Condamnation de Ratko Mladic : « une victoire capitale pour la justice », selon le Chef des droits de l'homme de l'ONU

Ratko Mladic, ancien commandant de l’armée des Serbes de Bosnie, lors de son jugement de première instance devant le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie. Photo: TPIY

22 novembre 2017 – Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad al Hussein, a salué mercredi la condamnation de Ratko Mladic à la prison à perpétuité pour génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre.

Le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) a déclaré mercredi l'ancien chef militaire des Serbes de Bosnie coupable de « génocide, de crimes contre l'humanité et de violations des lois ou coutumes de la guerre ». Ces crimes ont été commis par les forces serbes pendant le conflit en Bosnie‑Herzégovine entre 1992 et 1995. Ratko Mladić a été condamné à une peine d'emprisonnement à vie.

Dans un communiqué rendu public à Genève, le Haut-Commissaire a présenté M. Mladic comme « la quintessence du mal » et a salué sa condamnation comme « une victoire capitale pour la justice ».

« Mladic a présidé à certains des crimes les plus sombres survenus en Europe depuis la Deuxième guerre mondiale », a rappelé M. Zeid, qui a servi dans les années 1990 au sein de la Force de protection des Nations Unies dans l'ex-Yougoslavie (FORPRONU).

« Tous ceux qui se sont interrogés sur l'importance de la Cour pénale internationale (CPI) devraient réfléchir à ce cas », a prévenu le Chef des droits de l'homme de l'ONU. « Tous ceux qui commettent des crimes internationaux graves devraient désormais craindre ce résultat », a-t-il martelé.

Pour le Haut-Commissaire, le verdict rendu par le TPIY est un avertissement aux auteurs de tels crimes : ils n'échapperont plus à la justice internationale.

« Aussi puissants soient-ils, et quel que soit le temps qu'il faudra, les criminels devront rendre des comptes », a mis en garde le Haut-Commissaire.

« Un jour historique » pour la justice et les victimes d'atrocités

Le Conseiller spécial de l'ONU pour la prévention du génocide, Adama Dieng, s'est également félicité du verdict prononcé par le TPIY contre M. Mladic.

« Aujourd'hui est un jour historique », a déclaré mercredi M. Dieng dans un communiqué. « Le verdict du TPIY contre Ratko Mladic envoie un message clair : il n'y a pas d'espace pour l'impunité et la justice prévaudra », a -t-il ajouté le Conseil spécial qui a rendu hommage aux victimes des crimes commis par l'ancien chef militaire des Serbes de Bosnie.

« Ce verdict rend justice à ceux qui ont souffert à la suite des atrocités commises par M. Mladic », a dit M. Dieng. « Rien ne peut effacer les horreurs du passé, mais ils peuvent maintenant avoir la certitude de savoir que M. Mladic sera puni pour les crimes qu'il a commis ».

Le Conseiller spécial a souligné que la responsabilité pénale « ne concerne pas seulement le passé, mais aussi l'avenir » et constitue également une étape importante sur la voie de la réconciliation. « Dans une région où l'on voit nier certains des crimes les plus odieux commis pendant le conflit armé et la glorification des criminels de guerre, la justice seule ne mènera pas à la réconciliation, mais il ne peut y avoir de véritable réconciliation sans justice », a-t-il dit.

Pour M. Dieng, le verdict du TPIY envoie un message qui va au-delà de l'ex-Yougoslavie. « Ce verdict constitue un avertissement à tous ceux qui commettent ou tolèrent la commission de crimes atroces, ainsi que leur incitation, ou glorifient les auteurs », a dit le Conseil spécial. « Peu importe le temps que cela prend, la justice doit prévaloir. Les victimes des crimes de M. Mladic n'ont jamais perdu espoir d'être traduits en justice. Leur persévérance est un exemple pour nous ».


News Tracker: autres dépêches sur la question

22 ans après le massacre à Srebrenica, António Guterres appelle à reconnaître les tragédies du passé

En savoir plus