Jusqu'à 650.000 personnes meurent chaque année de maladies respiratoires liées à la grippe saisonnière, selon l’OMS

Une employée de laboratoire teste un antibiotique. Photo PAHO/Joshua Cogan

14 décembre 2017 – Jusqu'à 650.000 décès chaque année sont associés à des maladies respiratoires dues à la grippe saisonnière, selon de nouvelles estimations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies et d'autres organisations partenaires.

Cela représente une augmentation par rapport à l'estimation mondiale précédente (entre 250.000 et 500.000 décès), qui date de plus de dix ans et couvre tous les décès liés à la grippe, y compris les maladies cardiovasculaires ou le diabète.

Les nouveaux chiffres (entre 290.000 à 650.000 décès) s'appuient sur des données plus récentes provenant d'un groupe de pays plus vaste et plus diversifié, y compris des pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure, et excluent les décès dus à des maladies non respiratoires.

« Ces chiffres soulignent le lourd fardeau de la grippe et son coût social et économique substantiel pour le monde », a déclaré le Dr Peter Salama, Directeur exécutif du Programme des urgences sanitaires de l'OMS. « Ils soulignent l'importance de la prévention de la grippe pour les épidémies saisonnières et de la préparation aux pandémies ».

Les estimations tiennent compte des conclusions d'études récentes sur la mortalité respiratoire dues à la grippe, notamment une étude menée par les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies, publiée dans The Lancet jeudi 14 décembre.

Selon cette étude, la plupart des décès surviennent chez les personnes âgées de plus de 75 ans et dans les régions les plus pauvres du monde. L'Afrique subsaharienne représente le plus grand risque de mortalité due à la grippe dans le monde, suivie de près par la Méditerranée orientale et l'Asie du Sud-Est.

« Tous les pays, riches et pauvres, grands et petits, doivent travailler ensemble pour contrôler les flambées de grippe avant l'arrivée de la prochaine pandémie. Cela inclut le renforcement des capacités de détection et de réponse aux épidémies, et le renforcement des systèmes de santé pour améliorer la santé des personnes les plus vulnérables et les plus à risque », a déclaré le Dr Salama. p>Audio: Gregory Hartl, porte-parole de l’OMS.Crédit: Nations Unies

L'OMS encourage les pays à donner la priorité à la prévention de la grippe et à produire des estimations nationales pour guider les politiques de prévention. La vaccination annuelle contre la grippe est recommandée pour prévenir les maladies et les complications de l'infection grippale.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Dix-sept millions d'enfants de moins d'un an respirent un air toxique, selon l'UNICEF

En savoir plus