BONN : des militants autochtones soulignent l'utilité de leurs connaissances pour l'adaptation climatique

Rosalia Yampis, une activiste autochtone du Pérou, est la directrice du programme femmes de l’Association interethnique pour le développement de la forêt pluviale péruvienne (AIDESEP). Photo: ONU Médias sociaux/ Karin Orantes

7 novembre 2017 – Des militants autochtones du Pérou ont déclaré ce mardi qu'ils voulaient contribuer à la lutte contre le changement climatique à la Conférence des Nations Unies sur le climat (COP 23) à Bonn, en Allemagne, soulignant l'utilité de leurs connaissances pour l'adaptation au changement climatique.

« Nous ne voulons pas parler seulement du changement climatique mais de catastrophe climatique ... Que pouvons-nous faire? Il existe des alternatives, en particulier chez les peuples autochtones, en particulier grâce à la sagesse des femmes autochtones », a déclaré lors d'une conférence de presse Roberto Espinoza, conseiller auprès de l'Association interethnique pour le développement de la forêt pluviale péruvienne (AIDESEP).

Rosalia Yampis, Directrice du Programme femmes de l'AIDESEP, a également souligné le « rôle très important » que peuvent jouer les femmes autochtones dans l'adaptation au changement climatique.

« Les femmes ont cette connaissance ancestrale sur les semences et ce que nous devons semer », a-t-elle déclaré lors de la conférence de presse. Selon elle, les peuples autochtones contribuent, avec la protection du bassin versant, à la contribution nationale du Pérou à l'Accord de Paris sur le climat.

13 millions d'autochtones au Pérou

Il y a environ 13 millions d'autochtones au Pérou. En tant qu'organisation nationale de défense des droits des autochtones, AIDESEP s'efforce d'améliorer la santé, l'éducation et le logement de ces populations. Elle est membre de la Coordination des organisations autochtones du bassin de l'Amazone (COICA).

Selon l'AIDESEP, « il est amplement démontré que les territoires autochtones sont fondamentaux pour la conservation des forêts ». « Dans ces territoires, la déforestation est généralement minime et même moindre que dans certaines zones naturelles protégées. Par conséquent, aujourd'hui, l'une des principales stratégies pour lutter contre la disparition et la dégradation des forêts dans l'Amazonie péruvienne est d'assurer la sécurité et la gestion durable de ces territoires », explique l'organisation sur son site web.

« Il existe des alternatives grâce à la sagesse et aux connaissances de nos peuples (...) Nous, en tant que peuples autochtones, travaillons sur ces alternatives », a déclaré Janio Sangama, de la région de San Martin, qui est située dans la partie supérieure de la forêt amazonienne du Pérou.

« Lorsque nous parlons de développement durable, nous parlons d'une gestion de nos ressources plus ordonnée. Nous nous inquiétons de la déforestation », a-t-il ajouté. « A San Martin, nous avons eu une grande inondation. Nous avons une proposition appelée 'main dans la main avec le gouvernement' pour faire face à ces catastrophes naturelles. Nous avons commencé une production durable, ou disons une production ordonnée, avec les technologies des communautés. Nous gérons des cultures de remplacement dans nos territoires. Nous ne détruisons pas notre forêt ».

La déforestation a un impact sur l'eau

Selon Roberto Espinoza, la déforestation a un impact sur l'eau. « Nous 'semons' donc de l'eau, même si cela semble bizarre, avec des plantes qui peuvent, selon les peuples autochtones, améliorer le cycle de l'eau sous terre », a-t-il ajouté.

En ce qui concerne le reboisement, Jammek Manikusi, membre de l'AIDESEP, a souligné que les populations autochtones sont préoccupées par l'utilisation de plantes exotiques, comme le pin et l'eucalyptus. « Ces plantes ont un impact sur les sols. Nous voulons une reforestation naturelle s'appuyant sur la sagesse des populations, avec des méthodes plus appropriées et plus adaptées à la régénération naturelle des sols en Amazonie ».


News Tracker: autres dépêches sur la question

BONN : la conférence de l'ONU sur le climat s'ouvre avec pour objectif davantage d'ambition

En savoir plus