aux problèmes qui menacent la sécurité et la stabilité du Liban.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Liban : le chef de l'ONU préoccupé par l'annonce de la démission de Saad Hariri

En savoir plus