BONN : la Conférence de l'ONU va reconnaître le rôle des femmes dans l'action climatique

Des femmes et des hommes d’une communauté locale au Lesotho participent à des consultations pour développer des projets destinés à répondre aux effets du changement climatique (archives). Photo FAO

12 novembre 2017 – Alors que la Conférence des Nations Unies sur le climat (COP 23), à Bonn, en Allemagne, entame sa dernière semaine de négociations, la Présidence fidjienne a annoncé dimanche la finalisation d'un plan d'action sur le genre, qui reconnaît le rôle des femmes dans l'action climatique.

Lors d'une conférence de presse, le Président de la COP 23 et Premier ministre de Fidji, Frank Bainimarama, a déclaré que les Parties avaient finalisé ce plan, qui doit encore être formellement adopté. « Il reconnaît le rôle des femmes dans l'action climatique », a-t-il souligné.

« Il s'agit de l'intégration du genre dans tout le travail concernant la politique climatique à l'échelle nationale et internationale », a renchéri la Négociatrice en chef de la Présidence de la COP 23, Nazhat Shameen Khan.

Chefs d'État et de gouvernement, ministres et le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, sont attendus à la conférence de Bonn pour le segment de haut niveau, les 15 novembre et 16 novembre.

Pays et entreprises annoncent de nouvelles initiatives pour les forêts

En attendant leur venue, pays et entreprises ont annoncé dimanche de nouvelles initiatives pour réduire les émissions provenant de l'utilisation des forêts et établir une gestion durable des forêts.

« Les forêts ont cette capacité incroyable de stocker du carbone et nous n'avons pas assez investi », a déclaré Inger Andersen, Directrice général de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), lors d'une conférence de presse. « Protéger et restaurer les forêts est absolument essentiel à la réalisation de l'Accord de Paris, mais aussi à la réalisation des ODD (Objectifs de développement durable)».

Les initiatives annoncées dimanche comprennent une initiative équatorienne visant à réduire les émissions de CO2 de 15 millions de tonnes dans le secteur forestier; un engagement de l'entreprise Walmart en faveur de produits sans déforestation; la nouvelle politique de l'entreprise Mars Inc. visant à réduire son empreinte carbone de 27% d'ici 2025 et de 67% d'ici 2050 en s'attaquant à la déforestation tout au long de la chaîne de valeur de l'entreprise; et les efforts déployés par le Service des parcs nationaux du Gabon pour mettre un terme à l'exploitation forestière illégale.

L'industrie s'engage à mettre en oeuvre l'Accord de Paris

Le secteur industriel a également déclaré qu'il était prêt à fournir une grande partie des réductions d'émissions nécessaires pour atteindre l'objectif de l'Accord de Paris sur le climat, mais a ajouté que des partenariats nationaux et internationaux plus étroits avec les gouvernements aideraient les entreprises à prendre davantage de mesures, et plus rapidement.

« L'industrie agit sur le changement climatique comme jamais dans l'histoire », a déclaré Peter Bakker, PDG du Conseil mondial des entreprises pour le développement durable (WBCSD). « La transition vers une économie sobre en carbone est inévitable et les entreprises continueront à mettre en oeuvre les solutions nécessaires pour remplir l'Accord de Paris ».

Depuis 2015, plus de 600 entreprises dont les revenus combinés dépassent les 15.000 milliards de dollars ont pris plus de 1.000 engagements en faveur de l'action climatique par le biais de We Mean Business, une coalition mondiale à but non lucratif. Beaucoup notamment vont devenir 100% énergies renouvelables et collaborer entre secteurs grâce à l'initiative de Partenariat de la technologie à faible teneur en carbone (LCTPi).

Dirigeants locaux et régionaux signent un engagement pour aller plus vite

De leur côté, des dirigeants locaux et régionaux du monde entier ont signé dimanche l'Engagement Bonn-Fidji dans lequel ils promettent de prendre de nouvelles mesures, et plus rapidement, pour mettre en oeuvre l'Accord de Paris, alors que les villes sont responsables de près de 70% des émissions de gaz à effet de serre provenant des combustibles fossiles utilisés pour l'énergie et les transports.

Avec plus de la moitié de la population mondiale vivant dans les villes et devant s'approcher des deux tiers d'ici 2050, l'Engagement Bonn-Fidji vise à stimuler les efforts pour avancer vers un développement urbain durable.

L'Engagement englobe 19 initiatives, dont la Convention des maires et le Pacte des maires travaillant ensemble pour créer le Pacte mondial des maires pour le climat et l'énergie, une coalition de plus de 7.400 villes sur six continents et dans 121 pays pour réduire les émissions et rendre les économies et les sociétés résilientes au changement climatique.

De son côté, l'Organisation mondiale de la santé (OMS), en collaboration avec le Secrétariat des Nations Unies sur les changements climatiques (UNFCCC) et en partenariat avec la présidence fidjienne, a lancé une initiative pour protéger les populations des petits États insulaires en développement contre les effets du changement climatique. L'objectif est que, d'ici 2030, ces Etats auront des systèmes de santé résilients aux changements climatiques.

Enfin, Pierre Rolland, un cycliste professionnel français, venu participer à un 'Tour de Bonn' à vélo, a appelé les athlètes à travers le monde à rappeler aux gens que l'action climatique est très importante. « C'est une belle opération de rouler pour le climat », a-t-il déclaré.


News Tracker: autres dépêches sur la question

BONN : une conférence sur le climat pour maintenir l'ambition un an après l'entrée en vigueur de l'Accord de Paris

En savoir plus