Yémen : l'ONU appelle à une « pause humanitaire »

Un vélo d’enfant au milieu des décombres d’une maison détruite dans la capitale du Yémen, Sana’a. (archive) Photo: OCHA / Charlotte Cans

4 décembre 2017 – Suite à une recrudescence des combats observée dans la capitale yéménite Sanaa, le Coordinateur humanitaire des Nations Unies au Yémen, Jamie McGoldrick, a appelé lundi toutes les parties en conflit à observer d'urgence une « pause humanitaire » mardi 5 décembre, entre 10 heures et 16 heures. Une trêve de six heures « afin de permettre aux civils de sortir de chez eux et aller chercher aide et protection, et de faciliter les déplacements des travailleurs humanitaires pour qu'ils assurent la poursuite des opérations humanitaires ».

Dimanche, le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, s'est dit profondément préoccupé par l'escalade des combats et des frappes aériennes de ces derniers jours à Sanaa et dans d'autres régions du Yémen. Des violences qui ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés, dont des civils.

« Les combats limitent le mouvement des populations et des services d'assistance vitale à l'intérieur de la ville de Sanaa », a déclaré dans un communiqué le porte-parole du Secrétaire général. « Les ambulances et les équipes médicales ne peuvent pas avoir accès aux blessés et les gens ne peuvent pas sortir de chez eux pour acheter de la nourriture et tout ce dont ils ont besoin. Les travailleurs humanitaires ne peuvent pas se déplacer et mettre en œuvre les programmes visant à sauver des vies alors que des millions de Yéménites comptent sur l'aide humanitaire pour survivre ».

Depuis 2014, le Yémen est déchiré par une guerre civile opposant les Houthis aux forces fidèles à l'ancien président Ali Abdallah Saleh. « Le Secrétaire général réitère qu'il n'y a pas de solution militaire au conflit au Yémen », a rappelé son porte-parole. « Il appelle toutes les parties à s'engager, de façon significative, avec les Nations Unies, à revitaliser des négociations inclusives sur un règlement politique ».

De son côté, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a annoncé la nomination du Groupe d'experts sur le Yémen établi par le Conseil des droits de l'homme.

Les trois membres de ce groupe sont Kamel Jendoubi (Tunisie), qui sera à la tête du groupe, Charles Garraway (Royaume-Uni) et Melissa Parke (Australie).

Selon M. Zeid l'escalade de la violence ces derniers jours à Sana'a, la capitale du Yémen, montre l'horrible impact de la guerre sur les civils.

« Depuis trois ans, la population du Yémen est soumise à la mort, à la destruction et au désespoir. Il est essentiel que ceux qui infligent ces violations et abus rendent des comptes », a déclaré le Haut-Commissaire dans un communiqué de presse.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Yémen : l'ONU appelle la coalition menée par l'Arabie saoudite à lever complètement le blocus des ports de la mer Rouge

En savoir plus